PUBLICIDAD

Iberdrola

Démocratie au Moyen-Orient : la partie est terminée ?

De l'Irak à l'Afghanistan, de la Tunisie au Liban, les urnes n'ont pas résolu les problèmes des citoyens ; en conséquence, la démocratie perd de sa légitimité
Islam Qala, frontière avec l'Iran, dans l'ouest de la province de Herat.

AP/RAHMAT GUL  -   Islam Qala, frontière avec l'Iran, dans l'ouest de la province de Herat

En 1881, le grand réformateur musulman Muhammad 'Abduh a publié dans la gazette égyptienne Al-Waqāʾiʿ al-Miṣriyya un éditorial qui aurait pu être écrit aujourd'hui. Réfléchissant sur le système démocratique de gouvernement, il a donné l'exemple de deux pays qu'il considère comme opposés : Les États-Unis et l'Afghanistan. Faisant l'éloge de la démocratie américaine qui veille aux droits de ses citoyens, 'Abduh s'est opposé à la mise en œuvre d'un tel système en Afghanistan, car les électeurs afghans ne penseraient qu'aux intérêts de leur famille et de leur tribu, et non au bien commun. Il explique : "Telle est la condition des nations qui se sont habituées à ce que les rênes du pouvoir soient entre les mains d'un roi, d'un prince ou d'un vizir qui ne se soucie pas des intérêts de la nation. ... Pour que les Afghans atteignent le niveau [politique] des Américains, il faudrait des siècles de vulgarisation scientifique, de domestication des mentalités, de soumission des appétits et de propagation des idéaux pour que ce qu'on appelle "l'opinion publique" se forme dans le pays. Ce n'est qu'alors qu'il conviendrait à l'Afghanistan ce qui convient aux États-Unis".

On peut discuter de l'idéalisation de la démocratie américaine - qui a d'ailleurs connu ses propres difficultés ces derniers temps - mais les événements des deux dernières décennies semblent confirmer les doutes de 'Abduh sur la viabilité du système démocratique dans les pays où il n'émerge pas de manière organique. 

Une critique peu édifiante

Commençons notre examen par l'Afghanistan et l'Irak, deux exemples notoires d'exportation de la démocratie par les États-Unis. Dans le premier cas, le résultat a été une kleptocratie sans légitimité qui, de plus, pourrait ne pas survivre sans le soutien militaire de son sponsor, comme nous l'avons vu ces dernières semaines. Dans le second, un système politique a émergé, presque aussi corrompu que celui de l'Afghanistan et nettement sectaire, dont l'oppression de la minorité sunnite a alimenté l'émergence de Daesh, et incapable de fournir de l'électricité et de l'eau à ses citoyens, qui supportent désormais des températures pouvant dépasser 50 degrés Celsius.

Miembros de una familia afgana desplazada internamente
AFP/HOSHANG HASHIMI - Membres d'une famille déplacée afghane

Poursuivons avec le printemps arabe, qui a suscité tant d'espoir en 2010-2011. Le peuple égyptien s'est débarrassé de Hosni Moubarak et s'est empressé d'organiser des élections qui, face à des révolutionnaires de gauche désorganisés, ont donné une victoire écrasante aux Frères musulmans. Ils ont gouverné de manière autoritaire, refusant d'engager le dialogue avec les forces politiques non religieuses et imposant une nouvelle constitution qui ne garantit pas les droits des femmes ou des minorités. Après un an au pouvoir, les islamistes étaient si impopulaires que les manifestations contre eux ont dépassé en importance celles qui ont renversé le dictateur, permettant à un autre homme fort, le général Abdel Fatah al-Sisi, de prendre le pouvoir.  

Malgré sa répression brutale de toute voix dissidente, al-Sisi a obtenu l'assentiment de nombreux Égyptiens en rappelant les résultats sanglants de la révolution en Libye et en Syrie. Les Libyens se sont soulevés contre Kadhafi, qui a été lynché à mort par son propre peuple, mais le pays a rapidement été plongé dans une guerre civile alimentée par des puissances régionales et mondiales aux agendas opposés, qui l'ont divisé et appauvri. Les Syriens n'ont pas réussi à renverser le régime baathiste, et l'ingérence des mêmes puissances a maintenu Bachar el-Assad au pouvoir et transformé un projet politique inclusif en un djihad sanglant.

Imagen de banderas de los Hermanos Musulmanes
PHOTO/AFP - Image de bannières des Frères musulmans

Plus récemment, en Tunisie, considérée comme la seule réussite du printemps arabe, des mois de blocage institutionnel et la crise économique et sanitaire ont conduit à des manifestations de masse qui ont abouti à la destitution du premier ministre et à la suspension du parlement. Le président Kais Saied a invoqué la constitution, qui lui accorde des pouvoirs extraordinaires en cas d'urgence, et sa décision a été populaire. Cependant, la plupart des partis tunisiens et certains observateurs ont qualifié son action de coup d'État, la comparant aux événements en Égypte. 

Un autre exemple est le Liban, qui connaît ce que la Banque mondiale a décrit comme l'une des pires crises économiques depuis 150 ans. La lire a perdu 90 % de sa valeur au cours des deux dernières années, et près de la moitié des Libanais vivent sous le seuil de pauvreté. L'explosion dans le port de Beyrouth qui a dévasté une grande partie de la ville il y a un an, faisant des centaines de morts, des milliers de blessés et des centaines de milliers de sans-abri, a été un symptôme particulièrement dramatique de l'ineptie et du manque de scrupules d'une classe politique qui s'est maintenue au pouvoir pendant des décennies grâce à un système "démocratique" fondé sur des quotas sectaires. 

Manifestantes bloquean una calle durante los enfrentamientos con las fuerzas de seguridad en la ciudad de Ettadhamen, Túnez
AFP/FETHI BELAID - Des manifestants bloquent une rue lors d'affrontements avec les forces de sécurité dans la ville d'Ettadhamen, en Tunisie.
La charrue avant les bœufs ?

Les élections dans les pays non occidentaux ne débouchent souvent pas sur des gouvernements intéressés par la prospérité de leurs citoyens. Qu'ils soient élus démocratiquement ou non, les dirigeants ont tendance à utiliser le pouvoir pour s'enrichir, à alimenter le clientélisme et à favoriser souvent un segment de la population par rapport aux autres. Pouvoir voter tous les quatre ans ne signifie pas grand-chose pour ceux qui sont privés d'emploi, de sécurité et de services essentiels. La frustration des citoyens qui en résulte sape la légitimité du système démocratique, qui est identifié à la corruption, à l'arbitraire et à l'inefficacité.

Des élections libres ne garantissent pas la bonne gouvernance en l'absence d'autres institutions nécessaires : des partis politiques qui offrent des alternatives idéologiques et se reconnaissent mutuellement comme légitimes, plutôt que des populistes qui prétendent parler au nom de Dieu et/ou s'érigent en représentant légitime d'une communauté ethnique ou religieuse, transformant la politique en un jeu à somme nulle. Une société civile développée, ouverte au dialogue et à la conciliation. Des tribunaux impartiaux qui font respecter l'État de droit. Des médias indépendants et responsables avec une liberté d'expression. Et une population très peu éduquée. 

Parler d'éducation peut sembler dédaigneux et paternaliste, surtout lorsque de nombreux systèmes éducatifs occidentaux ne semblent pas empêcher l'hostilité envers la science ou la popularité des théories du complot. Toutefois, il faut se rappeler que lorsque l'armée américaine a envahi l'Afghanistan et l'Irak, le taux d'analphabétisme atteignait deux tiers de la population adulte dans le premier pays, et un quart dans le second. Ce dernier chiffre est similaire à celui de l'Égypte en 2011, alors qu'en Syrie, un adulte sur cinq ne savait ni lire ni écrire. Et même pour la population alphabétisée, l'éducation dans la région est basée sur la mémorisation et la répétition et ne favorise pas la créativité ou l'esprit critique.

Un manifestante durante una protesta por el desempleo, la corrupción y los servicios públicos deficientes, en Bagdad, Irak, el 2 de octubre de 2019
REUTERS/THAIER al-SUDANI - Un manifestant lors d'une manifestation contre le chômage, la corruption et les mauvais services publics, à Bagdad, en Irak, le 2 octobre 2019.

Les pays ayant un faible niveau d'éducation sont généralement plus pauvres, plus inégaux et plus violents - un environnement qui rend difficile l'existence d'un système politique sain. Pour cette raison, 'Abduh a conclu son éditorial en se concentrant sur cette question : "Nos intellectuels, qui veulent que notre pays imite l'Europe, échoueront [...]. Le temps passera et la nation continuera dans son état antérieur, même si elle aurait pu atteindre un meilleur état si on l'avait laissée suivre son évolution naturelle. Celui qui veut le bien du pays n'a qu'à améliorer son éducation ; après cela, le reste suivra.

En conclusion, s'immiscer dans les affaires des autres pays ou, pire, essayer d'imposer une certaine façon de faire les choses non seulement ne fonctionne pas, mais est contre-productif. Au contraire, l'aide au développement de l'éducation et de l'accès aux technologies modernes d'information et de communication peut être un moyen efficace de contribuer à l'émergence organique d'un système démocratique.