Cinq clés pour le deuxième débat Trump-Biden

La nuit où Trump s'est déguisé en président
Debate entre Trump y Biden, candidatos a la presidencia de los Estados Unidos

PHOTO/AFP  -   Debate entre Trump y Biden, candidatos a la presidencia de los Estados Unidos

Le deuxième débat électoral entre Donald Trump et Joe Biden, qui s'est tenu à l'université de Belmont à Nashville, Tennessee, a ramené la confrontation dans le domaine de la modération. Cette fois, Trump a gardé les stridences... dans la limite de ses possibilités relatives de baisser le ton, et a évité d'être le compulsif impulsif auquel il est habitué chaque fois qu'il a une caméra devant lui. Cette fois-ci, les deux candidats ont débattu et discuté d'idées pour leur pays, de sorte que le démocrate a été quelque peu découragé par le tour du candidat à la réélection et incapable de dépeindre son adversaire comme le bouffon qu'il semble vraiment être. Devant lui, il n'y avait pas l'atout des tweets empoisonnés et les orphelins de la diplomatie qu'exige son bureau, mais un candidat qui a appris de l'horrible premier face-à-face de Cleveland, que ses conseillers de Biden, qu'il méprise profondément, ont fait basculer sa stratégie. Mais les sondages ne se sont pas améliorés après ce premier tour, et le changement a été pour le mieux.

Profitant de la situation politique actuelle en Espagne, on pourrait dire que Trump est devenu un homme marié devant Biden. Essayer de se rapprocher de l'électeur républicain de toujours qui ne partage pas ses débordements constants et sa vision unilatéraliste de la politique. 

Donald Trump, candidato republicano para ser reelegido a la presidencia estadounidense
PHOTO-Donald Trump, candidat républicain à la réélection à la présidence des États-Unis 

Dans ce débat, le président s'est toujours demandé pourquoi Biden n'a pas fait tout ce qu'il dit maintenant depuis qu'il est à la Maison Blanche et au Sénat. C'est ce qu'il doit faire pour se présenter à la présidence du pays alors qu'il a presque quatre-vingts ans.

Coronavirus : "Apprendre à mourir avec lui

C'est le chapitre où Trump a été le moins convaincant en raison des preuves de sa mauvaise gestion et des attaques précises de Joe Biden, avec cette phrase en gros titre en réponse à l'affirmation du président selon laquelle les Américains "apprennent à vivre avec le virus". La stratégie de Superman, qui a réussi à plier le coude face à la maladie, l'a réactivé il y a trois semaines, mais on peut douter qu'au milieu de la deuxième vague et alors que le pays est sur le point de compter trois cent mille morts, ce message sera efficace. Aujourd'hui, Trump a modéré ses opinions sur le Dr Fauci, avec lequel il n'a pas fait le sang habituel qu'il recherche dans sa critique du principal conseiller de son administration en matière de santé, dont il a fait le bouc émissaire de l'échec pendant des semaines. Ce soir, le candidat a épargné sa vie. 

Les impôts et l'établissement

L'argent des deux candidats a été le chapitre le plus difficile cette fois-ci. Avec les accusations de corruption entre les deux, pour les affaires de Trump en Chine et son compte bancaire récemment découvert, et pour les activités du fils de Biden en Russie et en Ukraine, le président va-t-il maintenant présenter ses déclarations d'impôts ? La question offense Trump, mais elle n'a jamais satisfait la curiosité des Américains en la matière. 

Joe Biden, candidato demócrata a la presidencia de los Estados Unidos
PHOTO-Joe Biden, candidat pour le partie democrat
Interférence dans le processus électoral

La Russie survole une fois de plus les discours des candidats en raison de la possibilité qu'elle tente à nouveau d'interférer avec le vote libre des citoyens le 3 novembre. Ce soupçon a maintenant été ajouté par l'Iran suite aux accusations du directeur de la sécurité John Ratcliffe il y a quelques jours. Le régime iranien financerait des attaques télématiques contre les électeurs en diffusant de fausses informations dans leurs courriels, après avoir obtenu des données confidentielles du registre des électeurs, la même procédure qui a été attribuée à Moscou en 2016. Aujourd'hui, Trump se considère comme une victime de cette conspiration. L'ancien vice-président d'Obama est catégorique à Nashville : si c'est vrai, la Russie et l'Iran vont payer pour cela. ​​​​​​​ 

Le vote minoritaire

Trump s'est posé dans le débat comme le président qui a le plus fait pour les Afro-Américains depuis Abraham Lincoln. Et il a mis Biden sur la sellette pour avoir soutenu la réforme juridique qui a mis des milliers de Latinos et de Noirs en prison, un des moments les plus compromettants pour le démocrate qui a dû reconnaître l'erreur de cette administration (Clinton). Biden, qui avait déjà laissé une annonce de campagnes avec une assurance maladie publique pour ceux qui ne peuvent pas payer celle du privé, a annoncé la plus importante régularisation d'immigrants illégaux de ces dernières années, à la recherche du vote des minorités ethniques.

Un modérateur brillant, des règles justes

Les aspects formels du second débat ne sont pas passés inaperçus. Kristen Welker, la journaliste qui couvre la Maison Blanche pour NBC, est épinglée à l'actrice Pam Grier, qui a joué Jackie Brown pour Tarantino. Elle a été brillante dans sa gestion du temps, aidée par l'outil fourni par la Commission des débats : le bouton nucléaire pour éteindre le microphone du candidat qui n'était pas à l'étage, évitant ainsi les interruptions qui ont transformé le face-à-face de Cleveland en poulailler. Je crois qu'une nouvelle façon d'aborder ces débats est née, qui permet d'éviter le manque d'éducation et de respect pour certains candidats qui croient pouvoir gagner parce qu'ils sont entendus plus fort que leurs antagonistes. Albert Rivera, par exemple, en sait beaucoup à ce sujet. En retour, ils peuvent faire des gestes et des gestes en donnant aux producteurs de télévision des contre-plans impayables. 

Le seul moment d'image qui pourrait coûter un mécontentement à Biden est son regard sur l'horloge comme s'il voulait que la procédure se déroule le plus rapidement possible. N'oublions pas que les Américains ont puni un candidat pour son visage pâle et en sueur, même si à la radio, son message avait été plus convaincant que celui de son rival.