COVID-19 : Solutions numériques pour prévenir la corruption

Une nouvelle étude du CAF recommande aux gouvernements d'Amérique latine d'utiliser les données et les nouvelles technologies pour prévenir les cas de corruption potentiellement mortels afin de faire face à la pandémie de COVID-19
Soluciones digitales

 -  

Le COVID-19 a forcé les gouvernements à faire des achats urgents de biens et de services tels que des lits, des médicaments, des équipements hospitaliers et des fournitures médicales. Dans ces procédures de passation de marchés publics, l'existence de cas de corruption limiterait l'efficacité des efforts déployés pour contenir la pandémie et entraînerait des dépassements de coûts inutiles qui pourraient réduire les soins de santé dispensés à des milliers de citoyens.  

Afin de réduire les risques de corruption liés aux marchés publics pendant l'urgence de COVID-19, la CAF - banque de développement latino-américaine - a publié l'étude Technologie pour l'intégrité en temps de COVID-19, qui montre comment les nouvelles solutions numériques, accompagnées d'une politique d'ouverture des données, pourraient non seulement changer le front de la lutte contre le coronavirus, mais aussi faire un saut qualitatif dans l'adoption de politiques d'intégrité.  

« Les risques de corruption augmentent souvent en temps de crise. Mais si les nouvelles technologies sont complétées par l'analyse des données pour la surveillance de la pandémie, nous serions en mesure de réduire les risques. Des données ouvertes sont essentielles pour une gestion optimale de la crise sanitaire et des programmes d'urgence », déclare Carlos Santiso, directeur de la direction de l'innovation numérique de l'État. 

La publication décrit trois domaines dans lesquels l'offre de biens et de services peut être protégée de la corruption pendant la crise du COVID-19 :

  1. Responsabilité axée sur les résultats : l'objectif est de garantir la destination des ressources gérées par les gouvernements et les organisations multilatérales, ainsi que les résultats de ces dépenses en vue d'enrayer la propagation du virus. Il existe des applications à code source libre comme OpenRBF qui permettent de suivre les résultats et les performances dans les secteurs de la santé, de l'éducation et du gouvernement. En combinant les applications de géoréférencement sur l'évolution de la pandémie (telles que celles développées par Singapour, la Nouvelle-Zélande et l'Espagne), avec le système de transparence budgétaire de l'OpenRBF, un chevauchement permanent serait obtenu entre les cartes de l'offre de soins en cas de pandémie et les résultats obtenus pour l'endiguer. 
  2. Publicité des marchés directs d'urgence : la publicité des marchés permet non seulement de montrer aux citoyens les actions du gouvernement, mais aussi de maximiser le niveau de réponse à leurs demandes de fournitures. Les processus de recrutement ouvert aident les gouvernements à répondre à leurs demandes dans le cadre des procédures d'urgence. 
  3. La numérisation dans l'agrégation de la demande pour les gouvernements : un instrument bien connu dans le domaine des achats et des contrats, tant pour les gouvernements que pour les organisations internationales, est l'accord-cadre sur les prix (AMP), c'est-à-dire un contrat entre un acheteur et un ou plusieurs fournisseurs, pour la livraison, à des conditions spéciales de prix et de fourniture, de certains biens ou services. La numérisation de cette procédure par le biais d'audiences virtuelles, de récompenses électroniques et même de sanctions pour non-respect basées sur des moyens électroniques, génère plus de transparence et de rapidité pour la fourniture de biens ayant les caractéristiques uniformes nécessaires à l'urgence
Une occasion unique de réduire la corruption en Amérique latine 

La crise générée par le COVID-19 offre également une opportunité pour l'Amérique latine d'adopter des politiques d'intégrité qui réduisent la corruption à court, moyen et long terme. Et pour y parvenir, l'utilisation des données et des technologies numériques sera essentielle, selon une autre étude du CAF publiée récemment. 

« La transparence ne doit pas être reléguée au second plan pendant la crise, bien au contraire. Il est essentiel que les gouvernements d'Amérique latine intègrent l'utilisation des données et des nouvelles technologies dans leurs processus de passation de marchés publics et atténuent ainsi les risques de corruption et s'attaquent à l'émergence de la pandémie mondiale en temps utile », déclare Santiso.

Cette deuxième publication fait l'inventaire de plusieurs initiatives qui utilisent l'analyse des données et l'apprentissage automatique pour alerter les autorités des risques de corruption, intégrant ainsi une approche d'action proactive, basée sur la prévention et la détection précoce d'éventuels délits. Ces technologies augmentent également l'efficacité des enquêtes judiciaires ou administratives et innovent contre les programmes et politiques de lutte contre la corruption qui reposent sur des mesures éprouvées telles que les campagnes d'information, la formation du personnel ou les audits traditionnels.  

Le succès et la durabilité de cette approche exigent des pays qu'ils mettent en œuvre un programme public et transversal ambitieux qui vise à garantir la qualité des données, à fournir l'infrastructure nécessaire à leur stockage et à investir dans la puissance du traitement de l'information, ainsi que la coordination entre les organes judiciaires et administratifs. À l'ère des données, le pouvoir de dissuasion des gouvernements ne réside pas dans leur capacité à sanctionner, mais dans leur potentiel à anticiper et à prévenir la corruption.