PUBLICIDAD

Iberdrola

Bruxelles lance une course pour innover plus et mieux dans les technologies de défense

L'Espagne et les pays de l'UE fondent un centre d'innovation militaire face à l'accélération technologique qui prévaut dans les nouveaux systèmes d'armes
L'Union européenne a donné vie à une nouvelle structure dont la tâche centrale est de servir de catalyseur et d'amplificateur des technologies qui sont à la limite de l'état de l'art.

PHOTO/Techslang  -   L'Union européenne a donné vie à une nouvelle structure dont la tâche centrale est de servir de catalyseur et d'amplificateur des technologies qui sont à la limite de l'état de l'art.

Les responsables des portefeuilles de la défense des nations appartenant à l'Union européenne viennent d'approuver la création d'un centre d'innovation de défense pour accélérer, tester, évaluer et valider les technologies émergentes de pointe utiles dans les domaines militaire et à double usage.

La décision de créer une structure axée sur la promotion de l'innovation et des technologies de rupture dans le domaine de la défense a été prise par les ministres le 17 mai, lors de leur dernière réunion à Bruxelles, à laquelle assistait également l'Espagnole Margarita Robles.

Le centre a reçu l'acronyme HEDI (Hub for EU Defence Innovation) et fera partie de l'Agence européenne de défense, l'AED, une organisation créée en 2004 à laquelle appartiennent tous les États membres de l'UE - à la seule exception du Danemark - et dont l'objectif est de soutenir et de financer le développement des capacités militaires.

PHOTO/EU - Los 26 ministros de Defensa del Comité de Dirección de la EDA aprobaron el 17 de mayo la creación del Centro de Innovación de la Defensa (HEDI), una de las 12 recomendaciones que incluye la Brújula Estratégica
PHOTO/UE - Les 26 ministres de la défense du Comité directeur de l'AED ont approuvé le 17 mai la création du Centre d'innovation de défense (HEDI), l'une des 12 recommandations de la boussole stratégique. 

La mise en œuvre de l'HEDI est la neuvième des douze priorités recommandées par la boussole stratégique, un document approuvé par les chefs d'État et de gouvernement de l'UE le 21 mars. La présidente de la Commission, l'Allemande Ursula von der Leyen, et le vice-président et haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité de l'Espagne, Josep Borrell, sont deux des forces motrices de ce projet.

L'UE souhaite que son agence de l'armement joue un rôle plus important dans l'innovation et que les entreprises et les instituts de recherche se lancent dans des projets novateurs débouchant sur des produits, des processus ou des services d'intérêt militaire. HEDI est la réaction de Bruxelles à l'activation par l'OTAN en 2021 de l'Accélérateur d'innovation de défense pour l'Atlantique Nord, ou DIANA, un fonds destiné à promouvoir la coopération transatlantique dans les technologies critiques et une collaboration plus étroite avec les industries et les institutions de recherche.

PHOTO/Siemens - La HEDI concentrará sus trabajos en seis prioridades: sistema soldado, carros de combate, buques patrulleros, sistemas contra vehículos aéreos no tripulados, aplicaciones de la defensa en el espacio ultraterrestre y movilidad militar
PHOTO/Siemens - L'HEDI concentrera ses travaux sur six priorités : les systèmes pour soldats, les chars de combat, les navires de patrouille, les systèmes de véhicules aériens sans pilote, les applications de défense dans l'espace et la mobilité militaire.
31 mai : Journée européenne de l'innovation en matière de défense

L'UE ne veut pas être moins que l'OTAN et a créé un instrument qui lui permettra d'être à la fois un "catalyseur et un amplificateur" de nouvelles technologies, de sorte que l'HEDI fonctionnera aux limites de l'état de l'art. En principe, ses travaux porteront sur six priorités déjà définies par l'AED en 2020 : les systèmes du soldat, les chars de combat, les navires de patrouille, les systèmes de véhicules aériens sans pilote, les applications de défense dans l'espace et la mobilité militaire.

Pour faire connaître l'HEDI, l'AED prévoit d'organiser le 31 mai ce qu'elle a appelé la Journée européenne de l'innovation de défense, au cours de laquelle des chercheurs et des organisations qui se consacrent à la promotion de l'innovation se réuniront dans le cadre de différents ateliers et forums pour témoigner de la collaboration entreprise entre les différents acteurs européens de l'innovation travaillant dans les domaines de la défense.

Mais l'AED n'est pas un nouveau venu sur la scène de l'innovation. Elle soutient de telles initiatives depuis 2018. La preuve en est qu'elle a publié il y a quelques semaines le cinquième appel à propositions pour le prix de l'innovation en matière de défense. Dans son édition 2023, il financera à hauteur de 30 000 euros les deux meilleurs projets qui servent à améliorer le suivi et l'identification des débris et des objets positionnés en orbite et ainsi prévoir les collisions, les éviter et prévenir la perte de satellites.

PHOTO/EU - El conclave de titulares de Defensa europeos fue presidida por el responsable de Asuntos Exteriores y Política de Seguridad, Josep Borrell. A su izquierda, el director ejecutivo de la EDA y exministro de Defensa checo, Jirí Sedivy
PHOTO/UE - La réunion des ministres européens de la défense était présidée par Josep Borrell, responsable des Affaires étrangères et de la politique de sécurité de l'UE. À sa gauche, le directeur exécutif de l'AED et ancien ministre tchèque de la défense, Jirí Sedivy.

L'intérêt pour l'innovation n'est pas non plus soudainement suscité par la guerre en Ukraine. Florence Parly, ministre française des Armées jusqu'au 20 mai, date à laquelle elle a été remplacée par Sébastien Lecornu - le nouveau chef du dossier militaire du président Emmanuel Macron - a créé l'Agence pour l'innovation de défense (AID) en septembre 2018 et a été le moteur de l'HEDI. 

Sur le plan organisationnel, l'AID fait partie de la Direction générale de l'armement (DGA) et a pour mission de doter les Forces armées françaises d'un système efficace qui couvre tous les domaines de l'innovation et ouvre la voie à de nouvelles voies technologiques. 

Le chef de l'AID est Emmanuel Chiva, 52 ans, un entrepreneur biomathématicien renommé qui travaille depuis plus de 25 ans sur la simulation appliquée au scénario militaire, en développant des méthodes perturbatrices de masquage et d'intelligence artificielle. Le siège de l'Agence est situé dans le siège pharaonique du ministère français de la Défense à Balard, dans le sud de Paris, qui a été inauguré en novembre 2015 par François Hollande, alors président de la République.

PHOTO/EU - Margarita Robles acudió a Bruselas acompañada por el secretario general de Política de Defensa, almirante Juan Martinez Núñez, y la representante de España en el Comité Político y de Seguridad, la embajadora María Elena Gómez Castro
PHOTO/UE - Margarita Robles s'est rendue à Bruxelles accompagnée du secrétaire général pour la politique de défense, l'amiral Juan Martinez Núñez, et de la représentante de l'Espagne au Comité politique et de sécurité, l'ambassadrice María Elena Gómez Castro.
Innovation nationale en matière de défense

En Espagne, la principale institution officielle de promotion de l'innovation est le Centre pour le développement de la technologie industrielle (CDTI), une entité commerciale publique sous la tutelle du ministère des sciences et de l'innovation, qui est également chargée de canaliser les aides nationales et internationales pour les projets de RDI. En 2020, elle a engagé un total de 833,59 millions d'euros pour soutenir directement 1 406 projets de RDI.

Au sein du ministère de la défense, l'organe responsable est la sous-direction générale de la planification, de la technologie et de l'innovation, dirigée par le général de division de l'armée José Luis Murga. Ses fonctions consistent à programmer et à contrôler l'exécution des politiques d'armement, de matériel et de recherche qui présentent un intérêt pour la défense nationale, en coordination avec des organismes espagnols et étrangers.

Son principal instrument dans le domaine de l'innovation est le programme de coopération en matière de recherche scientifique et de développement de technologies stratégiques, plus connu sous le nom de COINCIDENTE. Son objectif est d'accueillir les technologies civiles développées dans le cadre du plan national de R&D et d'intégrer des solutions technologiques avancées utiles à la défense. 

PHOTO/Airbus DS - El principal instrumento que impulsa la innovación española en Defensa es el programa COINCIDENTE, que está bajo el control de la subdirección general de Planificación, Tecnología e Innovación que dirige el general José Luis Murga
PHOTO/Airbus DS - Le principal instrument de l'innovation espagnole en matière de défense est le programme COINCIDENTE, qui relève de la sous-direction générale de la planification, de la technologie et de l'innovation, dirigée par le général José Luis Murga. 

L'Institut national de technologie aérospatiale (INTA) peut être considéré comme la principale organisation de R&D&I pour la défense. Organisme public de recherche, il dispose de trois campus technologiques spécialisés dans les systèmes aérospatiaux, terrestres et navals. Le 20 mai, le nouveau directeur général de l'INTA, le lieutenant général de l'air Julio Ayuso - jusqu'alors directeur général adjoint de la coordination et des plans - a pris ses fonctions, succédant au lieutenant général José Maria Salom, qui dirigeait l'Institut depuis le début de l'année 2018.

Très récemment, le professeur d'économie appliquée Antonio Fonfría, qui connaît bien le secteur de la défense, a préconisé de "sortir de la boîte à idées" et de créer une organisation équivalente à la Defence Advanced Research Projects Agency (DARPA), l'institution du ministère américain de la défense chargée d'innover et de concrétiser les technologies émergentes à usage militaire.

PHOTO/INTA - El Centro de Astrobiología del INTA-CSIC colabora con la NASA en la exploración de Marte. El teniente general Julio Ayuso (al fondo) es desde el 20 de mayo el nuevo director general del Instituto. Releva al teniente general José María Salom (izquierda), en la imagen junto al alcalde de Torrejón, Ignacio Vázquez
PHOTO/INTA - Le centre d'astrobiologie de l'INTA-CSIC collabore avec la NASA pour l'exploration de Mars. Le lieutenant général Julio Ayuso (à l'arrière-plan) est le nouveau directeur général de l'Institut depuis le 20 mai. Il succède au lieutenant général José María Salom (à gauche), photographié avec le maire de Torrejón, Ignacio Vázquez.

L'Espagne a "des menaces propres, qui nécessitent des solutions propres", explique  Fonfría, "au-delà de celles que l'Europe peut fournir ou auxquelles nous pouvons participer". Il préconise de modifier le système d'innovation actuel, qui est "extrêmement fragmenté, un pour chaque communauté autonome", et de définir une "stratégie d'innovation de la défense nationale à très long terme avec un financement suffisant".