PUBLICIDAD

Iberdrola

Coup d'envoi du Congrès mondial des médias d'Abu Dhabi

La capitale émiratie accueille la première journée du premier Congrès mondial des médias, qui se tiendra du 15 au 17 novembre et portera sur l'avenir du secteur de l'information et des communications
atalayar-monde-congrès-médias-abu-dabi-émirats-unis

PHOTO/WAM  -   Congrès mondial des médias Abu Dhabi

"Façonner l'avenir de l'industrie des médias". L'objectif qui a réuni plus de 1 200 spécialistes et experts du secteur des médias, 162 intervenants de renommée internationale et plus de 170 entreprises et médias représentant 29 pays différents dans la capitale émiratie d'Abu Dhabi, est devenu le principal objectif du Congrès mondial des médias 2022 (World Media Congress). Ce mardi 15 novembre, la première de trois sessions qui devraient définir l'avenir de l'industrie de l'information et de la communication, ainsi que l'intégration de la technologie dans le secteur.

La première journée s'est ouverte par les discours de bienvenue du directeur général de l'agence de presse nationale des Émirats arabes unis WAM et président du comité d'organisation principal du congrès, Mohamed Jalal Al Rayssi, et du directeur général et PDG du groupe ADNEC, Humaid Matar Al Dhaheri, les dirigeants des deux principales sociétés organisatrices de l'événement. "Le Congrès mondial des médias sera une nouvelle plateforme mondiale qui façonnera l'avenir de l'industrie des médias grâce à la coopération internationale dans ce domaine", a déclaré Jalal Al Rayssi, cité par WAM. "Le secteur des médias émiratis a réussi à former un modèle exceptionnel [...] grâce à des outils innovants et créatifs pour transmettre un message de développement". 

"Le congrès comprendra plusieurs conférences sur trois jours qui se concentreront sur la voie à suivre pour le secteur mondial des médias, ainsi que des expositions, un espace d'innovation couvrant les solutions technologiques des médias, et plus de 30 ateliers de formation destinés aux jeunes journalistes, parmi de nombreuses autres activités", a expliqué le directeur de la WAM dans un communiqué avant l'événement accueilli par le cheikh Mansour bin Zayed Al Nahyan, vice-premier ministre et ministre de la Cour présidentielle. 

atalayar-congreso-mundial-medios-abu-dabi-emiratos-arabes-unidos-mansour-bin-zayed-al-nahya
PHOTO/WAM  -  Mansour bin Zayed al-Nahya

Pour sa part, le PDG d'ADNEC a participé au discours d'ouverture en déclarant que "l'organisation de cet événement [le Congrès mondial des médias] s'inscrit dans le cadre des efforts déployés par le Groupe ADNEC pour soutenir la diversification économique et renforcer ses contributions afin d'obtenir des effets positifs sur l'économie et la société [...], notamment le secteur des médias, qui est un catalyseur du développement durable". 

En outre, la cérémonie d'ouverture a permis au Centre de la jeunesse arabe (AYC) de présenter les résultats d'une étude évaluant les priorités et les intérêts de la jeune population concernant l'avenir des médias, et examinant le rôle des médias en tant qu'outil pour faire face au changement climatique. La présentation a abordé les questions liées à la création d'identités individuelles, collectives et nationales basées sur l'industrie des médias. 

atalayar-congreso-mundial-medios-abu-dabi-emiratos-arabes-unidos-mohamed-jalal-al-rayssi-WAM-noticias
PHOTO/WAM - Mohamed Jalal Al Rayssi, directeur général de l'Agence de presse des Émirats (WAM)

Le premier panel d'orateurs du premier jour du congrès a offert un espace de discussion entre Monica Mutsvangwa, ministre zimbabwéenne de l'Information, de la Publicité et de la Radiodiffusion, qui s'est concentrée sur les opportunités d'investissement dans le secteur des médias, et Michael Peters, PDG du réseau Euronews en France, qui a parlé des opportunités et des défis futurs dans le secteur, suivi de la session "Investir dans les compétences créatives des jeunes d'aujourd'hui, pour travailler dans le secteur des médias du futur".  

Nart Bouran, PDG de Global Media Investments et PDG de E&Company, a participé à la session Investor Talks consacrée à la définition des tendances en matière d'investissement dans les médias et à la manière dont cela affecte le paysage médiatique, tandis que Sophie Hvitved, conseillère principale en médias et chercheuse en prospective à l'Institut danois d'études sur l'avenir de Copenhague, a pris part à la présentation "Investing in the Metaverse : How Media Companies Profit". 

atalayar-congreso-mundial-medios-abu-dabi-emiratos-arabes-unidos-ponencia-WAM
PHOTO/WAM - S. E. Heba Fatani, directrice générale de l'Office des médias du gouvernement des Émirats arabes unis à Ras Al Khaimah, avec Nashwa Al Ruwaini, PDG de Pyramedia (EAU), lors du Congrès mondial des médias à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis

Dans cette veine, le tour de parole du premier jour du congrès comprenait également une interview sur l'avenir des médias dans le monde du World Wide Web 3 et un court débat sur le rôle de l'intelligence artificielle, de l'apprentissage automatique et de l'automatisation dans la transformation des nouvelles dans l'avenir de l'information, par le cofondateur et PDG de Newsbridge en France, Philippe Pettipunt. 

Entre autres, le ministre d'État chargé des affaires de la jeunesse, Shamma bin Suhail Fari Al Mazrui, et le ministre bahreïni de l'Information, Ramzan bin Abdullah aL Nuaimi, ont également participé à cette journée ; la directrice générale du Bureau des médias du gouvernement de Dubaï, Mona Ghanem Al Marri ; le directeur général des médias numériques, de la culture et de la mode de NEOM City, en Arabie saoudite, Wayne Berg ; et la vice-présidente et rédactrice en chef de CNN Arabic aux EAU, Caroline Farag. 

atalayar-congreso-mundial-medios-abu-dabi-emiratos-arabes-unidos-noticias-WAM
PHOTO/WAM - Congrès mondial des médias Abu Dhabi

Ce congrès - ainsi que d'autres réunions telles que le Sommet des médias d'Abu Dhabi, le Forum international de la communication gouvernementale (IGCF) ou le Forum arabe des médias - vise à renforcer la position des Émirats arabes unis, 138e sur les 180 que compte le classement international de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF). Dans cet espace, l'agence de presse publique WAM a profité de l'occasion pour lancer le système numérique WAM News System, un outil qui fonctionne avec certaines des dernières avancées dans le domaine de l'intelligence artificielle, et qui vise à assurer une plus grande flexibilité et une opérabilité optimale pour les partenaires de reportage du gouvernement et des entités privées.