PUBLICIDAD

Iberdrola

Berlin accueille la deuxième réunion de Blinken avec les dirigeants européens

Antony Blinken a rencontré ses homologues français, britanniques et allemands afin de démontrer l'"unité" des alliés et de pousser à une action diplomatique contre la menace russe
Blinken

REUTERS/JOSHUA ROBERTS  -   Antony Blinken, le secrétaire d'État américain

La tournée européenne d'Antony Blinken se poursuit. Après que les discussions de la semaine dernière entre Moscou, Washington et l'OTAN se soient soldées par une "impasse", c'était aujourd'hui au tour du secrétaire d'État américain de rencontrer son homologue, Annalena Baerbock, dans la capitale allemande de Berlin.

Cette rencontre fait suite à une réunion entre le responsable américain et le président ukrainien Volodymir Zelenski, qui a réaffirmé la nécessité d'"intensifier le travail de toutes les formes de négociation et d'ouvrir la voie à un sommet de Normandie". M. Zelenski faisait référence au groupe diplomatique composé de représentants de la Russie, de l'Allemagne, de l'Ukraine et de la France, qui vise à résoudre le conflit dans le Donbas, une région de l'est de l'Ukraine.

Pour son deuxième jour sur le continent européen, M. Blinken s'est rendu à Berlin, où, après une réunion bilatérale avec le ministre allemand des affaires étrangères, M. Baerbock, il a également rencontré les ministres français et britannique des affaires étrangères, respectivement Jean-Yves Le Drian et James Cleverly. Les entretiens entre les quatre hauts responsables de la Quadrilatérale transatlantique ont porté sur la crise frontalière ukrainienne, soulignant l'"unité" entre Washington et ses alliés européens, comme l'a indiqué M. Blinken.  

Yves Le Drian
AFP/ ERIC PIERMONT  -  Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian

Le secrétaire d'État américain a ajouté que toutes les discussions qui se déroulent dans le cadre de réunions, sommets et forums bilatéraux visent à promouvoir des moyens diplomatiques et pacifiques pour parvenir à une "désescalade" des tensions. Toutefois, M. Blinken n'a pas hésité à avertir Moscou que, si elle décidait d'attaquer l'Ukraine, cela aurait des conséquences "rapides et massives" pour la Russie.

Cependant, malgré l'importance diplomatique et symbolique de cette dernière étape dans la capitale allemande, la réunion qui a suscité le plus d'intérêt est celle prévue le vendredi 21 janvier à Genève. Là-bas, Antony Bliken rencontrera le ministre russe des affaires étrangères, Sergey Lavrov, afin de progresser sur les points communs de la voie diplomatique. Cet objectif semble tenir malgré le rejet par l'Alliance de l'Atlantique Nord des demandes de Moscou de retirer les troupes et les armes de l'OTAN de la région et de ne pas admettre Kiev en tant que membre, sous la menace d'une "réponse militaro-technique" non précisée si elle ne le fait pas.

Nord Stream 2
AFP/ODD ANDERSEN  -  Installation d'atterrissage du gazoduc Nord Stream 2 à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne.
Le gazoduc Nord Stream 2 

De son côté, Annalena Baerbock s'est rendue à Moscou la semaine dernière pour rencontrer son homologue russe. Après la réunion avec M. Lavrov, M. Baerbock a prévenu que la Russie n'avait plus beaucoup de temps pour résoudre la crise ukrainienne par la diplomatie, et que l'Allemagne et l'UE agiraient contre la menace qui pèse sur les règles de l'UE.  

En ce sens, l'un des éléments que l'Allemagne tente d'utiliser pour faire pression sur le gouvernement de Moscou est la mise en œuvre du gazoduc Nord Stream 2. Depuis quelques semaines, l'exploitation de ce gazoduc attend que la Bundesnetzagentur, l'agence qui régit le secteur énergétique allemand, reprenne le processus de certification, qui doit être conforme à la loi de Berlin. 

"Si l'énergie est utilisée comme une arme, il y aura des conséquences, y compris pour ce pipeline", a prévenu Annalena Bearbock lors d'une conférence de presse. Dans le même ordre d'idées, le chancelier allemand Olaf Scholz a déclaré mardi que si la Russie devait attaquer l'Ukraine, ce contrat serait automatiquement rompu. 

Sergey Lavrov, quant à lui, a qualifié Nord Stream 2 de "plus grand projet commercial de la dernière décennie visant à assurer la sécurité énergétique de l'Allemagne et de l'Europe", et a exhorté le gouvernement de Berlin à cesser de "politiser ce projet". Apparemment, le président russe semble toujours espérer que sa position de principal fournisseur de gaz de l'Europe lui garantira une certaine immunité vis-à-vis du continent.  

Donetsk
REUTERS/ALEXANDER ERMOCHENKO  -  Un militant de la République populaire de Donetsk (DNR) autoproclamée pointe un fusil vers des positions de combat sur la ligne de désengagement des forces armées ukrainiennes au sud de la ville de Donetsk, tenue par les rebelles, en Ukraine, le 2 avril 2021.
L'Ukraine se prépare 

Entre-temps, alors que les craintes d'un véritable conflit déclenché par l'invasion de la Russie se sont accrues, Kiev a pris des mesures. La semaine dernière, les autorités britanniques ont annoncé la fourniture de missiles antichars de courte portée à l'Ukraine, qui fait face à un "comportement de plus en plus menaçant" de la part de la Russie. En outre, Londres a annoncé que, parallèlement à cette cargaison d'armes, une centaine de soldats paramilitaires seront envoyés dans le pays pour participer à la formation militaire. 

De même, le département d'État américain a confirmé que Washington a approuvé les demandes de ses alliés baltes - Estonie, Lettonie et Lituanie - d'envoyer des armes américaines en Ukraine. "Les alliés européens ont ce dont ils ont besoin pour aller de l'avant avec une assistance sécuritaire supplémentaire à l'Ukraine dans les jours et les semaines à venir", a déclaré un haut responsable du département d'État américain.  

Josep Borrell
REUTERS/JOHN THYS  -  Le Haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, lors d'une conférence de presse
La position de l'Union européenne 

Après que le cycle de négociations de la semaine dernière entre les représentants de l'OTAN, de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), des États-Unis et de la Russie a mis l'UE sur la touche, Josep Borrell a rencontré hier par téléphone Antony Blinken, le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, et Zbigniew Rau, le ministre polonais des affaires étrangères et président en exercice de l'OSCE.  

Selon un message publié sur le compte Twitter officiel de la Haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, au cours de la discussion "sur les prochaines étapes", les responsables ont convenu de la "nécessité de maintenir les principes fondamentaux de la sécurité européenne", ainsi que d'atténuer les tensions avec la Russie.