PUBLICIDAD

Iberdrola

Burkina Faso : les craintes d'un nouveau coup d'Etat grandissent

Des coups de feu ont été entendus tout au long de la matinée dans plusieurs quartiers clés de Ouagadougou, comme la base militaire de Baba Sy et près du palais présidentiel
burkina-faso

REUTERS/HAMANY DANIEX  -   Après plusieurs heures de confusion, certains médias parlent déjà d'un coup d'État

Ouagadougou s'est réveillée au son des coups de feu et des explosions. Après plusieurs heures de confusion, certains médias parlent déjà d'un coup d'État. Il s'agirait du deuxième coup d'État au Burkina Faso en 2022 après le soulèvement militaire mené par Paul Henri Sandaogo Damiba en janvier qui a mis fin au gouvernement de Roch Marc Christian Kaboré.

Des coups de feu ont été entendus dans plusieurs quartiers de la capitale tôt ce matin, notamment dans le camp militaire de Baba Sy et dans certains quartiers résidentiels. Selon Reuters, une explosion a également été signalée près de la résidence présidentielle.

L'agence de presse note la présence de soldats armés sur l'avenue menant au palais de Kosyam, ainsi qu'au rond-point central des Nations unies. Les militaires auraient également bloqué l'accès à plusieurs bâtiments administratifs et à la télévision nationale, qui a cessé de fonctionner. 

Comme l'ont assuré des sources présidentielles à Jeune Afrique, Damiba se "porte bien" et reste dans la capitale. Ils ont également indiqué que des négociations sont en cours entre les responsables pour trouver "une solution à cette situation potentiellement explosive".

Bien que la situation reste dans la confusion et l'incertitude, des sources sécuritaires citées par Jeune Afrique affirment que des soldats des forces spatiales, plus précisément des membres de la fameuse unité Cobra, sont derrière ce mouvement. Selon les sources, les soldats réclament "le paiement des primes qui leur ont été promises".

A cet égard, le média burkinabé LeFaso note que les dernières attaques "ont ravivé les tensions au sein de l'armée, où certains ne cachent pas leur colère face aux détournements de fonds et à la détention du lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana pendant plusieurs mois pour une tentative de coup d'Etat". LeFaso note également que certaines unités de l'armée s'estiment mal équipées pour faire face aux fréquentes attaques terroristes dans la région.

La montée du djihadisme était l'une des raisons du précédent coup d'État. Selon les putschistes, l'ancien président Kaboré n'a pas su gérer la menace terroriste de manière adéquate. Le Burkina Faso avait besoin d'un leader fort, capable de faire face à ce fléau qui balaie le Sahel. Cependant, le scénario actuel et les prétendues luttes intestines au sein de l'armée accroissent l'instabilité et l'insécurité. 

En plus de ces événements, un accident récent s'est produit à Gaskindé, dans le nord du pays. Onze soldats voyageant dans un convoi de 150 véhicules transportant des fournitures vers un village local ont été tués par des assaillants.

L'insécurité, associée aux conditions désastreuses du système de santé et à la situation économique critique, a entraîné une forte agitation sociale, qui s'est traduite par plusieurs manifestations cette semaine dans différentes villes du pays.