Comment les élections américaines affecteront-elles le Moyen-Orient ?

Malgré les différences évidentes entre Trump et Biden, il y aura peu de changements de politique étrangère dans la région
Le président américain Donald Trump et le candidat démocrate à la présidence Joe Biden participent au premier débat de la campagne présidentielle 2020, organisé sur le campus de la Cleveland Clinic de la Case Western Reserve University à Cleveland, Ohio, USA, le 29 septembre 2020

REUTERS/OLIVIER DOULIERY  -   Le président américain Donald Trump et le candidat démocrate à la présidence Joe Biden participent au premier débat de la campagne présidentielle 2020, organisé sur le campus de la Cleveland Clinic de la Case Western Reserve University à Cleveland, Ohio, USA, le 29 septembre 2020

Les élections du 3 novembre aux États-Unis maintiennent le monde entier en haleine dans l'attente de savoir si Donald Trump sera réélu à la présidence républicaine ou si c'est le candidat démocrate Joe Biden qui l'emportera. Mais comment un deuxième mandat d'atout ou une première présidence de Biden affecterait-elle le Moyen-Orient ?

Tout d'abord, dans le domaine de la politique étrangère, les rapports du Pentagone et du Conseil des relations extérieures soulignent que les défis actuels et futurs auxquels les États-Unis sont confrontés dans la région comprennent la limitation des ambitions nucléaires de l'Iran, la résolution du conflit israélo-palestinien, le soutien des alliés dans le Golfe arabe, ainsi qu'en Égypte et en Jordanie, la stabilisation de la situation en Libye et en Irak et la tentative de mettre fin à l'alliance entre la Syrie et la Russie et l'Iran. 

Dans ce scénario, les perspectives de Trump au Moyen-Orient, et donc ses actions sur le terrain pendant son premier mandat, sont basées sur le renforcement des relations avec l'Arabie Saoudite, Israël et l'Égypte, tout en maintenant une position plus combative avec l'Iran.  

Pour sa part, tant au cours de sa carrière de sénateur que lorsqu'il a été vice-président de Barack Obama (2009-2017), Biden a travaillé sur la diplomatie et la politique militaire américaines au Moyen-Orient et a eu une expérience des négociations avec la Syrie, Israël, l'Iran et l'Irak, bien que les résultats de ces dernières n'aient pas été très fructueux. 

Un cartel del Presidente de los EE.UU. Trump levanta el pulgar mientras los partidarios ven el debate presidencial en la oficina de la Campaña de Victoria de Trump en Katy, Texas, el 29 de septiembre de 2020
AFP/MARK FELIX - Une affiche du président des États-Unis, M. Trump, lève le pouce alors que ses partisans regardent le débat présidentiel au bureau de campagne de M. Trump à Katy, au Texas, le 29 septembre 2020
Iran

L'Iran devrait être le point d'orgue de la politique étrangère de la prochaine administration américaine. À cet égard, il convient de rappeler qu'après la signature de l'accord nucléaire avec l'administration Obama en 2015, Trump s'est retiré du pacte en mai 2018 et a non seulement imposé des sanctions commerciales à l'Iran, mais a également menacé les pays qui concluraient des accords avec les Iraniens.

En réponse, l'Iran a déclaré qu'il n'était plus soumis à aucun accord ou restriction sur les matières nucléaires qu'il pouvait produire. Par la suite, en septembre 2019, le pays a attaqué une installation pétrolière saoudienne, ce qui a conduit à l'assassinat du commandant militaire à la tête de la force d'élite du pays, le général Qassem Soleimani, dans une attaque ordonnée par le président Trump en janvier de cette année. L'Iran a répondu en lançant des missiles sur les bases américaines en Irak. 

Rien n'indique qu'un nouveau mandat Trump pourrait entraîner un changement dans les relations avec ce pays au-delà des pressions exercées par de nouvelles sanctions et des opérations secrètes, y compris des cyber-attaques, qui devraient dominer la stratégie d'un Washington républicain. Dans ce contexte, il reste à voir si l'opposition de Trump à l'accord nucléaire est basée sur une raison autre que le déni systémique des actions d'Obama.

Esta combinación de imágenes muestra al candidato presidencial demócrata y ex vicepresidente de los Estados Unidos, Joe Biden, durante el primer debate presidencial frente al presidente de los Estados Unidos, Donald Trump, en la Universidad Case Western Reserve y la Clínica Cleveland en Cleveland, Ohio, el 29 de septiembre de 2020.
AFP/ JIM WATSON - Cette combinaison d'images montre le candidat démocrate à la présidence et l'ancien vice-président américain Joe Biden lors du premier débat présidentiel avec le président américain Donald Trump à la Case Western Reserve University et à la Cleveland Clinic à Cleveland, Ohio, le 29 septembre 2020.

Au lieu de cela, une administration Biden cherchera à rétablir l'accord et à se rapprocher de Téhéran. Le démocrate a déclaré qu'il n'était pas optimiste sur cette question mais a souligné que « la manière la plus intelligente » de faire face à « la menace posée par l'Iran » inclut le retour à l'accord de 2015. 

À cette fin, Biden est enclin à utiliser des méthodes démocratiques et à s'allier avec d'autres pays, bien que l'assouplissement des sanctions contre l'Iran puisse amener certains États de la région à s'écarter de cette position.

En esta foto de archivo tomada el 28 de agosto de 2017, un Marine de los EE.UU. mira mientras los soldados del Ejército Nacional Afgano izan la bandera nacional afgana en un vehículo armado durante un ejercicio de entrenamiento para tratar con IED (artefactos explosivos improvisados) en el Campamento Militar de Shorab en Lashkar Gah en la provincia de Helmand.
AFP/ WAKIL KOHSAR - ​​Sur cette photo d'archive prise le 28 août 2017, un marine américain regarde les soldats de l'armée nationale afghane hisser le drapeau national afghan sur un véhicule armé lors d'un exercice d'entraînement pour faire face aux IED (engins explosifs improvisés) au camp militaire de Shorab à Lashkar Gah dans la province de Helmand.
Irak y Afghanistan

Quant à l'Irak et à l'Afghanistan, Trump et Biden affirment tous deux vouloir retirer les troupes des conflits dans lesquels elles restent, et bien qu'aucun des deux n'ait de stratégie concrète pour le faire, ils divergent sur certains points pour effectuer ce retrait.

D'une part, Trump annonce depuis la campagne pour les élections de 2016 que sa volonté est de « ramener des soldats américains », des combattants qui en avaient assez des « guerres sans fin », ce qu'il a répété le mois dernier dans le cadre de la campagne actuelle.  

En fait, l' « Amérique d'abord » a fait voter Trump une partie de l'électorat qui ne voyait pas beaucoup de sens à ces guerres ou ne comprenait pas comment les États-Unis ont dépensé des milliards de dollars à cette fin. 

L'actuel président est allé plus loin et en est venu à affirmer qu'il n'est pas « populaire » au Pentagone puisque cet organe ne cherche qu'à « être en guerre » et à « pouvoir dépenser des millions de dollars en achetant aux entreprises d'armement ». Pour leur part, les hauts fonctionnaires du Pentagone estiment qu'un départ « précipité » des troupes pourrait mettre en péril la paix en Afghanistan.

En esta foto de archivo tomada el 20 de noviembre de 2006, soldados estadounidenses del Batallón de Tropas Especiales de la 3ª Brigada, 10ª División de Montaña, miran el paisaje alrededor de la Base de Fuego Wilderness en la provincia de Gardez.
AFP/ JOHN D MCHUGH - Sur cette photo d'archive prise le 20 novembre 2006, des soldats américains du bataillon des forces spéciales de la 3e brigade de la 10e division de montagne regardent le paysage autour de la base de tir de Wilderness, dans la province de Gardez.

Cependant, lorsque le magnat a pris le contrôle de la Maison Blanche, il l'a fait après que l'administration Obama ait réduit le nombre de troupes en Afghanistan d'un total de 8 400 d'ici 2015. En un an de présidence de Trump, ce chiffre a été porté à 14 000, bien qu'en septembre 2019, près de 5 000 soldats soient retournés aux États-Unis.  

La situation en Irak, en revanche, tend à se détériorer de manière générale et si, entre 2003 et 2011, il y avait quelque 150 000 soldats dans le pays, ce chiffre est aujourd'hui tombé à 6 000.

À cet égard, Biden a fait preuve d'une position disparate sur l'intervention américaine à l'étranger, soutenant dans certains cas l'envoi de personnel militaire et s'opposant dans d'autres cas à l'ingérence américaine.  

Dans l'ensemble, il est sceptique quant à la capacité de son pays à résoudre les conflits ailleurs dans le monde, ce qui pourrait se produire avec l'échec des négociations avec l'Irak en 2011 sous la présidence Obama. Cette situation a entraîné le retrait immédiat et unilatéral des troupes américaines qui, cependant, sont retournées sur le terrain trois ans plus tard, alors que la situation dans le pays ne s'est pas améliorée avec le retrait.  

Ainsi, bien qu'il veuille renvoyer les troupes américaines chez elles, le candidat démocrate défend de le faire de manière « responsable » et préconise de laisser une « force résiduelle » en Afghanistan comme mesure préventive contre le terrorisme. Cela a conduit à des critiques de la part des démocrates les plus progressistes qui cherchent une position plus concluante lorsqu'il s'agit de renvoyer des soldats sur le sol américain. 

: El presidente Donald Trump y la primera dama Melania Trump saludan al salir del escenario al concluir el debate del presidente de los Estados Unidos Donald Trump y el nominado presidencial demócrata Joe Biden, en el primer debate de la campaña presidencial de 2020
REUTERS/BRIAN SNYDER - Le président Donald Trump et la première dame Melania Trump saluent en quittant la scène à la fin du débat entre le président américain Donald Trump et le candidat démocrate à la présidence Joe Biden dans le cadre du premier débat de la campagne présidentielle 2020
Israël y Palestine

En ce qui concerne le conflit israélo-palestinien, Trump a décidé de faire avancer sa politique étrangère dans les semaines précédant les élections présidentielles et a accueilli la signature des accords d'Abraham entre Israël et les Émirats arabes unis.

Cependant, même si le président a pris cette mesure à une date si proche de l'élection, elle pourrait avoir peu d'impact sur une population plus préoccupée par la pandémie de coronavirus et les protestations raciales qui secouent les États-Unis. 

De plus, bien que Trump ait salué la signature des accords, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a déclaré que « quelle que soit l'issue » des élections américaines, les relations entre Israël et les États-Unis « resteront fortes et robustes».

El candidato presidencial demócrata Joe Biden y su esposa Jill Biden saludan a la audiencia después del primer debate presidencial contra el Presidente de los Estados Unidos Donald Trump.
AFP/SCOTT OLSON - Le candidat démocrate à la présidence Joe Biden et son épouse Jill Biden saluent le public après le premier débat présidentiel contre le président américain Donald Trump.

Si le magnat se rend aux urnes, les principales victimes au Moyen-Orient seront les Palestiniens. Après que le premier mandat de Trump ait reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël et dans le contexte des plans de Netanyahou d'annexer 30% de la Cisjordanie, les Palestiniens sont en position de perdants. 

Pour sa part, et bien que l'on ne s'attende pas à ce qu'une administration Biden renvoie l'ambassade à Tel-Aviv ou reconnaisse Jérusalem comme capitale palestinienne, le démocrate peut s'opposer à l'annexion unilatérale de terres par Israël si elle n'a pas eu lieu avant son arrivée dans le Bureau ovale.  

Toutefois, Biden pourrait reprendre le poste que les échecs internationaux de son temps au sein du cabinet Obama lui ont fait regretter et, surtout, il pourrait s'attacher à défaire la politique de Trump plutôt qu'à promouvoir activement un nouveau programme d'action étrangère.

Esta combinación de imágenes muestra al Presidente de los Estados Unidos Donald Trump durante el primer debate presidencial con el candidato presidencial demócrata, el ex Vicepresidente Joe Biden, en la Universidad Case Western Reserve y en la Clínica Cleveland en Cleveland, Ohio, el 29 de septiembre de 2020.
AFP/ SAUL LOEB - Cette combinaison d'images montre le président américain Donald Trump lors du premier débat présidentiel avec le candidat démocrate à la présidence, l'ancien vice-président Joe Biden, à la Case Western Reserve University et à la Cleveland Clinic à Cleveland, Ohio, le 29 septembre 2020.
Syria, Libye y Liban

En ce qui concerne la Syrie, Trump a décrit le pays comme une zone de « sable et de mort », ce qui montre le peu d'intérêt qu'il porte à l'importance stratégique du pays ou à la crise humanitaire qu'il connaît et a laissé à d'autres dirigeants - la Russie, la Turquie et l'Iran - le soin de se battre dans la région. Il reste à voir si Biden cherchera à restaurer la crédibilité des États-Unis dans la région ou s'il adoptera également une position d'indifférence.

Pour sa part, la Libye représente un défi encore plus complexe en raison de la variété et du croisement des intérêts dans le pays. Le plus grand atout de sa présidence a été d'appeler à un cessez-le-feu, bien qu'il n'ait pas été activement impliqué.  

Toutefois, on n'attend pas non plus un engagement plus important de Biden, bien qu'il se soit opposé à l'intervention de 2011 en Libye et qu'il se soit montré sceptique quant aux idéaux qui visent à transformer la région. 

Les sanctions contre le Liban ont été retardées par le désastre de l'attentat de Beyrouth, mais devraient se poursuivre contre les dirigeants politiques et économiques pour leurs liens présumés avec le parti de la milice chiite Hezbollah, quel que soit le dirigeant en charge. Ainsi, malgré le fait que les républicains aient été plus agressifs dans leur politique de sanctions, Trump s'est abstenu de les imposer au pays, ce qui peut être attribué à son indifférence totale envers le pays ou à l'absence de stratégie.

El candidato presidencial demócrata Joe Biden habla durante un evento de campaña para lanzar una gira de la campaña de trenes en la estación Amtrak de Cleveland el 30 de septiembre de 2020 en Cleveland, Ohio
AFP/ALEX WONG - Le candidat démocrate à la présidence Joe Biden s'exprime lors d'un événement de campagne pour le lancement d'une tournée de campagne en train à la gare Amtrak de Cleveland le 30 septembre 2020 à Cleveland, Ohio
Arabie Saoudite, EAU y Égypte

En ce qui concerne l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis (EAU) et l'Égypte, la différence entre les perspectives des démocrates et des républicains à l'égard des relations avec ces pays n'est pas trop profonde. Les États-Unis et le Golfe ont besoin l'un de l'autre et ont des intérêts communs, si bien que l'on s'attend à peu de changements dans ce domaine. Ces intérêts sont difficilement évitables par aucun dirigeant et comprennent le commerce de l'énergie à travers le Golfe, la mer Rouge et le canal de Suez. 

Ainsi, bien que ces États aient bénéficié de la politique mercantiliste de Trump et aient renforcé leurs relations avec l'administration américaine, il ne faut pas s'attendre à ce qu'un éventuel mandat de Biden refroidisse les relations, bien que le démocrate ait condamné à plusieurs reprises les actions saoudiennes dans la guerre du Yémen et ait mis en garde contre les approches des Émirats arabes unis vis-à-vis de l'Iran.

Los partidarios del Presidente de los Estados Unidos Donald Trump ven el primer debate presidencial de 2020 entre el Presidente de los Estados Unidos Donald Trump y el contendiente demócrata Joe Biden, que tiene lugar en la Universidad Case Western Reserve en Cleveland.
ZUMA/BOD DAEMMRICH - Les partisans du président américain Donald Trump regardent le premier débat présidentiel de 2020 entre le président américain Donald Trump et le challenger démocrate Joe Biden, qui se déroule à la Case Western Reserve University de Cleveland.
Conclusions

Quel que soit le candidat choisi pour diriger le pays américain dans les années à venir, le Moyen-Orient ne sera pas son principal centre d'intérêt. Au contraire, les États-Unis devraient se concentrer sur la réparation des effets laissés par le COVID-19 et, en termes de politique étrangère, le Moyen-Orient est classé quatrième priorité de l'ordre, derrière l'Europe, l'Indo-Pacifique et l'Amérique latine. 

Cependant, si Trump est élu, quatre années de distanciation et de refroidissement des relations avec la région sont attendues, tandis que Biden pourrait adopter des politiques plus nuancées telles que le retour au pacte nucléaire avec l'Iran et la normalisation des relations sans susciter d'attentes ni les tuer.