PUBLICIDAD

Marruecos

Biden resserre les liens avec la Corée du Sud face aux menaces de Pyongyang

Après s'être concentré sur l'Ukraine ces derniers mois, le président américain effectue un voyage en Asie pour renforcer l'alliance contre la Chine
REUTERS/KEVIN LAMARQUE-El presidente de Estados Unidos, Joe Biden

REUTERS/KEVIN LAMARQUE  -   Le président américain Joe Biden

La politique étrangère américaine se tourne à nouveau vers l'Asie. Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, Washington a intensifié sa coopération avec ses partenaires de l'OTAN tout en se positionnant comme le principal fournisseur d'armes de Kiev pendant la guerre.

Toutefois, les États-Unis ont d'autres fronts à surveiller de près dans d'autres parties du monde, comme l'expansion de la Chine dans la région Asie-Pacifique ou les menaces nucléaires persistantes de la Corée du Nord. C'est pourquoi le président américain Joe Biden a décidé d'entreprendre un voyage dans la région dans le but de renforcer les alliances régionales et de faire face au géant asiatique, grand rival actuel de Washington avec la Russie.

PHOTO FILE XI JINPING
PHOTO/FILE - Le président chinois Xi Jinping

La première étape du voyage de Biden a été Séoul, où il a rencontré son homologue sud-coréen, Yoon Suk Yeol, qui a pris ses fonctions il y a un peu plus d'une semaine. Compte tenu des déclarations agressives de son voisin du nord, Kim Jong-Un,  Yoon cherche à établir des relations plus étroites avec les États-Unis, notamment dans le domaine de la défense et de l'armée.

À cette fin, les deux présidents ont convenu "d'élargir la portée et l'ampleur des exercices et des entraînements militaires combinés dans et autour de la péninsule coréenne", ont-ils annoncé dans une déclaration commune. Il s'agit d'une rupture majeure avec la politique étrangère asiatique développée par l'ancien président américain Donald Trump. L'ancien président a creusé un fossé dangereux entre Washington et Séoul, qu'il traitait "comme un partenaire junior", selon les analystes Michael Fuchs et Haneul Lee du Center for American Progress.

Cependant, comme le notent Fuchs et Lee, "malgré les politiques tumultueuses de l'administration Trump, l'alliance entre les États-Unis et la Corée du Sud a survécu". La visite de Biden consolide et renforce ce partenariat.

donald trump
PHOTO/FILE - L'ancien président américain Donald Trump

"Notre alliance est fondée sur un sacrifice partagé et un engagement commun en faveur de la liberté de la République de Corée et sur notre opposition résolue à la modification des frontières par la force", a déclaré Biden, selon CNN. Le dirigeant américain a également souligné l'importance de cette rencontre, affirmant qu'avec cette visite, "la coopération atteint de nouveaux sommets".

Lors de sa visite à Séoul, Biden a également souligné l'importance de cette région stratégique dans la politique internationale de Washington. "Une grande partie de l'avenir du monde s'écrira ici, dans la région indo-pacifique, au cours des prochaines décennies", a-t-il déclaré. La région a un grand poids commercial et économique, et abrite une grande partie de la population mondiale.

La situation mondiale actuelle a également été au centre des discussions lors du séjour de Biden dans la capitale sud-coréenne. "Nous sommes à un tournant de l'histoire où les décisions que nous prenons aujourd'hui auront un impact considérable sur le monde que nous laisserons à nos enfants demain", a-t-il prévenu. Et, sans surprise, le président a également mentionné la situation en Ukraine.

REUTERS/TOM BRENNER  -   El presidente de Estados Unidos, Joe Biden
REUTERS/TOM BRENNER - Biden se rend en Asie pour renforcer l'alliance contre la Chine

"La guerre brutale et non provoquée de Poutine en Ukraine a encore souligné la nécessité de sécuriser nos chaînes d'approvisionnement critiques afin que notre économie, notre économie et notre sécurité nationale ne dépendent pas de pays qui ne partagent pas nos valeurs", a expliqué Biden lors de sa visite de l'usine Samsung.

Concernant une éventuelle rencontre avec Kim Jong-Un, Biden a déclaré qu'une telle rencontre dépendrait de la sincérité et du sérieux du dirigeant nord-coréen. On craint que Pyongyang ne procède à des essais de missiles pendant le voyage de Biden dans la région. Selon des responsables des services de renseignement sud-coréens et américains, le leader suprême nord-coréen pourrait être en train de préparer un essai atomique ou le lancement d'un missile balistique intercontinental.

PHOTO/ Agencia Central de Noticias de Corea del Norte (KCNA)-El líder de Corea del Norte, Kim Jong Un
PHOTO/Agence centrale de presse de Corée du Nord (KCNA) - Le dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong Un
​​​​​​

Un scénario qui n'est pas mis en avant par certains analystes. "Ils ont déjà effectué deux essais de missiles balistiques intercontinentaux au début de l'année et nous avons constaté des activités de creusement de tunnels en vue d'un essai nucléaire", a déclaré Bruce Klingner, chercheur principal à la Heritage Foundation, à CNBC. Ces mesures, outre qu'elles mettent en évidence la capacité nucléaire du pays, visent à éclipser le voyage du président américain. "Ils peuvent choisir de [réaliser les tests] pendant le voyage de Biden pour détourner l'attention des objectifs [du voyage]", ajoute Klingner.

Après la Corée du Sud, Biden se rendra à Tokyo pour rencontrer son principal allié dans la région, le Premier ministre japonais Fumio Kishida. Pendant son séjour au Japon, il devrait discuter en profondeur des questions liées à la Chine et à son influence dans la région. Selon CNN, Biden prévoit également de dévoiler un nouveau plan économique indo-pacifique qui reflète ses ambitions commerciales dans la région. 

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra.