Brésil et Argentine à des conditions favorables en vue de la libération éventuelle de brevets

Les deux pays d'Amérique du Sud seraient bien positionnés dans la région face à la proposition américaine de libérer les brevets contre le COVID-19
Atalayar_COVID Argentia Brasil

REUTERS/AGUSTIN MARCARIAN  -   Une cargaison de doses du vaccin russe Sputnik V (Gam-COVID-Vac) contre la maladie à coronavirus (COVID-19) à l'aéroport international d'Ezeiza à Buenos Aires, en Argentine, le 28 janvier 2021.

L'administration de Joe Biden a changé d'avis après les pressions exercées par plusieurs Etats pour que les entreprises américaines libèrent les brevets. Le président des Etats-Unis va donc soutenir au sein de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) la suspension temporaire des brevets sur les vaccins contre le COVID-19. Les pays souhaitent la libération de ces brevets afin de ne pas avoir à dépendre d'accords régionaux de distribution de vaccins et de pouvoir commencer à produire leurs propres vaccins pour immuniser leurs populations le plus rapidement possible. Le brevet confère aux producteurs de vaccins un droit exclusif d'utiliser et de commercialiser le produit, en fait une licence. Si ces brevets sont libérés, cette exclusivité cesserait d'exister et ils tomberaient dans le domaine public, évitant ainsi ce que plusieurs experts appellent la "bureaucratie pharmaceutique", qui est un accord entre les producteurs, les entreprises pharmaceutiques et les États. Il ne faut pas non plus penser que la libération représente une immunisation gratuite, non, certaines conditions doivent d'abord être remplies.

Vacuna contra la enfermedad del coronavirus Sputnik V (COVID-19) REUTERS/DADO RUVIC
REUTERS/DADO RUVIC-Vaccin contre la maladie du coronavirus Spoutnik V (COVID-19)

 L'Argentine est un pays pour lequel il serait difficile à court terme de devenir un producteur pour cette année, mais pour les prochaines années où elle devra continuer à couvrir la demande mondiale, contre COVID-19. Le Brésil produit différents vaccins depuis 30 ans et a convenu avec la Russie qu'avec l'arrivée du brevet Sputnik V, le géant sud-américain deviendrait producteur, ce qu'il n'a pas encore fait. La libération des brevets ne signifie pas le transfert de toute la technologie d'un pays à l'autre, mais elle signifie que chaque pays sera en mesure de produire sa propre dose contre le coronavirus dans un court délai. 

Una mujer recibe una dosis de la vacuna Sputnik V (Gam-COVID-Vac) contra la enfermedad del coronavirus (COVID-19) en el Parque Tecnópolis, en Buenos Aires REUTERS/AGUSTIN MARCARIAN
REUTERS/AGUSTIN MARCARIAN-Une femme reçoit une dose du vaccin Sputnik V (Gam-COVID-Vac) contre la maladie à coronavirus (COVID-19) au parc Tecnópolis à Buenos Aires.

Le journal argentin El Clarín a interviewé Daniela Hozbor, coordinatrice du sous-comité de vaccinologie de l'Association argentine de microbiologie et chercheuse principale à Conicet, qui a donné plus de détails sur l'éventuelle libération des brevets. Mme. Hozbor explique que cette libération ne résout pas le problème de la pénurie, car il s'agit d'une procédure complexe : "Il ne s'agit pas de dire 'le vaccin contient tant de particules virales' et c'est tout, vous avez le vaccin. Ou vous dites "il possède telle quantité de matériel génétique", et vous l'avez. Non. Il existe une procédure, des connaissances et des contrôles qui exigent qu'un pays dispose non seulement de l'usine de vaccins mais aussi des connaissances formées à ces technologies vaccinales. Dans la diversité des vaccins contre le COVID-19, il y a plusieurs plateformes, qui sont des traditions par exemple le "virus inactivé", qui se réfèrent aux techniques connues avant la pandémie, si les brevets de la traditionnelle sont libérés, dans ce cas aurait une meilleure application dans la fabrication de ces pays.

Atalayar_COVID Argentina Brasil
AFP/ RONALDO SCHEMIDT - Un agent de santé administre une dose du vaccin Sputnik V contre le COVID-19 au stade Centenario de Quilmes, dans la province de Buenos Aires, le 1er avril 2021.

Dans le cas de l'Argentine, si les brevets sont libérés, si elle devient un État fabricant, avec le temps, puisqu'elle ne dispose pas d'une bonne chaîne de production qui ne concurrence qu'un vaccin, rappelons que l'Argentine produit le vaccin contre la fièvre hémorragique, le double vaccin bactérien et le vaccin BGC. "Avec COVID, cette question d'avoir toute la chaîne de production, du début à la fin, dans le pays, est une décision politique. C'est ce que nous voulons réaliser et, en fait, nous avons déjà la production du principe actif (d'AstraZeneca) dans mAbxience. Également avec l'accord pour produire Sputnik V (pour l'instant, il n'a commencé qu'avec la réception du principe actif, sa formulation et son fractionnement). Et maintenant aussi avec Sinopharm et Sinergium", a déclaré Mme. Hozbor. 

Ainsi, si l'Argentine veut vraiment devenir un pays producteur, elle doit, dès que possible, installer dans le pays la chaîne complète de production de cette dose, et pour les vaccins les plus complexes, comme c'est le cas du coronavirus, la technologie doit être transférée en Argentine. 

Coordinateur pour l'Amérique latine : José Antonio Sierra