PUBLICIDAD

Iberdrola

"Café Comercial, la casa de todos", entre hier et demain

Cinq ans après la réouverture du Café Comercial, situé sur le rond-point Bilbao à Madrid, l'écrivain Rafael Soler réunit un groupe de "paroissiens" pour qu'ils racontent leurs souvenirs ; le résultat : le livre "Café Comercial, la casa de todos"
cafe comercial

Antonia Cortés/Atalayar  -   Rafael Soler, Juantxu Bohigues, Rafael Martín et Santi Alverú

À la fin du XIXe siècle, plus précisément en 1887, le Café Comercial a ouvert ses portes à Madrid. Pendant plus d'un siècle, il est devenu un merveilleux lieu de rencontre pour les intellectuels de l'époque. Le café, avec son arôme, et les traditionnels churros, ont été mélangés avec le pouvoir des mots et des bons moments. Ses grandes fenêtres, ses miroirs, ses tables en marbre, ses lampes... ont été les témoins de rencontres intéressantes, les spectateurs de l'amour et des chagrins d'amour, les complices de ces premiers vers écrits sur des serviettes en papier et oubliés à jamais dans n'importe quel livre, et les trésoriers de secrets inavouables en ces temps où les libertés étaient rares.

Le Café Comercial, dirigé depuis 1909 par Arturo Contreras et son épouse Isabel, a vu le temps passer jusqu'à ce qu'il puisse se vanter d'avoir vécu trois siècles différents, avec ses périodes lumineuses et sombres ; avec ses gens du quartier et d'ailleurs, célèbres et moins célèbres, écrivains, rêveurs, étudiants qui ont grandi et sont même devenus importants, pour laisser la place à ces autres jeunes qui ont apporté de nouvelles préoccupations. Et tous et chacun ont tissé des aventures et des mésaventures, des allées et venues, des hier et des demain.

Mais un jour, il s'est passé quelque chose que personne ne pensait pouvoir arriver. Et le 27 juillet 2015, cette porte par laquelle d'illustres personnages étaient passés s'est arrêtée de balancer. Et les rumeurs sur sa fermeture et sur son avenir n'ont pas manqué. Mais, heureusement, ce destin dessiné ne s'est pas réalisé, et le 27 mars 2017, deux entrepreneurs agités, Caleb Soler et Alejandro Pérez Alburquerque, ont transformé la tristesse en espoir et cet espoir en une agréable surprise : le Comercial a repris sa vie imprégnée de ses souvenirs, mais embrassant une nouvelle réalité active. Ainsi, tradition et modernité nous ont laissés bouche bée.

cafe comercial
Antonia Cortés/Atalayar - L'éditeur Rodrigo Varona junto a Rafael Soler 

Aujourd'hui, cinq ans après son ouverture, non seulement en tant que café mais aussi en tant que restaurant, l'écrivain Rafael Soler, partie intégrante de ce lieu emblématique et responsable du fait que cet espace respire le parfum des poètes, a réalisé un rêve commun : la présentation du livre "Café Comercial, la casa de todos", publié par Muddy Waters Books. Ce sont ses 330 pages dans lesquelles un groupe d'"illustres paroissiens", comme indiqué sur la quatrième de couverture, retrouvent leurs souvenirs dans ce café, dans ce Madrid. L'événement s'est déroulé à l'étage, où tant de conversations, de réunions et de versets sont conservés dans ses murs, aujourd'hui entièrement rénovés. 

Rafael Soler débordait de bonheur, et à juste titre. Tout comme les entrepreneurs qui ont relevé, non sans efforts, le nouveau défi culturel et gastronomique. Et il y a eu contagion. Trop de sensations ensemble, des souhaits réalisés, des amis réunis, ce Rincón de don Antonio (Machado, bien sûr), le grand clin d'œil à ceux qui sont partis avant de voir ce projet se réaliser : Paco García Marquina et Maxi Rey, la réouverture, les espoirs et les rêves... Ce fut une rencontre pleine d'émotions, dirigée par le comédien Santi Alverú, dans laquelle le passé et le futur sont devenus présents. Le rédacteur en chef Rodrigo Varona l'a défini par une phrase aussi forte que belle : "Un hommage à la croyance en l'impossible". Alors, croyons.

Il était également émouvant d'entendre Maribel Serratacó, la petite-fille d'Arturo, et son inquiétude quant au maintien de "l'esprit de culture et d'amitié", ainsi que Fernando Vera et ses dîners de réveillon de Noël, lorsque le Comercial était réservé à la famille. Ils ont été reconnaissants de cette continuité, tandis que Rafael Soler n'a pas hésité à affirmer que le moment qui a donné un sens à l'événement était leur présence à tous les deux. "Nous sommes d'où nous venons", a-t-il rappelé.

Des écrivains, des hommes politiques, des professeurs, des artistes, des économistes, des musiciens... ont cherché leurs souvenirs de leurs expériences dans ce lieu chaleureux et les ont consignés par écrit. De beaux textes pleins de vérités, celles de chacun, qui se mêlent aux illustrations de Victoria de Diego et à la galerie de personnages illustres de María Yelletisch : des protagonistes de cette nouvelle ère, Alejandro et Caleb, à José Hierro, Pablo Sorozábal, Carmen Martín Gaite, Almudena Grandes ...

Mais que sont les clients sans le personnel qui fait fonctionner tout cela chaque jour ? Et il y a Juantxu Bohigues, qui a été serveur pendant 24 ans à l'époque où il voulait être écrivain (et il l'est), un désir qui a grandi au fur et à mesure qu'il avait la chance de rencontrer Sánchez Ferlosio, Tomás Segovia, Pérez Reverte, José Luis Sampedro... et Rafa Soler lui-même, à qui il a demandé de lire sa première histoire. Plus de rêves réalisés. 

cafe comercial
Antonia Cortés/Atalayar - Los emprendedores Alejandro Pérez Alburquerque y Caleb Soler.

Et était également invité à ce banquet Rafa Martín, le marchand de journaux, qui, après 40 ans à observer le mouvement de ces portes tournantes, s'est vanté d'être, sûrement, celui qui a bu le plus de cafés, et aussi celui qui est allé le plus souvent aux toilettes... Et à cette déclaration, des rires se sont fait entendre, qui ont rejoint ceux déjà enregistrés, ceux qui seront enregistrés.

De grands moments entre amis, comme le rappelait l'écrivain Fanny Rubio, dans ce Café Comercial, qu'elle définissait comme "la frontière de la liberté", parce que les gris, en ces années universitaires, n'atteignaient pas le rond-point de Bilbao, car ils restaient à Argüelles. De là, ils se retrouvaient, à pied ou en courant, dans le lieu de dialogue, où sa génération rencontrait d'autres personnes "qui parlaient à voix basse", comme Tierno Galván ou Ridruejo. "C'était un café énigmatique plein de secrets".

L'écrivaine Inma Chacón a également cherché dans sa tête, dans son cœur, des moments chers pour apporter ses souvenirs à cette présentation, pour partager "ce refuge culturel et émotionnel" et tout ce que le nom de ce lieu évoque : le mot, la mémoire, la culture, la politique, le désir... "Le rond-point de Bilbao n'existerait pas sans le Café Comercial, pas plus que Madrid", dit le poète dans ce "Café de todos".

David Moralejo, directeur de Condé Nast Traveler, a rappelé comment il s'était glissé dans ce commerce en construction pour écrire sur ce qui s'y passait et a parlé d'un Café qui donnera beaucoup plus d'histoires à écrire.
Et de derrière le rideau, pour clore l'événement, sont sortis ceux qui rendent le quotidien possible, en cuisine, dans la gestion, dans l'organisation d'activités culturelles, comme le chef Pepe Roch, qui a parlé de l'existence de 2 "Comercials" : quand Rafael Soler est là et quand il n'est pas là.

foto
PHOTO/ATALAYAR - Rafael Soler, Maribel Serratacó et Fernando Vera.

Tous ont été les protagonistes d'une soirée qui est déjà entrée dans l'histoire. Ils ont élevé la voix, et ont représenté ce groupe de "paroissiens illustres" tels que Luis Alberto de Cuenca, José María Merino, Ángel Antonio Herrera, Ana Rossetti, Javier Lostalé, Manuela Carmena, Joaquín Leguina, Carlos d'Ors, Joaquín Pérez Azaústre, Pez Mago, Paco Caro, Jon Andión, Sol Carnicero... jusqu'à 74. Des représentants de différentes générations, venus de nombreuses provinces dans ce Madrid accueillant, et qui ont capturé leurs expériences en prose ou en vers dans les pages de ce livre.  Une œuvre ouverte... car il a été dit qu'il y a beaucoup de choses à raconter et tant d'autres à venir.

Que la porte du rond-point de Bilbao continue de tourner, celle que Rafa Soler nous ouvre de son cœur, "parce que le meilleur est toujours à venir, et que tout ne fait que commencer". Entrez et lisez". C'est l'invitation de cet écrivain à nous plonger dans ce livre, chez tout le monde, au Café Comercial.