PUBLICIDAD

Iberdrola

Comment le coronavirus affecte-t-il les principales routes migratoires de l'Afrique ?

Cet agent pathogène a paralysé le monde, y compris les routes de migration, obligeant des centaines de personnes à se retrouver piégées sur ce continent
Migrants éthiopiens à Obock, Djibouti

PHOTO/AP  -   Migrants éthiopiens à Obock, Djibouti

"Tous les migrants ont droit à une protection égale de tous leurs droits humains. Ces principes sont inscrits dans le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. Cependant, nous entendons souvent des histoires dommageables et fausses sur les migrants. Et nous les voyons souvent confrontés à des difficultés indicibles résultant de politiques façonnées plus par la peur que par les faits", a déclaré le secrétaire général des Nations unies en décembre dernier. Les milliers de réfugiés qui quittent leur pays en Afrique chaque année doivent maintenant relever un défi supplémentaire : survivre à une pandémie comme celle du coronavirus.  Cet agent pathogène a paralysé le monde, y compris les routes de migration, forçant des centaines de personnes à être piégées sur ce continent et les privant de la possibilité d'atteindre leur destination ou de rentrer chez eux.

Des migrants éthiopiens font la queue pour être comptés par les passeurs
PHOTO/AP - Des migrants éthiopiens font la queue pour être comptés par les passeurs après leur arrivée dans le village côtier de Ras al-Ara en provenance de Djibouti à Lahj, au Yémen

Les mouvements migratoires ont été une constante dans l'histoire de l'Afrique. Les flux de migrants ou de réfugiés sont plus intra-continentaux que vers l'Europe ou le Moyen-Orient. Toutefois, à l'heure actuelle, les deux lignes les plus fréquentées sont celle qui relie la Corne de l'Afrique au Moyen-Orient via le golfe d'Aden et la ligne de la Méditerranée centrale de la Libye à l'Europe. Pourtant, si l'Afrique se caractérise par quelque chose, c'est parce que c'est un continent nomade qui est toujours en mouvement. En Afrique centrale et occidentale, les éleveurs transhumants et leurs familles représentent au moins 20 % de la population totale de cette région. Ces personnes, comme beaucoup de réfugiés fuyant les conflits qui ravagent leur pays, ont été contraintes de cesser leurs activités en raison de la fermeture des frontières.

"Je suis bloqué ici depuis des semaines et je ne peux pas envoyer d'argent à mes parents et à ma femme parce que je dois utiliser cet argent pour payer ma chambre et ma pension", a déclaré Malick à l'Organisation mondiale pour les migrations (OIM). Malick est un homme d'affaires sénégalais qui se rendait une fois par semaine en Mauritanie pour y faire des affaires. Avec l'arrivée du nouveau coronavirus, il s'est retrouvé bloqué en Mauritanie. "Maintenant, je ne peux plus subvenir aux besoins de ma famille au Sénégal car je ne travaille pas", a-t-il déclaré.  

Le marché aux bestiaux de Merille
AFP/ TONY KARUMBA - Le marché aux bestiaux de Merille, à environ 411 km au nord de Nairobi, dans le comté de Marsabit, au Kenya

Le Département des affaires économiques et sociales des Nations unies (UNDESA, par son acronyme en anglais) estime qu'il y a actuellement 9,5 millions de migrants d'Afrique de l'Ouest et du Centre dans la région, dont plus de 100 000 sont considérés comme des migrants de retour. Le Centre international pour le commerce et le développement durable a publié un rapport indiquant que le commerce transfrontalier dans la région du Sahel dépasse 12 % du volume des échanges commerciaux de l'ensemble de la région. Les personnes vivant de ces activités ont été condamnées à subir les conséquences des fermetures de frontières et autres mesures prises dans les pays de la région par l'arrivée de COVID-19. 

"De nombreux commerçants transfrontaliers appellent pour demander quand la frontière sera rouverte. Nous essayons de leur expliquer que la frontière doit rester fermée pour l'instant afin d'abaisser la courbe du COVID-19, mais nous savons qu'il leur est difficile de l'accepter", a déclaré Malick Singhateh, officier de santé publique au poste frontière de Sabi en Gambie. Mais la fermeture des frontières n'est pas le seul défi auquel ces personnes sont confrontées. L'OIM a averti par une déclaration officielle que de telles actions ont conduit à une augmentation dramatique des prix des denrées alimentaires et d'autres produits de base. Selon la même agence, au moins 20 000 migrants ont été bloqués aux frontières, et près de 2 000 autres attendent dans des centres de transit.  Ce nombre s'ajoute aux plus de 5,1 millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays qui ont été forcées de quitter leur foyer en raison d'un conflit ou d'une catastrophe naturelle. 

Les femmes traditionnelles Samburu
AFP/ TONY KARUMBA - Les femmes traditionnelles Samburu rassemblent leurs chèvres pour les vendre au marché aux bestiaux de Merille, à environ 411 km au nord de Nairobi, dans le comté de Marsabit au Kenya

Les conditions de surpopulation dans lesquelles vivent ces personnes présentent un risque pour contenir l'agent pathogène qui a conquis une grande partie du monde. En outre, les migrants et les personnes déplacées à l'intérieur du pays n'ont pas un accès garanti aux systèmes de santé publique. "Le fait de ne pas inclure les migrants et les populations déplacées dans la réponse à COVID-19 peut faire de cette réponse un échec total. Personne ne sera en sécurité tant que tout le monde ne sera pas en sécurité", a déclaré Sophie Nonnenmacher, directrice régionale de l'OIM pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre.

“Los migrantes y las comunidades desplazadas deben ser considerados una parte integral de cualquier respuesta de salud pública efectiva. Los cierres de frontera no podrán mantenerse a mediano y largo plazo. Por ello la OIM está lista para brindar su apoyo a los países en lo que respecta a la reapertura de los puestos fronterizos de forma oportuna y segura”, ha añadido. 

Survivants de  naufrage survenu le 4 décembre 2019
AFP / OIM (Organisation internationale pour les migrations) - Survivants de naufrage survenu le 4 décembre 2019 au large des côtes de la Mauritanie, qui est abritée par les autorités mauritaniennes dans des abris temporaires à Nouadhibou (Mauritanie)
La route migratoire de la Corne de l'Afrique : la plus fréquentée du monde  

Sur la route de la Corne de l'Afrique, l'agence des Nations unies pour les migrations a enregistré une forte baisse du nombre de passages de migrants, selon les données recueillies par la BBC. Selon ces informations, seuls 1 725 migrants de la Corne de l'Afrique sont arrivés au Yémen en avril, contre 7 223 en mars, 9 624 en février et 11 101 en janvier de cette année. Selon les données recueillies par la matrice de suivi des déplacements de l'OIM, plus de 138 000 personnes ont traversé le golfe d'Aden pour se rendre au Yémen l'année dernière, contre plus de 110 000 qui ont traversé la Méditerranée au cours de la même période.  

L'objectif des personnes qui traversent la route dite orientale ou route de l'Est n'est pas de rester au Yémen, un pays qui a été plongé dans l'une des guerres les plus cruelles du siècle actuel. L'ONU souligne que plus de 90 % des personnes qui ont réussi à atteindre le Yémen ont poursuivi leur route vers l'Arabie Saoudite. Une grande partie d'entre eux - 92 % - proviennent de trois régions rurales d'Éthiopie : Oromia, Amhara et Tigré.

Des réfugiés de diverses nationalités traversent le camp de réfugiés de Dzaleka
AFP/AMOS GURULI - Des réfugiés de diverses nationalités traversent le camp de réfugiés de Dzaleka lors des célébrations de la Journée mondiale des réfugiés dans le district central de Dowa au Malawi

"Alors que les tragédies sur les routes de la Méditerranée sont bien documentées, notre personnel est témoin quotidiennement des abus subis par les jeunes de la Corne de l'Afrique aux mains des passeurs et des trafiquants qui exploitent leurs espoirs d'une vie meilleure", a déclaré Mohammed Abdiker, directeur régional de l'OIM pour l'Est et la Corne de l'Afrique, dans un communiqué officiel publié par les Nations unies.

Avant l'arrivée du coronavirus, des milliers de personnes ont réussi à atteindre le Yémen. Cependant, au cours de leur voyage, ils ont dû faire face à une série de difficultés telles que le crime organisé qui se matérialise sous la forme de contrebandiers ou de trafiquants. "Pour aller au Yémen, ils ont empilé environ 280 d'entre nous sur un bateau. Il n'y avait pas d'oxygène, et certaines personnes se sont suicidées en se jetant à la mer", a déclaré un Ethiopien de 32 ans à l'OIM dans la ville yéménite d'Aden. 

"Quand nous sommes arrivés au Yémen, les passeurs nous ont retenus pendant un mois. Nous avons été battus, torturés, maltraités et menacés de rançon. Ma famille a envoyé 900 dollars pour me sauver la vie, alors ils m'ont relâché, ainsi que d'autres qui avaient payé", se lamente un autre jeune Ethiopien, âgé de 18 ans seulement. La plupart des personnes arrivant au Yémen le font depuis le port de Bosaso en Somalie, selon les estimations de l'ONU.  

Des femmes réfugiées éthiopiennes attendent de recevoir des produits non alimentaires
AFP/BRIAN OTIENO - Des femmes réfugiées éthiopiennes attendent de recevoir des produits non alimentaires distribués par la Croix-Rouge du Kenya au camp de réfugiés de Somare, dans la ville frontalière du Kenya avec l'Ethiopie

Avec l'arrivée du coronavirus, l'Éthiopie a dû accueillir des centaines de migrants dans des établissements informels autour de la ville. En outre, COVID-19 a eu le pouvoir d'exacerber certaines attitudes comme le racisme, qui selon l'OIM est à l'ordre du jour dans ces camps de réfugiés. "Je suis ici depuis environ trois mois. Le coronavirus a tout changé. Je ne peux pas continuer. Je ne peux pas revenir en arrière parce que toutes les frontières sont fermées", a déclaré un jeune Ethiopien, comme le rapporte la BBC.  

Les réseaux de traite des êtres humains ont également été touchés par la maladie de l'ère de la mondialisation. À Djibouti, des centaines de migrants ont été abandonnés à leur sort, selon le rapport de la BBC, qui signale également que de l'autre côté de la mer Rouge, en Arabie Saoudite et aux Émirats arabes unis, près de 3 000 migrants éthiopiens ont été déportés dans des avions cargo, car on les soupçonne d'être porteurs du coronavirus.

La Libye, la route la plus dangereuse de la Méditerranée 

Les données fournies par l'Agence des Nations unies pour les réfugiés indiquent qu'au cours des quatre premiers mois de cette année, les garde-côtes libyens ont recueilli 3 078 réfugiés et migrants en mer, contre 1 126 à la même période l'année dernière. La crise du coronavirus et la recrudescence des combats dans ce pays d'Afrique du Nord ont conduit des milliers de personnes à fuir en quête d'un avenir meilleur. "Le conflit et la pandémie COVID-19 représentent une menace majeure pour la vie en Libye. La santé et la sécurité de toute la population du pays sont menacées", a déclaré le UNHCR. 

Un médecin libyen examine les migrants africains
AFP/ MAHMUD TURQUIE - Un médecin libyen examine les migrants africains blessés après le renversement de leur véhicule dans un hôpital de la ville de Beni Walid, à 170 kilomètres au sud-est de la capitale, Tripoli

L'un des secteurs qui a le plus souffert de cette pandémie est celui des travailleurs de la santé. En mars 2020, il y avait plus de 850 restrictions sur la circulation du personnel et des biens humanitaires à destination et en provenance de la Libye. Le nombre de migrants et de réfugiés interceptés en mer et renvoyés en Libye s'élève à 3 200. "Beaucoup se retrouvent dans l'un des 11 centres de détention officiels. D'autres sont emmenés dans des centres de détention non officiels ou dans des centres auxquels la communauté humanitaire n'a pas accès. Les Nations unies ont réitéré que la Libye n'est pas un endroit sûr et que les personnes sauvées en mer ne doivent pas être renvoyées en détention arbitraire", a déclaré l'ONU dans une déclaration officielle.  

L'émergence du coronavirus dans ce pays constitue un nouveau risque pour un système de santé déjà surchargé et incapable de prendre en charge toutes les personnes vulnérables. "La sécurité alimentaire, qui est déjà un défi, est compromise par la propagation de COVID-19 et son impact socio-économique sur les familles libyennes. Les récentes évaluations du marché montrent que la plupart des villes sont confrontées à des pénuries de denrées alimentaires de base, ainsi qu'à une augmentation des prix", a déclaré le UNHCR.

Une opération de sauvetage au large des côtes libyennes
AFP PHOTO /SEA-EYE.ORG / CEDRIC FETTOUCHE - Une photo de l'ONG allemande Sea-Eye montre des membres de cette organisation dans un bateau en caoutchouc lors d'une opération de sauvetage au large des côtes libyennes

En avril, Malte a annoncé qu'elle n'autoriserait pas l'entrée dans le pays des migrants secourus en Méditerranée car ses ports sont insuffisamment sécurisés en raison de la pandémie de coronavirus. Au lieu de cela, l'Afrique du Sud - l'un des pays les plus touchés du continent - a profité de cette crise sanitaire pour construire une clôture à la frontière avec le Zimbabwe. Dans ce scénario d'instabilité et d'incertitude, les migrants continuent d'arriver sur l'île de Lesbos.

"Les migrants en situation irrégulière, les demandeurs d'asile et les victimes d'exploitation ou de trafic sont très exposés au coronavirus parce qu'ils vivent ou travaillent dans des environnements qui pourraient les exposer sans la protection nécessaire", a noté l'ONU en avril dernier. Un mois plus tard, le risque reste le même, voire plus élevé. Un plan de réponse à cette pandémie doit également prendre en compte toutes ces personnes qui ont été piégées dans l'espoir que, tôt ou tard, elles pourront recommencer leur vie loin des menaces qui les ont forcées à fuir.