Confirmation de la réunion de haut niveau entre le Maroc et l'Espagne

Le roi Mohammed VI ne recevra pas le président espagnol Pedro Sanchez
Drapeaux Espagne Maroc

 -  

Comme Atalayar l'a appris de sources diplomatiques, la réunion de haut niveau (RLM) entre les gouvernements du Maroc et de l'Espagne se tiendra enfin et aura lieu le 17 décembre prochain à Rabat, malgré les doutes et les rumeurs qui circulent ces derniers temps.

Le sommet aura lieu malgré la détérioration du climat bilatéral entre les gouvernements marocain et espagnol causée par le deuxième vice-président de l'exécutif, Pablo Iglesias. Bien que le roi Mohamed VI ne recevra pas le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez.

Dans les cercles politiques de la capitale marocaine, Pablo Iglesias est considéré comme "indésirable au Maroc, tout comme les membres de son équipe politique", selon des sources diplomatiques marocaines.

A l'origine du refroidissement soudain des relations, il y a le message envoyé par le leader politique à travers les réseaux sociaux sur le conflit du Sahara occidental, qui, en prenant position en faveur du référendum d'autodétermination pour la population de l'ancienne colonie espagnole, a profondément irrité la Maison royale marocaine, qui a fait du différend saharien "une question d'honneur, sacrée pour tous les citoyens du Royaume", comme l'a dit le roi alaouite dans son dernier discours commémorant la Marche verte début novembre dernier. 

Cependant, contrairement à ce qui a été écrit à la légère, Pablo Iglesias n'a pas appelé à l'organisation d'un référendum sur l'autodétermination, mais a simplement reproduit une partie de la résolution adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies en 1996, présentée par la représentante des États-Unis à l'ONU, Madeleine Albright, au nom du président Bill Clinton. Les églises ont donc pris soin de ne pas rompre la discipline du gouvernement, en reprenant les termes d'une résolution de l'ONU.  En revanche, son mouvement politique, United We Can, qui a explicitement demandé l'organisation d'un référendum de la population sahraouie, n'est pas soumis à la discipline politique imposée par l'exécutif de la coalition et peut exprimer ses opinions librement. 

L'action menée par Pablo Iglesias n'avait pas pour but de gagner la sympathie d'un électorat de plus en plus critique à l'égard de la formation populiste, mais de torpiller la réunion de haut niveau hispano-marocaine. Les forces qui se trouvent derrière le parti d'Iglesias, et auxquelles son chef est directement ou indirectement responsable, ont intérêt à ce que les relations entre les deux gardiens du détroit de Gibraltar ne s'améliorent pas, et si possible même s'aggravent. Une situation qui rappelle les manœuvres cachées qui ont été révélées lorsque la crise hispano-marocaine est née de l'intervention marocaine sur l'îlot de Perejil (Laila, pour les voisins du sud), et qui s'est terminée par une intervention militaire espagnole. 

Malgré tout, l'opération de sabotage menée par le numéro trois du gouvernement présidé par le socialiste Pedro Sánchez n'a pas réussi. Toutefois, contrairement à d'autres situations critiques qui se sont produites dans le passé entre les deux pays, cette fois-ci, la nation nord-africaine n'a pas pris de "représailles", comme les médias l'appellent habituellement, hostiles à un bon accord bilatéral, à l'égard des mesures prises. 

Cette opération de confusion menée par Pablo Iglesias coïncide avec un boom de fausses nouvelles et de propagande anti-marocaine observé dans certains médias espagnols. Elle est attribuée, de manière anonyme bien sûr, au régime marocain, de l'envoi de centaines ou de milliers d'immigrants sans papiers, au trafic de drogue et à la traite des blanches ; et même à la préparation d'actes d'agression militaire contre l'Espagne. Ce ne sont pas les louanges supposées du terrorisme djihadiste que les immigrants chanteraient à bord de leurs bateaux qui manquent. 

La question demeure : qui a intérêt à ce que l'Espagne et le Maroc se tournent le dos et pourquoi ? Qui en profite ?