Controverse sur la prolongation du mandat de Farmajo en Somalie

Le mandat du président somalien a pris fin le 8 février et des élections auraient dû être organisées
El presidente de Somalia, Mohamed Abdullahi Mohamed AP/JEROME DELAY

AP/JEROME DELAY  -   Le président Mohamed Abdullahi Mohamed

Le 12 avril dernier, la Chambre basse du Parlement somalien (Chambre du peuple) a approuvé la prolongation du mandat du président Mohamed Abdullahi Mohamed, plus connu sous le nom de "Farmajo". Sur les 275 parlementaires présents dans la chambre, seuls 153 étaient présents pour le vote (trois contre et une abstention). Cependant, pour être approuvée, la décision aurait dû être validée par le Sénat, qui n'a pas été consulté. 

Le chef de la police de Mogadiscio, Sadak Omar Mohamed, a été limogé lundi pour avoir tenté d'empêcher la tenue d'une session parlementaire, malgré la fin du mandat du président. L'ancien chef de la police de la capitale a déclaré à la presse qu'il n'autoriserait pas la réunion en raison de la fin de la présidence, appelant le Premier ministre à prendre le contrôle.

Los legisladores somalíes de la cámara baja del parlamento levantan la mano para votar la prórroga del mandato del presidente Mohamed Abdullahi Mohamed por otros dos años para que el país se prepare para las elecciones directas, en Mogadiscio, Somalia, el 12 de abril de 2021 REUTERS/FAISAL OMAR
REUTERS/FAISAL OMAR-Les législateurs somaliens de la chambre basse du Parlement lèvent la main pour voter sur la prolongation du mandat du président Mohamed Abdullahi Mohamed.

Le 8 février, le mandat de Farmajo a pris fin, et des élections auraient dû être organisées, comme l'indique l'accord établi le 17 septembre 2020, dans lequel les autorités somaliennes se sont engagées à organiser des élections indirectes. Quelques jours avant la date de fin du mandat, des réunions d'urgence ont été convoquées avec les dirigeants régionaux dans une tentative infructueuse de parvenir à un accord pour permettre la tenue des élections. Le président a tenté de se présenter comme candidat intérimaire, mais le Parlement ne l'a pas approuvé, arguant qu'il était inconstitutionnel de prolonger son gouvernement, même temporairement. Cet obstacle juridique utilisé en février n'a pas disparu, mais après deux mois sans gouvernement et avec peu d'espoir de parvenir à un accord entre les autorités fédérales, l'opposition et le gouvernement central, la moitié des parlementaires ont décidé d'accorder la prolongation de deux ans. La semaine dernière, c'était la quatrième et dernière fois que les parties se rencontraient pour parvenir à un accord sur les élections, mais à l'issue de la réunion, aucun consensus n'avait été atteint et aucune date n'avait été fixée pour la poursuite des négociations. Selon le ministre de l'information Osman Dubbe, c'est l'intransigeance des autorités fédérales du Jubaland et du Puntland qui a rendu impossible la conclusion d'un accord. En décembre dernier, la Somalie a rompu ses relations diplomatiques avec le Kenya en raison de son ingérence présumée dans les affaires locales du Jubaland. 

L'accord du 17 septembre dernier stipulait que les élections seraient basées sur le système des délégués nommés par les autorités tribales et les anciens. Ces 14 000 délégués représentant les intérêts des différents clans du pays choisissent les 275 membres de la chambre basse du Parlement. Malgré ce consensus, les partis sont en désaccord sur trois points principaux : les membres de la commission électorale, le lieu du scrutin dans certains États fédéraux et les dispositions de sécurité visant à prévenir les attaques d'Al-Shabaab. 

Miembros del parlamento somalí asisten al discurso del primer ministro Mohamed Hussein Roble en Mogadiscio, Somalia, el 10 de febrero de 2021 REUTERS/FAISAL OMAR
REUTERS/FAISAL OMAR-Des membres du parlement somalien assistent au discours du Premier ministre Mohamed Hussein Roble à Mogadiscio, en Somalie, le 10 février 2021.

Dans un communiqué commun, les Nations unies, l'Union africaine, l'IGAD (Autorité intergouvernementale pour le développement) et l'Union européenne ont exhorté les dirigeants somaliens à parvenir à un accord permettant la tenue d'élections ouvertes à tous, exprimant leur préoccupation pour la sécurité, la paix, la stabilité et la prospérité de la Somalie. La communauté internationale s'oppose à la prolongation du mandat de Farmajo ainsi qu'à la tenue d'élections partielles. Les rapports des Nations unies soulignent le fait que deux des cinq États fédéraux qui composent la Somalie ne reconnaissent pas le mandat prolongé du président. La communauté internationale étant contre lui, le ministre des affaires étrangères Mohamed Abdirizak a écrit vendredi au Conseil de sécurité des Nations unies pour protester contre l'ingérence internationale dans les affaires intérieures de la Somalie. 

Que Farmajo reste ou non président de la Somalie pour les deux prochaines années, les préparatifs des élections doivent commencer dès que possible et, à cette fin, les autorités régionales, les dirigeants de l'opposition et le gouvernement doivent continuer à négocier la réforme du système électoral. Compte tenu des expériences de l'année écoulée et de la non-reconnaissance du mandat prolongé de Farmajo en tant que président pour certaines autorités locales et régionales, il semble que les parties soient dans une véritable impasse dans les négociations. Outre la crise sécuritaire principalement causée par le groupe djihadiste Al-Shabaab, le gouvernement somalien et le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires sanitaires mettent en garde contre l'aggravation de la sécheresse dans tout le pays. La saison des pluies (avril à juin) devrait être inférieure à la moyenne. Plus de 116 000 Somaliens ont été déplacés depuis octobre 2020 en raison du manque d'eau et 1,6 million de personnes souffrent actuellement d'une insécurité alimentaire aiguë.