Clés de base pour comprendre l'Islam depuis l'Occident

Les récents événements en France ont déclenché une vague de haine envers la religion islamique en qualifiant à tort la communauté musulmane de "violente et inadaptée"
Mezquita de Santa Sofía en Estambul

AP/EMRAH GUREL  -   La mosquée Sainte-Sophie à Istanbul

L'Islam est-il une menace pour l'Occident ? La réponse des experts est claire : non. Mais ces derniers temps, nombreux sont ceux qui rejettent cette religion sans même le savoir. "L'Occident n'a pas à avoir peur des musulmans", a commencé le séminaire organisé par la communauté Ahmadiyah de l'Islam en Espagne pour discuter de la conception erronée de l'Islam dans les pays occidentaux.

Qamar Fazal, porte-parole et principal représentant de la communauté Ahmadi en Espagne, a commencé la réunion en déplorant les actes terroristes qui ont eu lieu en France ces dernières semaines. "Aujourd'hui est un jour triste pour beaucoup de gens, le meurtre qui a eu lieu à Nice ce matin nous déçoit profondément".

Selon Hazrat Mirza Masrur Ahmad, cinquième khalifa de la communauté Ahmadiyah, "ces actes ont exacerbé les tensions entre les musulmans en Occident. Nous devons nous unir pour éradiquer la haine et promouvoir la tolérance", a-t-il déclaré dans une déclaration lue par M. Fazal.

Pour tenter d'expliquer comment le Coran relate les attitudes de blasphème contre l'Islam et Mahomet, Fazal a lu l'article 4.141 du texte sacré qui dit "ne vous asseyez pas avec ceux qui critiquent la religion jusqu'à ce qu'ils entament une autre conversation.

Selon l'orateur ahmadi, c'est ce que dit le Coran "et tous ceux qui utilisent la violence se trompent dans le texte et violent la parole du Prophète", a-t-il dit en référence aux terroristes djihadistes qui commettent des actes de violence au nom d'Allah.

"Les guerres de religion ont pris fin"

Les premières batailles de l'Islam, comme l'explique Fazal, ont eu lieu en légitime défense il y a des milliers d'années. L'orateur a expliqué que la religion et la manière dont chaque État est gouverné "sont deux des nombreuses roues d'un chariot, chaque roue a son orientation et son orbite". Certains ont plus de poids que d'autres et, selon le pays dans lequel nous nous trouvons, nous devons respecter ces croyances et ces attitudes sociales.  

C'est pourquoi j'ai répété à de nombreuses reprises qu'"il n'y a aucune raison de craindre l'Islam". Les musulmans extrémistes n'ont aucune corrélation avec les enseignements du Coran, "puisque l'Islam ne permet pas la coercition", a réitéré Fazal. 
 

Qamar Fazal
Qamar Fazal, porte-parole de la Communauté Ahmadiyya de l'Islam en Espagne
Les enseignements fondamentaux de l'Islam coexistent parfaitement avec la culture occidentale

Lors de sa présentation, Qamar Fazal a énuméré les enseignements fondamentaux que le Coran prêche. "Une série de préceptes qui peuvent parfaitement se marier et vivre ensemble dans n'importe quelle société", explique-t-il.

Le premier de ces préceptes parle de prendre soin et d'aimer ses parents. Le second parle directement de l'éducation comme moyen de développement pour une société agissant en communauté. De plus, Fazal a voulu ajouter que l'éducation est un moyen de s'éloigner du crime et du terrorisme organisé. 

Aider les plus démunis est le troisième enseignement coranique. Fazal a fait une allusion internationale aux pays riches, qui "devraient soutenir les nations plus pauvres pour empêcher les gens d'émigrer et de se développer dans leur propre pays". Le quatrième précepte parle de "respecter son voisin", en comprenant que tous les gens qui nous entourent, qu'ils soient musulmans ou non, sont des voisins à tolérer pour vivre ensemble dans la paix et l'harmonie.

L'intégration est un sujet largement répété et controversé car, selon Fazal, "ce n'est pas un processus à sens unique, mais à double sens". Après les attentats de la semaine dernière en France, toute opinion ou tout commentaire médiatique sur le fait que "les musulmans n'ont pas leur place en France est erratique", a souligné le rapporteur sur l'Ahmadiyah.

Qamar Fazal est né en Espagne et a subi toutes sortes de commentaires racistes et intolérants sur sa religion. "On m'a dit à certaines occasions que je ne m'intègre pas parce que je ne mange pas de porc". Être en Espagne ne signifie pas que tout le monde boit du vin, va voir les taureaux, sort et mange du jambon. "Tout comme je respecte et ne dis rien, il faut un effort de la part de certaines personnes pour comprendre cette intégration dans l'autre sens". 

L'incompréhension du jihad

Un autre des préceptes les plus intéressants du Coran est que l'Islam n'est pas une religion violente. Ce que l'on entend par djihad est l'effort que chaque croyant fait avec lui-même, "c'est une guerre personnelle pour atteindre les objectifs que nous nous fixons dans la vie. 

"Nous comprenons le jihad comme la guerre sainte. Mais aucune guerre ne peut être considérée comme sainte. Le porte-parole de la communauté ahmadie a voulu donner plusieurs exemples de djihad, comme prendre soin de ses proches et élever sa famille, le tout loin du meurtre. "En fait, quiconque tue un innocent est comme s'il tuait toute l'humanité", a souligné M. Fazal.

Le concept de jihad a été mal compris dans le Coran, car il est question de trois types de lutte. D'abord, la lutte contre soi-même et contre ses objectifs de vie. Deuxièmement, le djihad qui se fait par le biais du livre coranique, en essayant de conquérir le cœur de ceux qui ne se sont pas approchés des saintes écritures. 

Et troisièmement, un concept qui est absolument obsolète aujourd'hui, le djihad de l'épée. "Cela répond à un point historique particulier du Prophète, mais le djihad par l'épée n'est d'aucune utilité aujourd'hui. Prendre un couteau et tuer quelqu'un qui pense différemment de vous est très éloigné du concept du troisième djihad", a critiqué Fazal.   
 

Jerusalén
AFP/AHMAD GHARABLI - La mosquée du Dôme du Rocher dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa dans la vieille ville de Jérusalem
Les femmes en Islam et leurs différentes interprétations

La question des droits des femmes dans le monde musulman a donné lieu à des milliers de débats, de mouvements et de réactions de toutes sortes. Le porte-parole de la communauté ahmadie a voulu souligner que le Coran dit très clairement quatre choses sur les femmes et les interprétations de ces lectures sont loin de ce qui est réellement pratiqué.

L'Islam affirme que les femmes et les hommes ont les mêmes droits (2-229). Mais la réalité dans de nombreux pays est totalement différente. Les femmes ont été poussées dans l'espace du foyer sans avoir la possibilité de développer, comme le dit le Coran, tous les droits qu'elles devraient avoir.

"Le Coran explique que les femmes ont le droit de travailler, d'étudier, de voter, d'hériter, de divorcer, de posséder des biens privés. Aucune fille ou femme ne devrait être privée de son éducation et les hommes devraient traiter leurs femmes avec amour et respect", a expliqué Fazal en se basant sur les écritures littérales du Coran. 

Parmi les autres préceptes fondamentaux de la religion musulmane, le porte-parole a voulu mettre l'accent sur le respect de la justice et l'abolition de l'esclavage. "En ces temps, la relation entre les nations puissantes et faibles est similaire à la relation maître-esclave. Si vous ne pensez pas aux millions de dollars de prêts économiques qui laissent un héritage de dette éternelle dans ces pays en développement", a déclaré M. Fazal. 

En conclusion, concernant les caricatures de Mahomet publiées par le magazine Charlie Hebdo, il a répété que le Coran explique qu'il faut ignorer ces commentaires sans faire de vagues sur ce que les autres pensent de la religion. "S'il y a des musulmans qui usurpent les droits des non-musulmans, c'est parce qu'ils rejettent les enseignements de l'Islam ou les ignorent complètement", a-t-il expliqué.
 

El papa en Dubai
PHOTO/Mohamed al-Hammadi/Ministerio de Asuntos Presidenciales - Le Cheikh Mohammed bin Rashid al-Maktoum, vice-président et premier ministre des Émirats arabes unis et dirigeant de l'Émirat de Dubaï, le Pape François et Ahmed al-Tayeb, grand imam d'Al-Azhar, arrivent à la réunion de la Fraternité humaine au Monument des fondateurs le 4 février 2019
Huntington avait tort

Au cours du séminaire, le professeur et expert en coopération internationale dans le monde islamique, Manuel Torres, est intervenu et a expliqué que Huntington avait tout faux. 

"Le choc des civilisations" est une doctrine néolibérale américaine qui n'accepte pas le multiculturalisme au sein des sociétés. Il est accepté qu'il y ait du multiculturalisme, mais pas que certaines cultures soient mélangées avec d'autres", a souligné M. Torres.

Cette doctrine a guidé la politique américaine à partir de 2001 avec la chute des Twin Towers. Mais l'Alliance des civilisations (UNAOC), née en 2004, est à l'opposé de cette dernière et vise à "promouvoir le dialogue et la coopération entre les différentes communautés, cultures et civilisations et à construire des ponts qui unissent les personnes et les individus au-delà de leurs différences culturelles ou religieuses".

L'UNAOC a développé une série d'actions concrètes visant à la prévention des conflits et à la consolidation de la paix. Torres a voulu souligner qu'il est impossible que la théorie de Huntington devienne réalité "parce que la mondialisation et les médias rendent les murs inutilisables". Il est impossible d'interdire aux gens de se déplacer et d'émigrer", a-t-il répété. 

En guise de message final, le professeur a voulu souligner que "nous devons cesser de nous concentrer sur les choses qui nous différencient et commencer à promouvoir les choses qui nous unissent. Les trois religions ont un élément de base en commun : la recherche de la paix".

Fazal a voulu soutenir ce message en rappelant qu'"au lieu de parler d'un choc des civilisations et d'accroître inutilement les tensions entre les différentes communautés, nous devons nous abstenir d'attaquer les enseignements religieux des autres.
 

Manuel Torres

Manuel Torres, professeur et expert en coopération internationale dans le monde islamique

Tous deux ont appelé à la tolérance et au raisonnement. "Nous faisons partie d'une communauté mondiale dans laquelle il faut faire preuve de respect. Au lieu d'attiser les flammes de la haine, nous devons reconnaître les signes avant-coureurs et changer nos attitudes avant qu'il ne soit trop tard", a déclaré le porte-parole des Ahmadis.

La Communauté Ahmadiyya d'Espagne a été fondée en 1946 et a son siège national dans la mosquée Bacharat de Pedro Abad à Cordoue. Cette communauté a été fondée par Mirza Ghulam Ahmad en 1889 en Inde et ses éléments doctrinaux comprennent des déclarations controversées de son fondateur, comme celle selon laquelle il était le Messie prophétisé par les religions monothéistes, ainsi que sa déclaration selon laquelle Jésus n'est pas mort sur la croix ou n'est pas ressuscité, mais a survécu et a continué à prêcher à la recherche des tribus perdues d'Israël jusqu'à ce qu'il atteigne l'Inde, où il a prêché parmi les bouddhistes. 

Les musulmans Ahmadiyya forment un mouvement de réforme au sein de l'Islam, en réfléchissant sur l'essence de cette religion. Cette communauté rejette complètement les mouvements fondamentalistes et prône une interprétation pacifique et tolérante du Coran.