Cinq morts et trois blessés dans une explosion en Algérie

Cet attentat, qui n'est encore reconnu par aucun groupe terroriste, est l'attaque la plus meurtrière contre des civils en Algérie depuis plusieurs années
Este ataque, no reconocido aún por ningún grupo terrorista, es el más mortífero contra civiles en Argelia en varios años 

AFP/RYAD KRAMDI   -   Cinq personnes ont été tuées et trois autres blessées par l'explosion d'une bombe artisanale dans l'est de l'Algérie

Au moins cinq personnes ont été tuées et trois autres blessées jeudi lorsqu'un engin explosif improvisé a explosé alors qu'un véhicule traversait la ville algérienne de Tebessa, à la frontière tunisienne.

Les victimes se trouvaient dans un véhicule lorsque l'explosion s'est produite dans la province de Tebessa, à environ 573 km de la capitale Alger, a déclaré le Ministère de la Défense dans un communiqué, sans révéler plus de détails.

"Cinq citoyens ont été tués et trois autres blessés par l'explosion d'une bombe artisanale lorsque leur véhicule utilitaire est passé par l'Oued Khenig-Roum, près de la ville de Telidjane dans la wilaya (préfecture) de Tebessa", selon le communiqué officiel.

Au cours de l'opération, le personnel de l'armée a saisi un fusil d'assaut, trois magazines avec des munitions, une station de radio et deux téléphones portables, selon l'agence de presse Efe.

Dans un second communiqué, également publié jeudi, le Ministère algérien de la défense a déclaré que des unités spéciales anti-terroristes ont tué un djihadiste présumé, considéré comme très dangereux, lors d'une opération dans la ville d'Oued Boudekhane, près de la ville de Khenchela, également dans le nord-ouest du pays.

Carte d'Algérie situant la province de Tebessa   PHOTO/ARCHIVE
PHOTO/ARCHIVE-Carte d'Algérie situant la province de Tebessa  

Le Président Abdelmadjid Tebboune, qui a dû être, encore, hospitalisé en Allemagne en raison de "complications" post-COVID-19, a dénoncé "un acte de lâcheté et de barbarie" et a présenté ses condoléances aux familles des victimes.

L'activité djihadiste en Algérie a connu une forte hausse au cours des cinq dernières années, tant dans les régions proches de la capitale au nord que dans les provinces du sud, à la frontière de la Libye, du Niger et du Mali.

Pour sa part, le chef d'état-major des armées, le général Said Chengriha, a exhorté "les citoyens à être plus vigilants et à éviter de voyager sur des routes éloignées, peu connues des habitants de la région.

Les forces armées algériennes ont intensifié les opérations anti-terroristes dans l'est et le nord du pays ces dernières semaines. Neuf djihadistes et quatre soldats ont été tués lors d'affrontements dans ces zones depuis le 1er décembre, selon les chiffres du ministère de la défense, en plus de la destruction de 295 caches d'armes et de la saisie d'un total de 750 bombes artisanales et de 1 900 kilos de matériel explosif.

La violence a diminué dans ce pays d'Afrique du Nord depuis que les autorités ont mis fin à une guerre dans les années 1991 contre des islamistes armés dans un conflit qui a tué 200 000 personnes.

Les autorités utilisent le terme "terroriste" pour désigner les islamistes armés qui sont actifs depuis la guerre civile (1991-2002). Mais Al-Qaida au Maghreb islamique et de petites bandes d'islamistes alliées à Daech restent actives dans des zones reculées, en particulier à la frontière séparant le nord du Mali et le sud de l'Algérie sur son côté ouest, l'une des principales voies de contrebande d'armes, de carburant et de personnes.