PUBLICIDAD

Iberdrola

Boris Johnson maintient son plan : envoyer les migrants et les réfugiés dans des camps au Rwanda, en Afrique

Pour le Premier ministre britannique, c'est le seul moyen de lutter contre les gangs criminels qui organisent la traversée maritime de la France vers la Grande-Bretagne
boris johnson

PHOTO/ARCHIVO  -  

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré mardi que son gouvernement ne se laissera pas "intimider ou mettre dans l'embarras" et qu'il poursuivra son projet d'envoyer au Rwanda les migrants arrivant au Royaume-Uni par des voies illégales, comme dans de petites embarcations traversant la Manche.

Lors de sa réunion hebdomadaire, en partie télévisée, avec son cabinet, Johnson a insisté sur le fait que les nombreuses critiques, "dont certaines émanent de milieux un peu inattendus", ne les dissuaderaient pas de mettre en œuvre cette politique controversée, qui a également été contestée devant les tribunaux.

"Nous allons nous en tenir à notre objectif, qui est de nous assurer que nous faisons une distinction claire - que tout le monde peut apprécier comme étant juste et raisonnable - entre l'immigration légale dans ce pays par des voies sûres et légales, que nous soutenons, défendons et protégeons parce que nous comprenons tous les avantages qu'elle apporte, et l'immigration dangereuse et illégale de l'autre côté de la Manche, que nous avons l'intention de stopper", a-t-il déclaré.

Le leader conservateur a soutenu que l'expulsion des demandeurs d'asile nouvellement débarqués (initialement des hommes seuls) pour être traités au Rwanda, où ils resteraient, est le seul moyen de lutter contre les gangs criminels qui organisent la traversée maritime de la France vers la Grande-Bretagne.

Johnson a délivré ce message alors que le premier vol à destination du pays africain doit décoller ce soir, bien que l'on ne sache pas encore combien de migrants seront à bord en raison d'un certain nombre de cas individuels en instance devant les tribunaux britanniques.

L'exécutif a déclaré que l'avion partirait, même s'il ne transporte qu'un seul passager, afin de créer un précédent pour ces passeurs.

La Cour d'appel britannique a refusé lundi d'interdire le décollage de l'avion jusqu'à la tenue d'un procès en juillet pour déterminer si le plan du gouvernement est légal, à la suite d'une action en justice intentée par plusieurs syndicats et organisations non gouvernementales.

L'initiative du gouvernement conservateur a été critiquée non seulement par l'opposition parlementaire mais aussi, en privé, par le prince Charles, selon le Times.

Le Times a également publié aujourd'hui une lettre de l'ensemble des dirigeants de l'Église anglicane, dans laquelle ils condamnent "une politique immorale qui fait honte" au Royaume-Uni.