Blinken se méfie de l'Iran pour la reprise de l'accord nucléaire

Vienne accueille la quatrième réunion du JCPOA en l'absence des États-Unis après la publication d'un rapport accusant Téhéran de "compléter son arsenal conventionnel par la fabrication d'armes de destruction massive"
 Tony Blinken, Secretario de Estado de Estados Unidos AP/CAROL KASTER

AP/CAROL KASTER  -   Secrétaire d'État américain Tony Blinken

Les États-Unis ont mis en doute les affirmations de l'Iran concernant les négociations en vue de la reprise de l'accord nucléaire. "Nous avons démontré notre grand sérieux quant à notre volonté de revenir au soi-disant JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action)", a déclaré hier le secrétaire d'État Antony Blinken. "Ce que nous ne savons pas encore, c'est si l'Iran est prêt à prendre la même décision et à aller de l'avant", a-t-il ajouté.

Entre-temps, la commission mixte du plan d'action global conjoint (JCPOA) se réunit ce vendredi à Vienne pour la quatrième fois depuis la reprise des négociations. Le sommet sera composé des pays signataires de l'accord de 2015, tels que la Chine, la Russie, l'Allemagne et le Royaume-Uni. La délégation iranienne a également confirmé sa présence après n'avoir pas assisté à la dernière convocation, cependant, ce sont les États-Unis qui n'enverront pas de représentation cette fois-ci. C'est ce qu'a annoncé l'Union européenne dans une brève déclaration.

El secretario general adjunto del Servicio Europeo de Acción Exterior (SEAE), Enrique Mora, y el adjunto iraní del Ministerio de Asuntos Exteriores, Abbas Araghchi, en el inicio de una reunión de la Comisión Conjunta del JCPOA en Viena Delegación de la UE en Viena  via REUTERS
Delegación de la UE en Viena via REUTERS-Le secrétaire général adjoint du Service européen pour l'action extérieure (SEAE), Enrique Mora, et le député du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi, au début d'une réunion de la Commission mixte du JCPOA à Vienne.

Le haut représentant de l'Union européenne pour la politique étrangère, Josep Borrell, présidera la réunion ce vendredi. Borrell lui-même a tenu une réunion en début de semaine avec le secrétaire d'État américain Antony Blinken, au cours de laquelle ils ont analysé le scénario international et abordé "l'éventuel retour" des États-Unis au JCPOA. "Nous sommes engagés depuis plusieurs semaines à Vienne avec nos partenaires européens, avec la Russie, la Chine et indirectement avec l'Iran", a déclaré Blinken à la BBC.

Jusqu'à présent, le département d'État reste sceptique quant au rôle de l'Iran dans les négociations. Pour cette raison, Washington a choisi de prendre du recul et d'attendre une réaction positive de Téhéran. Contrairement à la stratégie de pression maximale mise en œuvre par Trump, qui a permis à Téhéran de développer plus facilement son programme nucléaire, l'administration Biden vise à retrouver la compréhension mutuelle atteinte en 2015 et qui permet un accord à long terme.

En esta foto de satélite de archivo del 14 de abril de 2021, proporcionada por Planet Labs Inc., se muestra la instalación nuclear iraní de Natanz PHOTO/PLANET LABS via AP
PHOTO/PLANET LABS via AP-Cette photo satellite du 14 avril 2021, fournie par Planet Labs Inc., montre l'installation nucléaire iranienne de Natanz.

La délégation iranienne a fait état, la semaine dernière, de la préparation d'un accord pour la libération de quatre Américains emprisonnés en Iran dans le cadre des négociations de l'accord nucléaire, dans un rapport. Le document a provoqué la colère des responsables américains, qui ont qualifié de "cruauté" le fait d'utiliser des citoyens américains "injustement emprisonnés" comme monnaie d'échange pour obtenir des concessions. Ils ont également nié l'existence d'un lien quelconque entre les détenus et les négociations nucléaires.

Toutefois, Washington assure son engagement dans les négociations si Téhéran se montre déterminé à reprendre le pacte "dans les jours ou les semaines à venir". L'Iran conditionne une future approbation de l'accord nucléaire à la levée des sanctions imposées par Trump en 2018 suite au retrait de l'accord, et les États-Unis sont conscients qu'ils devront se conformer à un certain allègement du régime de sanctions.

L'Iran utilise ses armes

L'accord nucléaire, conclu par l'administration Obama en 2015, a atténué le harcèlement des sanctions contre l'Iran en échange d'une surveillance et d'un contrôle de son activité nucléaire. Cependant, la sortie brutale de l'accord par les États-Unis a permis au régime de Téhéran de faire proliférer ses armes nucléaires. Comme l'a admis M. Blinken lui-même : "À l'heure actuelle, malheureusement, l'Iran lui-même a levé un grand nombre des restrictions qui lui étaient imposées par l'accord parce que nous nous sommes retirés".

El líder supremo iraní Sayyid Ali Hosseini Khamenei (R) y el presidente iraní Hassan Rouhani asisten a la 33ª Conferencia Internacional de la Unidad Islámica PHOTO/PRESIDENCIA DE IRAN
PHOTO/PRESIDENCIA DE IRAN-Le guide suprême iranien Sayyid Ali Hosseini Khamenei (R) et le président iranien Hassan Rouhani assistent à la 33e Conférence internationale de l'Unité islamique.

Le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Ali Akbar Salehi, a confirmé en avril que la République islamique avait lancé un programme d'enrichissement de l'uranium à 60 % de pureté, le niveau le plus élevé à ce jour. Cette épreuve avait pour but d'exercer une pression sur les États-Unis ; cependant, elle a rendu encore plus difficile la conclusion d'un pacte à court terme. Malgré les menaces permanentes, l'Iran affirme que le développement de son projet nucléaire fait partie d'une stratégie défensive.

L'Office bavarois pour la protection de la Constitution, l'une des agences de sécurité allemandes, a publié la semaine dernière un rapport mettant en garde contre les dernières manœuvres de l'Iran en matière d'armement. Le document indique que Téhéran tente de "compléter son arsenal conventionnel par la fabrication d'armes de destruction massive", mais ne dispose pas encore des technologies appropriées. Au lieu de cela, le pays continue à développer des missiles balistiques et d'autres armes lourdes.

Selon le rapport, l'Iran aurait tenté d'établir des contacts commerciaux avec des entreprises teutonnes opérant dans le domaine de la haute technologie. Les services de renseignement perses ont secrètement mené de telles activités dans le dos des États-Unis. En outre, les services de renseignement iraniens ont étendu leur champ d'action en persécutant les dissidents et les opposants politiques vivant à l'étranger.