PUBLICIDAD

Marruecos

Castillo forme le gouvernement au milieu d'une vague de critiques

La nomination du controversé Premier ministre Guido Bellido engendre le rejet total de l'échiquier politique andin
AFP/LUKAS GONZALEZ  -   El candidato presidencial peruano de izquierda por el partido Perú Libre, Pedro Castillo, da un discurso a sus partidarios desde un balcón en su sede de campaña durante su mitin de cierre en Lima el 3 de junio de 2021

AFP/LUKAS GONZALEZ  -   Le candidat présidentiel de gauche du parti Peru Libre, Pedro Castillo, prononce un discours devant ses partisans depuis un balcon de son quartier général de campagne lors de son meeting de clôture à Lima, le 3 juin 2021.

Le Pérou a officiellement un nouveau gouvernement. Un jour après son investiture, Pedro Castillo a prêté serment aux ministres qui composeront son cabinet au Gran Teatro Nacional, dans le quartier de San Borja à Lima. La cérémonie, initialement prévue à 20 heures, heure locale, a été reportée à 23 heures en raison des troubles survenus dans les environs et du climat d'incertitude quant à la direction que prendra le pays.

L'exécutif andin sera composé d'un total de 16 ministres. Parmi les personnalités les plus en vue figure l'ancien guérillero révolutionnaire Héctor Béjar, qui deviendra ministre des affaires étrangères. De son côté, le médecin Hernando Cevallos sera finalement chargé de contrôler la pandémie à la tête du ministère de la Santé. De même, l'avocat Walter Ayala, l'ancien procureur Juan Manuel Carrasco et le professeur Juan Castillo dirigeront respectivement les portefeuilles de la défense, de l'intérieur et de l'éducation.

AP/MARTIN MEJIA - Más de una semana después de la segunda vuelta de las elecciones presidenciales entre Castillo y Keiko Fujimori, las autoridades electorales dicen que están escrutando un pequeño número de papeletas en medio de denuncias de fraude no probadas por parte de Fujimori
AP/MARTIN MEJIA - Plus d'une semaine après le second tour de l'élection présidentielle entre Castillo et Keiko Fujimori, les autorités électorales disent qu'elles comptent un petit nombre de bulletins de vote sur fond d'allégations non prouvées de fraude de la part de Fujimori.

Seuls deux ministères seront dirigés par des femmes. Les personnes choisies sont la vice-présidente Dina Boluarte, à la tête du ministère du Développement social et de l'Inclusion sociale, et la sociologue Anahí Durand, en tant que ministre de la Femme et des Populations vulnérables. Les deux nominations en suspens concerneraient la justice et l'économie, deux ministères clés selon les plans de Castillo, qui sont eux-mêmes liés à une éventuelle réforme constitutionnelle et à un changement à 180º en matière économique.

Le nom de Pedro Francke, économiste et conseiller de la candidature du Pérou Libre après le second tour des élections, avait été fortement pressenti pour le portefeuille des finances, et il avait tenté de rassurer les acteurs économiques ces dernières semaines. Cependant, comme il l'a lui-même révélé au quotidien andin La República, il ne sera finalement pas membre du gouvernement. Le journal révèle que la raison de cette décision réside dans la nomination du controversé premier ministre, Guido Bellido.

Simpatizantes del candidato presidencial de izquierda por el partido Perú Libre, Pedro Castillo, se manifiestan en la ciudad andina de Puno, cerca de la frontera con Bolivia, en Perú, el 14 de junio de 2021 PHOTO/AFP
AP/GUADALUPE PARDO-Un partisan de la candidate à l'élection présidentielle Keiko Fujimori tient une pancarte sur laquelle on peut lire en espagnol : "Ma famille dit non au communisme", lors d'une manifestation contre la fraude électorale présumée, à Lima, au Pérou, le samedi 12 juin 2021.

La nomination de Bellido a sans doute été la plus controversée. L'ingénieur de profession et député de Perú Libre dirigera le Conseil des ministres alors qu'il fait l'objet d'une enquête de la justice andine pour avoir prétendument justifié le terrorisme par ses commentaires à la télévision. " Le pays était dans le désordre, il y avait des Péruviens qui ont pris un chemin par erreur, sont-ils péruviens ou non ? ". Qu'avez-vous contre le Sentier Lumineux ?", a déclaré Bellido le 23 avril, en référence à l'organisation terroriste d'extrême gauche Sentier Lumineux, responsable de 70 000 meurtres.

Avant sa nomination officielle, Bellido a participé à un acte symbolique depuis La Pampa de la Quinua, dans la province d'Ayacucho, lieu de la bataille qui a mis fin à la domination de l'Empire espagnol sur l'Amérique du Sud en 1824. "Pour les plus de 30 millions de frères et sœurs, pour la lutte contre la corruption, pour le travail pour notre peuple péruvien (...) oui, je le jure", a déclaré le Premier ministre, qui s'est également exprimé en quechua.

El candidato presidencial peruano de izquierda por el partido Perú Libre, Pedro Castillo  AFP/ ERNESTO BENAVIDES
AFP/ ERNESTO BENAVIDES - Le candidat de la gauche péruvienne au poste de président du parti Pérou Libre, Pedro Castillo, a été élu président de la République.

Bellido est également une figure proche du leader du Pérou Libre, Vladimir Cerrón. Le fondateur de la formation marxiste-léniniste a été condamné pour corruption alors qu'il gouvernait pour la deuxième fois dans le département de Junín, ce qui l'a empêché de poursuivre son mandat. Cerrón, comme Bellido, a des liens étroits avec les régimes vénézuélien et cubain. En fait, le nouveau premier ministre ne considère pas le pays des Caraïbes comme une dictature. 

Cependant, le centre de la critique de sa figure s'est concentré sur ses déclarations ouvertement homophobes et misogynes, exprimées sur les réseaux sociaux. En tout cas, l'agenda de Perú Libre et du nouveau président n'est pas éloigné de ces postulats. Castillo s'est prononcé contre le mariage homosexuel, ainsi que contre l'avortement et l'euthanasie. Dans son discours d'investiture, il a également assuré qu'il expulserait tous les criminels étrangers du pays dans les 72 heures, et qu'il enverrait au service militaire les jeunes qui n'étudient pas ou ne travaillent pas. Son profil, au moins à cet égard, est profondément conservateur.

Simpatizantes del candidato presidencial de izquierda por el partido Perú Libre, Pedro Castillo, se manifiestan en la ciudad andina de Puno, cerca de la frontera con Bolivia, en Perú, el 14 de junio de 2021 PHOTO/AFP
PHOTO/AFP-Supporters du candidat présidentiel de gauche du parti Peru Libre, Pedro Castillo, manifestant dans la ville andine de Puno, près de la frontière avec la Bolivie, au Pérou, le 14 juin 2021.

Le rejet a été presque total. Le prédécesseur de Castillo, Francisco Sagasti, a affirmé que la nomination de Bellido générait "instabilité et mauvaise administration". Le reste de l'échiquier politique s'est également prononcé contre lui, et il a été accusé de "ne pas croire en la démocratie, les droits de l'homme et la lutte contre la corruption et le terrorisme".

La vérité est que Castillo se trouve entre le marteau et l'enclume. D'une part, le noyau dur du parti pour lequel il se présente à la présidence, Peru Libre, tente de l'entraîner dans les préceptes les plus radicaux du parti. Bellido lui-même est issu de cette aile. D'autre part, des personnalités telles que Francke et Verónika Mendoza, leader du mouvement Nuevo Perú, ont tenté de modérer l'approche de Castillo sans succès apparent. La danse commence.