Croissance et pauvreté.Une vision pour l'Afrique  

Les pays pauvres sont pauvres parce que ceux qui détiennent le pouvoir prennent des décisions qui provoquent la pauvreté
Crecimiento y pobreza.Una visión para África 

 -  

Les pays pauvres sont pauvres parce que ceux qui détiennent le pouvoir prennent des décisions qui provoquent la pauvreté.  

Washington City, 10 avril 2014. Selon un rapport publié par la Banque mondiale, la croissance économique, bien qu'essentielle à la réduction de la pauvreté, a des limites. Les pays doivent compléter les efforts visant à accroître la croissance par des politiques qui allouent davantage de ressources aux plus démunis. Ces ressources peuvent être distribuées par le biais du processus de croissance lui-même, en favorisant une croissance plus inclusive, ou par des programmes publics, tels que les transferts conditionnels et directs en espèces.  

"Pour mettre fin à l'extrême pauvreté, nous devons nous attacher tout particulièrement à rendre la croissance plus inclusive et à augmenter le nombre de programmes visant à aider directement les pauvres.  Jim Yong Kim.1 

Introduction  

Pourquoi certaines économies se développent-elles et d'autres pas ? Existe-t-il une formule claire pour la croissance ? La croissance va-t-elle ou non sans raison évidente ? De quel type de croissance parlons-nous ? Est-il judicieux de faire des comparaisons entre différentes régions, zones géographiques et cultures ?   

Ces questions et d'autres auxquelles les économistes tentent de répondre depuis longtemps, et il n'y a toujours pas de réponse unique à toutes.   

Examinons la situation de l'Afrique, sa croissance et son influence sur la pauvreté. 

LES 10 PAYS LES PLUS PAUVRES DU MONDE PAR LE PIB PAR CAPITAINE (données en USD ; 2020)   

Les 10 pays les plus pauvres du monde (en termes de PIB par habitant) selon les dernières données du Fonds monétaire international (année 2020).  

  1. Sud-Soudan : 243,27 $ 
  2. Burundi : 312,73 $ (2011 PIB pc 533)  
  3. Érythrée : 349,79 $ 
  4. Malawi : 385,68 $ (2011 PIB pc 805)  
  5. Niger : 427,45 $ (2011 pc PIB 642)  
  6. République centrafricaine : 471,94 $ 
  7. Madagascar : 490,91 $ 
  8. Afghanistan : 509,76 $ 
  9. République démocratique du Congo : 511,6 $   
  10. Mozambique : 521,83 $ (2011 PIB pc 861) 

Crecimiento y pobreza  Una visión para África 

Revenons quelques années en arrière  

En 1960, le PIB de l'ASS2 était supérieur à celui des pays d'Asie centrale et orientale ; la moyenne de ces derniers n'était pas supérieure à celle de l'ASS. Même en 1975, la différence entre les PIB des deux régions n'était pas très importante. Le fossé s'est creusé entre 1975 et 1995 et déjà en 1995, le PIB de l'ASS était inférieur de près de 20 % à celui de 1975, ce qui est tout à fait le contraire de la tendance dans les pays asiatiques.  

EN USD$3  

Afrique subsaharienne PIB pc 1960 : 1 172 ;1975 : 1 487 ;1995 : 1,225   

Asie du Sud-Est PIB pc 1960 : 916 ;1975 : 1 256 ;1995 :3 535   

Asie du Sud-Est hors Chine PIB pc 1960 : 1 138 ;1975 :1 980 ;1995 : 5 392  

Asie centrale PIB pc 1960 : 741 ; 1975 : 970 ; 1995 : 1 542 

La répartition du PIB par habitant entre les pays est très inégale. En 1970, le PIB moyen pc4 des 25 pays les plus riches était 25 fois plus élevé que la moyenne des 25 pays les plus pauvres, la différence était abyssale, mais en 2005, cette différence n'a fait que s'accentuer, les 25 pays les plus riches ayant un PIB moyen pc4 51 fois plus élevé que celui des 25 pays les plus pauvres. Aux deux dates, 15 des 25 plus pauvres étaient les mêmes et 13 d'entre eux étaient des Africains subsahariens. En 2005 déjà, 22 des 25 plus pauvres se trouvaient dans la zone subsaharienne.5  

Nous devons nous demander pourquoi la stagnation et la régression persistent dans certains pays (pas dans tous, car certains sont parvenus à la briser, comme dans le cas de l'île Maurice, du Botswana6, de la Namibie, par exemple). 

Le débat entre les arguments de la croissance et de la pauvreté 

Cette collision qui existe est due à plusieurs causes dont je vais citer les principales.  

  • La croissance et les institutions économiques extractives. Le cadre institutionnel  

Les institutions extractives sont conçues pour extraire des revenus et du bien-être d'un secteur de la société vers un autre secteur. Les institutions extractives concentrent le pouvoir dans les mains de quelques-uns, sont construites pour extraire des ressources du plus grand nombre pour une minorité qui utilise ces ressources pour consolider sa position de pouvoir politique et qui est incapable de fournir des incitations à l'activité économique. Les institutions extractives peuvent générer un certain degré de croissance, mais cela n'est pas durable étant donné l'instabilité des luttes de pouvoir politiques concentrées et les limites de l'innovation.7 De telles institutions conduisent à la stagnation et à la pauvreté. Pour toutes ces raisons, je maintiens que la croissance doit être analysée avec soin, car il ne faut pas penser qu'un pays africain qui a des taux de croissance élevés est dû à une politique économique orthodoxe. Ce qui se passe, c'est que les élites peuvent directement affecter des ressources à des activités productives qu'elles contrôlent personnellement. Un monopole du pouvoir qui pourrait même permettre à certaines institutions économiques inclusives de s'implanter, car celles-ci ne menaceraient pas leur contrôle politique. Mais ne nous leurrons pas : ce fait, qui se produit très souvent, ne génère à long terme un développement économique soutenu dans aucun pays. Tout cela est étroitement lié à ce que Bates8 appelle le régime de contrôle (CR) qui consiste essentiellement à intervenir administrativement dans l'économie (le CR fixe la plupart des prix, intervient dans les entreprises et réglemente strictement le commerce intérieur et extérieur, ainsi que les flux financiers et les devises) et on peut déjà imaginer où les rentes générées par ces CR mènent ou sont détournées, vers les bénéficiaires de ces rentes, c'est-à-dire les fonctionnaires et les hommes politiques. La corruption devient alors la norme.  

Crecimiento y pobreza  Una visión para África 

 

La gouvernance en Afrique a été et est influencée par un cadre institutionnel fragile dans beaucoup de ses pays, et par des régimes de contrôle gouvernemental qui ont piloté nombre de ses économies avec une influence énorme sur le développement et la croissance économique de beaucoup de ses pays au fil du temps (il vaut la peine de consacrer une analyse au cas du Zimbabwe après 1980 car son cas était un exemple clair de l'Afrique subsaharienne après l'indépendance de ses pays : après l'indépendance, Mugabe a établi son contrôle personnel et a violemment éliminé ses opposants. Il a réécrit la constitution qu'il avait héritée de l'indépendance et est devenu président. Finalement, en 1990, il s'est débarrassé du Sénat et a introduit des postes au sein de la législature qu'il pouvait nommer. Le résultat a été un État à parti unique dirigé par lui-même). 9  

L'échec du modèle économique a entraîné une dynamique institutionnelle négative qui a conduit dans plus de quelques cas à des situations de défaillance de l'État, avec des conséquences encore plus dévastatrices. L'Afrique présente une énorme variété ethnique, mais cela ne semble pas être la cause ultime de l'instabilité politique et du sous-développement économique. Les conflits ethniques ne se transforment pas en conflits armés lorsqu'il y a un État. C'est la crise de l'État qui conduit les groupes en lutte pour le pouvoir à utiliser des bannières ethniques pour élargir leur base de soutien10

Une nouvelle analyse des politiques et des institutions publiques en Afrique révèle cependant que 26 % des pays ont fait des progrès significatifs en matière de développement et de réduction de la pauvreté. Les piètres performances des pays en conflit montrent à quel point la violence érode rapidement les progrès en matière d'égalité et de croissance. La Côte d'Ivoire et le Rwanda figurent toujours parmi les pays les plus performants dans cette analyse annuelle de la Banque mondiale. Selon cette analyse, la qualité globale des politiques publiques et des institutions pour le développement et la réduction de la pauvreté dans les pays africains est restée stable en 2014, mais avec des progrès plus marqués dans le domaine de la gestion budgétaire et financière. Le dernier rapport sur l'évaluation des politiques et des institutions nationales pour l'Afrique (mieux connu sous son acronyme "CPIA") décrit les progrès réalisés et les obstacles rencontrés par les gouvernements africains dans le renforcement des politiques, des institutions et des programmes de développement durable. Chaque pays est noté sur une échelle de 1 (faible) à 6 (fort). Le score final a été déterminé par 16 indicateurs dans quatre domaines : la gestion économique, les politiques structurelles, les politiques d'inclusion sociale et d'égalité, et la gestion du secteur public et des institutions. Le score CPIA11 est utilisé pour déterminer l'attribution de prêts sans intérêt et de subventions aux économies éligibles à l'aide de l'Association internationale de développement (IDA) et des fonds du groupe de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres. 

Il est exact de dire que les pays en développement pourraient améliorer sensiblement leurs performances économiques en renforçant leurs institutions. Pour en rester à l'exemple africain, si la qualité moyenne des institutions africaines devait rattraper celle des pays asiatiques en développement, le revenu par habitant dans la région augmenterait de 80 %, passant d'une moyenne de 800 dollars à plus de 1 400 dollars, selon les estimations du FMI.  

Crecimiento y pobreza  Una visión para África 

Enfin, n'oublions pas que tout accord qui soutient la croissance économique avec des institutions politiques extractives est par nature fragile. Des luttes intestines vont surgir et ce sera sa tendance. Et comme je l'ai déjà mentionné, lorsque le développement passe par ces institutions, là où elles ont un aspect d'intégration, il y a un risque qu'elles deviennent plus extractives et que leur croissance s'arrête. Tout est entre les mains de ceux qui détiennent le pouvoir, il est donc essentiel qu'il y ait des démocraties consolidées dans de nombreux pays africains afin que cela ne se produise pas. Nous parlons de l'Afrique, mais c'est vrai pour d'autres régions du monde.  

L'échec ou le succès des pays est très influencé par leurs institutions
  • La croissance et les ressources naturelles 

La croissance africaine présente dans certains pays (ceux qui sont riches en ressources naturelles) des caractéristiques bien différenciées qui n'atténuent pas la pauvreté12 de leurs populations.  

Penser qu'un pays riche en ressources naturelles - et en Afrique il y en a quelques-unes - a de nombreuses possibilités de devenir prospère n'est pas du tout évident. Prenons l'exemple du pétrole au Nigeria, en Angola, en Algérie, en Égypte, en Libye, en Guinée équatoriale, au Soudan et au Sud-Soudan, en République du Congo, etc., où la richesse d'une ressource aussi fondamentale n'est pas une garantie de croissance. Indépendamment du fait que cette ressource est économiquement mal gérée, comme c'est d'ailleurs le cas dans les principaux pays producteurs de pétrole, le fait est que ses revenus laissent très peu ou n'atteignent même pas la population. 

Contrairement à une idée très généralisée pour la plupart des pays africains, le pétrole, le gaz et les ressources minérales (non transformées) ne représentent qu'une partie limitée de leurs économies. Leur part est supérieure à 20 % du PIB dans seulement 10 pays africains sur 54 (10/54). Cependant, pour certains pays, l'exportation de ces ressources est la principale source de devises (parfois la seule) pour financer leurs importations. Les revenus tirés de l'exploitation des matières premières pourraient constituer une part importante des recettes de l'État s'ils pouvaient taxer le reste de l'économie informelle si répandue sur le continent africain. Il faut dire que les pays les moins dépendants des ressources sont les plus dynamiques. (Maroc, Sénégal, Maurice, par exemple).   

L'Afrique est riche en ressources naturelles. La région possède la plus grande masse de terres arables du monde, le deuxième plus grand et plus long fleuve (le Nil et le Congo) et la deuxième plus grande forêt tropicale. La valeur ajoutée totale de ses seules activités de pêche et d'aquaculture est estimée à 24 milliards de dollars. En outre, environ 30 % de toutes les réserves minérales du monde se trouvent en Afrique. Les réserves pétrolières prouvées du continent représentent 8 % des réserves mondiales de pétrole et les réserves de gaz naturel 7 %. Les minéraux représentent en moyenne 70 % des exportations totales de l'Afrique et environ 28 % du produit intérieur brut. La contribution des industries extractives aux finances publiques est importante et, dans certains pays africains, les recettes publiques en dépendent presque entièrement. En fait, la BAD13 estime que les ressources extractives de l'Afrique pourraient apporter plus de 30 milliards de dollars par an en recettes publiques au cours des 20 prochaines années. La Banque estime également que les revenus du pétrole, du gaz et des minéraux nouvellement découverts pourraient contribuer entre 9 et 31 % des revenus supplémentaires du gouvernement au cours des dix premières années de production pour des pays tels que le Ghana, le Liberia, le Mozambique, la Sierra Leone, la Tanzanie et l'Ouganda. En outre, au-delà des industries extractives, les terres, les bassins versants, les réserves naturelles et les parcs nationaux offrent une opportunité pour l'écotourisme et les activités économiques connexes.  

Crecimiento y pobreza  Una visión para África 

Les ressources naturelles de l'Afrique offrent une occasion unique de favoriser le développement humain et économique. Toutefois, des obstacles importants empêchent les pays africains de réaliser ce potentiel.   

  • Premièrement, il y a les défis du développement durable et de la gouvernance, notamment les problèmes environnementaux, la désertification, la conservation des ressources, le déplacement des communautés de leurs terres traditionnelles et l'absence de lignes directrices claires pour catalyser la croissance et le développement par une gestion efficace des ressources naturelles.  
  • Deuxièmement, la faiblesse des institutions entraîne des contrôles aux frontières insuffisants, un manque de sécurité humaine, une réduction des investissements, de mauvais choix politiques et un déclin de la biodiversité et du commerce officiel. Dans ce contexte, il y a une pression pour résoudre les problèmes rapidement. Premièrement, la nécessité de protéger les ressources naturelles s'accroît à mesure que la consommation augmente et que les compromis entre les différentes utilisations des ressources offrent davantage d'alternatives (par exemple, les activités minières par rapport à la conservation pour le tourisme). Deuxièmement, la pauvreté persistante, le chômage, les inégalités et la voix et l'influence croissantes des OSC14 augmentent la pression exercée sur les gouvernements et les investisseurs pour qu'ils partagent les bénéfices de la richesse en ressources naturelles. Si ces besoins et ces défis sont clairement compris, ils ne sont pas accompagnés de la capacité à y répondre. 

Ces défis énumérés L'Afrique subsaharienne ne se développe pas parce qu'elle est un sous-continent regorgeant de richesses naturelles, mais parce qu'elle s'immerge progressivement dans le commerce mondial des biens et des services, ainsi qu'en raison d'une croissance plus soutenue et difficilement mesurable de la consommation intérieure, donnant naissance à une classe moyenne africaine émergente : les services, l'industrie manufacturière et les produits de consommation de base constituent une part importante de la croissance15 .  

Crecimiento y pobreza  Una visión para África 

Mais le commerce de ces ressources est comme toujours soumis aux variables de prix du marché des matières premières. C'est pourquoi je dis toujours qu'il faut avoir un panier de ressources différentes et savoir les utiliser de manière orthodoxe. Les pays riches en ressources (Angola, Nigeria, Algérie, RDC, etc.) ne doivent pas être obsédés par un seul produit et diversifier l'exploitation des autres ressources dont ils disposent. Car ce qui se passe avec la hausse ou le redressement des prix du pétrole et des hydrocarbures en général, c'est que cela crée un endettement supplémentaire en suscitant des attentes de croissance dans les pays producteurs et que ces attentes créent à leur tour un nouvel endettement et que lorsqu'il y a une nouvelle vague de baisse des prix, il n'y a pas assez de réserves pour l'amortir. À tout cela, il faut ajouter que le pétrole peut en effet apporter la croissance (fragile si ses revenus ne sont pas bien réglementés et administrés) mais aussi la corruption et les guerres. Voir le cas du Nigéria. Et n'oublions pas la demande extérieure et sa dépendance car nous sommes dans un marché "et si les locomotives de croissance telles que l'UE, la Chine et les États-Unis freinent, une grande partie du prix sera payée par ceux qui sont à l'arrière du wagon".16  

  • Une brève parenthèse sur la géographie de la richesse en Afrique  

Les différences de niveau de richesse par habitant entre les pays d'Afrique du Nord et du Sud sont frappantes. Ces deux régions du sud et du nord regroupent la moitié des 20 pays ayant le PIB par habitant le plus élevé du continent. Cependant, les deux régions ne contiennent pas les 4 pays les plus riches du continent. Les deux plus riches en ces termes sont les Seychelles (les Seychelles ont le PIB/habitant le plus élevé d'Afrique : 28 243,33 $/hab.) et l'île Maurice, grâce au développement de l'industrie textile, du tourisme et des services financiers, suivis de la Guinée équatoriale et du Gabon. En revanche, les plus pauvres en ces termes sont dispersés dans toutes les régions du continent, à l'exception de l'Afrique du Nord. Les plus pauvres sont dispersés dans toutes les régions du continent, sauf en Afrique du Nord : RCA et RDC en Afrique centrale, Mozambique et Malawi en Afrique australe, Burundi et Sud-Soudan en Afrique de l'Est, Liberia, Sierra Leone et Niger en Afrique de l'Ouest, et Madagascar dans l'océan Indien. La géographie est-elle un handicap à prendre en compte, étant donné la différence entre les pays côtiers et les pays de l'intérieur ? 

Aucun pays enclavé n'a un PIB par habitant supérieur à 1 000 dollars17

  • Croissance, corruption et pauvreté  

La corruption est très courante en Afrique. Chaque année, les pays du continent sont parmi les moins bien classés dans l'indice de perception de la corruption (IPC) établi par Transparency International, qui, dans ses rapports, recommande aux gouvernements africains de prendre des mesures pour intensifier les efforts de lutte contre la corruption et renforcer leurs institutions démocratiques. 

Indice Transparency International 2020 / Financial Secrecy Index18 

Il n'est pas surprenant que plusieurs pays d'Afrique subsaharienne figurent parmi les 50 pays les plus corrompus au monde, même si certains changements ont eu lieu.   

Dans toute l'Afrique subsaharienne, de nombreux pays réalisent des progrès significatifs vers la vision d'un continent démocratique, prospère et pacifique, telle qu'elle est définie dans l'Agenda 2063 de l'Union africaine. Toutefois, les progrès sont menacés par les niveaux élevés de corruption. Outre le problème de la petite corruption, qui est très répandu dans certaines parties de la région, les phénomènes interdépendants de fragilité, de capitalisme de copinage et de mauvaise gouvernance ont donné lieu à des formes scandaleuses de corruption, en particulier la capture de l'État. En réponse, les pays ont promulgué divers instruments juridiques de lutte contre la corruption. Les organisations régionales, la société civile et les médias s'attaquent également de front au problème.  

Les indices de gouvernance mondiale suggèrent que le secteur public en Afrique subsaharienne est le plus corrompu de toutes les régions du monde. De nombreux citoyens pensent que les niveaux de corruption ont augmenté ces dernières années et sont mécontents des efforts déployés par leur gouvernement pour lutter contre la corruption.   

  • Les pratiques de corruption sont profondément liées aux conflits en cours et à la fragilité des États dans certains pays africains, en particulier dans la Corne de l'Afrique, la région du Sahel et la République démocratique du Congo.  
  •  La corruption politique est courante et prend de nombreuses formes, notamment la mainmise de l'État, les réseaux de clientélisme, le financement opaque des partis politiques, l'achat de votes et les conflits d'intérêts non résolus.   
  • La corruption foncière est particulièrement répandue dans la région, et des études ont montré que les femmes sont particulièrement vulnérables. 

Crecimiento y pobreza  Una visión para África 

Les cinq pays les moins corrompus de la région sont les Seychelles, le Botswana, le Cap-Vert, le Rwanda et la Namibie. Il existe une corrélation entre les scores de l'IPC19 et d'autres indices liés à la corruption. Par exemple, les indicateurs de gouvernance mondiale (WGI), un instrument de recherche de la Banque mondiale qui saisit les questions clés de gouvernance, donnent des notes en pourcentage pour le contrôle de la corruption (Banque mondiale 2018b). Selon les indicateurs de 2018, les Seychelles ont obtenu un score de 75,96, le Botswana (77,88), le Cap-Vert (78,37), le Rwanda (71,15) et la Namibie (65,38). Ces pays obtiennent de bons résultats sur les deux indices. Comparativement, le Soudan (5,77), la Guinée équatoriale (2,40), la République démocratique du Congo (RDC) (3,85), le Sud-Soudan (0,48) et la Somalie (0,00) ont de mauvais résultats en matière de lutte contre la corruption.  

La pauvreté a de nombreux visages, dont nous avons déjà mentionné certains. La corruption est un mal répandu qui accompagne la condition humaine et il n'est pas facile de la combattre. Elle est combattue par plusieurs mesures et l'éducation est son principal vaccin sans laisser de côté d'autres mesures telles que la libéralisation et la persécution de la corruption. Dans de nombreux pays africains, la corruption était et est encore dans certains d'entre eux quelque chose de consubstantiel à la manière d'organiser et d'exercer le pouvoir. La corruption est introduite dans la société et se répand progressivement dans l'administration publique et dans les relations économiques entre les citoyens. La corruption est sans aucun doute un fléau pour le développement, elle décourage l'investissement, diminue l'efficacité de l'aide étrangère et nuit gravement à toute tentative de développement. Cependant, est-ce la corruption qui cause la pauvreté ou est-ce la pauvreté qui stimule la corruption ? Plus un pays est pauvre, plus il est corrompu. Y a-t-il un cercle vicieux entre la corruption et la pauvreté ?  Lorsque l'économie ne va pas bien, il est plus facile d'être corrompu. En réalité, les pauvres sont plus soumis et exposés au paiement de pots-de-vin que les riches, avec le facteur aggravant que la charge pour les pauvres est beaucoup plus importante non seulement d'un point de vue économique mais aussi du point de vue de leur propre sécurité. Deux tiers des citoyens craignent des représailles s'ils dénoncent la corruption.20 

Crecimiento y pobreza  Una visión para África 

  • Conclusion  

Il existe de nombreuses autres raisons qui influencent la qualité de la croissance en Afrique, mais nous avons voulu aborder ces trois raisons parce qu'elles reflètent, à mon avis, les aspects fondamentaux et les plus profonds de la raison pour laquelle cette croissance ou l'absence de croissance entraîne la pauvreté dans les différents pays du sous-continent africain. En effet, de nombreux problèmes restent en suspens21 , nous devons donc être prudents, mais nous devons également reconnaître que des efforts sont déployés pour parvenir à une meilleure croissance qui conduira à une Afrique subsaharienne plus inclusive.  

  • Références bibliographiques

1 Médecin sud-coréen naturalisé, président de la Banque mondiale du 1er juillet 2012 au 31 janvier 2019. 
2 SSA : Afrique subsaharienne 
3 Données de Penn Tables. Pour chaque région, le PIB moyen par centimètre carré a été obtenu en pondérant le PIB par centimètre carré de chaque pays par sa population. Le sous-développement et l'espoir en Afrique : Carlos Sebastian 4 Pc : PIB par habitant 5 Le sous-développement et l'espoir en Afrique : Carlos Sebastian Editorial Galaxia Gutenberg 
6 Le Botswana est l'un des États ayant la meilleure qualité institutionnelle, classé 1er pour "la stabilité politique et l'absence de violence". Il a aujourd'hui l'un des revenus par habitant les plus élevés d'Afrique subsaharienne et se situe au même niveau que les pays prospères d'Europe de l'Est comme la Hongrie et l'Estonie. Les diamants des années 1970 ont fourni une solide base fiscale que le gouvernement a utilisée pour investir dans les services publics. 
7 Selon l'analyse de Daron Acemoglu et James A. Robinson dans leur livre "Why Countries Fail" 8 John Bates Clark (26 janvier 1847 - 21 mars 1938) était un économiste néoclassique américain. Il est connu pour être l'un des pionniers du marginalisme et pour s'opposer à l'économie institutionnelle.
9 Jeune Afrique 50 une histoire de l'Afrique. 
10 Carlos Sebastian : Cadre institutionnel et croissance en Afrique. 
11 CPIA Classement de la gouvernance en Afrique par pays. Source : CPIA (Country policy institutional assessment), Banque mondiale 2015 (http://data.worldbank.org/data-catalog/CPIA). 
12 La pauvreté, mesurée en termes de PIB par habitant (ppa), donne une image plus fidèle et plus précise de la situation d'un pays, car elle indique le pouvoir d'achat des citoyens et ne se fonde pas simplement sur le revenu nominal des personnes, comme c'est le cas pour le revenu nominal. Cependant, on se méfie souvent des comptes préparés par chaque pays, car parfois ils ne montrent pas exactement leur réalité ou ne disposent pas de mécanismes de transparence économique. Le PIB/hab. ppa le plus élevé d'Afrique est celui des Seychelles : 28 243,33$/hab. 
13 Banque africaine de développement
14 OSC Organisations de la société civile 
15 L'Afrique est comme ça : Jose-Ramon Ferrandis Muñoz Editorial Union 16 L'Afrique est comme ça : Jose- Ramon Ferrandis Muñoz Syndicat de la rédaction 
17 Prisonniers de la géographie : Tim Marshall et Atlas de l'Afrique /AFD 
18 Une classification qui nous permet de voir quels sont les pays qui facilitent et reçoivent la corruption en acceptant la pratique du secret financier.
19 IPC : Indice de perception de la corruption 2019 
20 Global Corruption Barometer - Africa 2019", réalisé par le groupe de réflexion Afrobaromètre et Omega Research avec le soutien de Transparency International. 
21 Manque d'infrastructures, faible niveau d'éducation de la population, retard agricole, mauvais accès au crédit, pandémies, taux de natalité et croissance démographique élevés, conséquences du changement climatique, etc.