D'Alep à Stepanakert, à la recherche de la terre promise

L'histoire d'une famille syro-arménienne qui a fui une guerre pour entrer dans une autre
Atalayar_ Un anciano sentado en su casa dañada por los bombardeos de la artillería de Azerbaiyán en el conflicto de Nagorno Karabaj

PHOTO/AP  -   Un homme âgé est assis dans sa maison endommagée par des tirs d'artillerie azerbaïdjanais lors d'un conflit militaire dans le village de Shosh, à la périphérie de Stepanakert, région séparatiste du Haut-Karabakh, le 17 octobre 2020

Hovik et Isabel ont dû échapper aux bombes en Syrie. Ils ont décidé de reconstruire leur vie dans le Haut-Karabakh. Ici, la guerre les a à nouveau rattrapés, mais cette fois, ils ont décidé de rester et d'aider là où ils le peuvent dans un combat qu'ils estiment être le leur. 

Dans la capitale de l'enclave séparatiste arménienne, Stepanakert, le couple est engagé dans l'agriculture et dans un petit café, qui est devenu un refuge pour les locaux et une seconde famille pour les correspondants qui couvrent le conflit.

Le couple donne de la nourriture gratuite à ses amis de longue date et aux nouveaux visiteurs, et se rend au refuge tous les quelques mois lorsque des explosions se font entendre dans la ville. 

La ville est dans l'obscurité, la sirène retentit annonçant la possibilité d'une attaque d'artillerie, de drones, d'aviation conventionnelle ou de tous ces éléments combinés. Il y a cependant un endroit où vous serez nourri malgré tout. 

Deux Arméniens d'origine syrienne seront touchés par une deuxième guerre dans huit ans. Ils sont sortis du premier pour protéger leurs enfants, mais cette fois-ci, ils ont décidé de rester. 

Atalayar_Un trabajador de rescate camina con un residente en busca de relatividad en un lugar alcanzado por un cohete durante los combates sobre la región
PHOTO/AFP - Un secouriste marche avec un habitant en quête de relativité sur un site touché par une roquette lors des combats sur la région séparatiste du Haut-Karabakh dans la ville de Ganja, en Azerbaïdjan
Les Arméniens d'origine syrienne touchés par une autre guerre 

Fin 2012, à Alep, une explosion de deux voitures à 300 mètres de leur domicile a fait que le couple a décidé de mettre fin à sa vie dans son pays d'origine et de se rendre sur ce qu'il considérait comme la terre promise de ses ancêtres.

Ils appartiennent à la minorité arménienne de Syrie, qui s'y est installée il y a un peu plus d'un siècle, fuyant le génocide arménien commis par l'Empire ottoman en 1915. Leur destination était le Haut-Karabakh et leur choix n'était pas accidentel. 

D'une part, « il s'agissait d'honorer la mémoire de ceux qui étaient morts dans le passé » et, d'autre part, « de travailler à créer la vie dans une région peu peuplée ». Le Karabakh compte 150 000 habitants sur 4 400 kilomètres carrés. 

« Nous avons eu l'idée de moderniser l'agriculture. De plus, dans l'Artsakh - le nom arménien du Haut-Karabakh - il y a de très bonnes personnes, très amicales, très semblables aux Arméniens syriens. Grâce à cela, l'adaptation a été très rapide », dit-il.

Atalayar_Vista de una casa destruida por los bombardeos durante un conflicto militar en Stepanakert, en la región separatista de Nagorno-Karabaj
PHOTO/DAVID GHAHRAMANYAN - Vue d'une maison détruite par un bombardement lors d'un conflit militaire à Stepanakert, dans la région séparatiste du Haut-Karabakh
Deux guerres, mais différentes 

La guerre les a rattrapés dans leur nouvelle maison, mais c'est une guerre différente de celle des Syriens, dit-il. « Là-bas, nous avons eu une guerre civile, ici, c'est une guerre. Ici, vous savez qui est l'ennemi. Vous vous concentrez sur leur direction. En Syrie, nous devions regarder à gauche, à droite, en haut, en bas, en arrière. Ici, c'est plus simple, psychologiquement, c'est beaucoup plus simple. Dans une guerre civile, c'est frère contre frère », dit-il. 

Dans le cas du Haut-Karabakh, Hovik savait dès le début que « ce serait grave », même s'il a d'abord pensé que « les lois de la guerre seraient suivies, nous ne pensions pas que ce serait une nouvelle tentative de génocide en attaquant la population civile ». 

Atalayar_Edificio residencial, que fue dañado durante el conflicto militar sobre la región secesionista de Nagorno-Karabaj, en Stepanakert
PHOTO/REUTERS - Bâtiment résidentiel, endommagé lors du conflit militaire sur la région sécessionniste du Haut-Karabakh, à Stepanakert

Malgré cela, lui et Isabel n'ont pas peur et ne prévoient pas de partir à cette occasion. « Notre obligation est envers les personnes en première ligne, ces jeunes qui se battent. Si nous partons avec une attaque, que vont-ils penser de nous », demande-t-il.

Le Karabakh « doit savoir que derrière eux se trouvent les familles, quelqu'un qui les attend, quelqu'un qui leur donnera un repas chaud », ajoute Hovik, 50 ans. 

Le fait est que l'homme nourrit ce qu'il peut et sans frais. Des soupes de première classe à base de riz et de haricots, et différentes sortes de viande avec du riz ou des pommes de terre en seconde classe. 

Atalayar_Un hombre llora sobre la tumba de un compañero de lucha en Stepanakert durante la lucha por la región separatista de Nagorno-Karabaj
AFP/ ARIS MESSINIS - Un homme pleure sur la tombe d'un compagnon de lutte à Stepanakert lors de la lutte pour la région séparatiste du Haut-Karabakh le 17 octobre 2020
Le moment le plus difficile 

Pour lui et Isabel, 45 ans, la partie la plus difficile de cette guerre a été d'envoyer leurs enfants en Arménie. « Je leur ai dit de ne même pas appeler sur la route parce qu'ils bombardaient. L'attente jusqu'à ce qu'ils soient en sécurité était très dure, les minutes passaient pendant des heures », disent-ils. 

Malgré tout cela, Hovik est clair que les mauvais moments rapprochent les gens. « Tout le monde peut partager ces merveilleux moments avec vous (...), mais dans un mauvais moment, tout le monde ne sera pas là ». 

Sa devise aujourd'hui est « sourire même si le monde est ébranlé ». « Nous continuerons à vivre, nos enfants grandiront, nous raconterons cette histoire avec le sourire », souligne-t-il.