PUBLICIDAD

Iberdrola

David Henneberger : "La coalition actuelle en Allemagne est en crise permanente, mais nous apprenons des erreurs du passé"

David Henneberger, directeur du bureau espagnol de la Fondation Fiedrich Naumann, est intervenu dans l'émission "De Cara al mundo" d'Onda Madrid pour parler de la situation actuelle en Europe avec la crise et du nouveau documentaire de la Fondation
PORTADA-david-henneberger-fundacion-friedrich-naumann

 -   David Henneberger

Dans la dernière édition de "De Cara al mundo", le programme d'Atalayar sur Onda Madrid, nous avons eu l'intervention de David Henneberger, directeur de la Fondation Friedrich Naumann, qui a parlé de la situation actuelle en Europe, et en Allemagne en particulier, après la crise énergétique déclenchée par l'invasion russe en Ukraine. Le directeur de la Fondation Naumann a également expliqué le nouveau projet de la Fondation avec le film documentaire Voix en mouvement, une œuvre sur l'immigration en Méditerranée.

Les libéraux allemands au sein du gouvernement tripartite avec les sociaux-démocrates et les Verts sont confrontés à un test sérieux : la grave crise provoquée par l'invasion russe en Ukraine.

Oui, lorsque nous avons formé ce gouvernement à la fin de l'année dernière, personne n'aurait pu imaginer ce qui se passerait en février avec l'invasion russe en Ukraine. La coalition actuelle est en crise permanente et les défis sont gigantesques. 

Angela Merkel a déclaré ces dernières heures que les menaces de Poutine devaient être prises en compte. Une Angela Merkel qui doit aujourd'hui s'expliquer sur les décisions prises sous son gouvernement, notamment la fermeture des centrales nucléaires et l'abandon de l'Allemagne au gaz russe.

Absolument. Nous essayons de corriger les erreurs du passé. L'une d'entre elles est la décision de fermer les centrales nucléaires, et l'autre est l'indépendance vis-à-vis de l'énergie russe. Depuis des décennies, nous sommes dans une situation de dépendance qui ne serait pas une bonne chose dans les démocraties, car nous devons diversifier nos approvisionnements énergétiques.

Les Allemands sont-ils prêts à avoir froid cet hiver, et même à fermer des usines s'il n'y a pas assez de gaz à cause de la coupure du gaz russe ?

C'est la grande question. C'est une question que nous devons tous nous poser, même si elle est évidemment plus froide et plus urgente en Allemagne : combien sommes-nous prêts à payer pour la liberté et la démocratie ? Nous constatons que dans l'est du pays, en raison de son histoire communiste, ils sont plus proches de certains éléments russes ou de l'influence russe, ce qui a pu être vu dans les manifestations contre les sanctions. L'Italie est un autre cas, nous devons observer très attentivement comment la population et les entreprises privées réagissent aux augmentations de prix. 

Personnellement, je crains que nous n'atteignions un point où les consommateurs et les entreprises privées auront des problèmes si graves qu'une récession pourrait survenir. En Allemagne, il est presque certain qu'il y en aura une. 

L'unité des Européens est fondamentale et le rôle de l'Allemagne dans la conduite de cette unité est essentiel.

Bien sûr, si nous cherchons quelque chose de positif dans cette situation, c'est l'unité européenne. L'unité non seulement de l'Europe mais aussi de l'OTAN est impressionnante, même si personne ne l'aurait imaginé auparavant. Il s'agit maintenant de la consolider et de la maintenir. Encore une fois, il y a la question de l'Italie, qui génère beaucoup d'incertitude avec les résultats de dimanche dernier, mais je ne nous vois pas nous laisser diviser face à cette situation.  

Votre travail ici à Madrid, à la Fondation Naumann, qui se concentre principalement sur la Méditerranée, a voulu consacrer une attention particulière à un documentaire : Voix en mouvement, une œuvre sur l'immigration que vous avez produite. Un appel à l'égalité, n'est-ce pas ?

Oui, pas dans le sens de l'égalité des résultats, mais de l'égalité des chances, ce à quoi nous, libéraux, sommes favorables. Il incombe à chacun de tirer parti de ces opportunités, mais nous devons mettre davantage l'accent sur l'éducation, l'accès au marché du travail, l'accès aux soins de santé, l'accès à la création d'entreprise, et c'est ce que nous recherchons avec ce documentaire. Le visage de l'immigration est parfois très différent de ce que les médias nous montrent quotidiennement : il y a évidemment des problèmes d'intégration ou de protection des frontières, mais il est également vrai que le taux d'immigrants qui cherchent à créer leur propre entreprise et à ne pas dépendre de l'État avec, par exemple, des transferts sociaux, est plus élevé que celui de la population autochtone dans la plupart des pays européens. C'est le cas en Allemagne, par exemple. 

Dans ce documentaire, on voit des visages de jeunes migrants qui apprennent, qui lancent des projets sociaux et qui, au bout du compte, apportent une contribution positive à la société espagnole, en l'occurrence à Barcelone.

Nous sommes très fiers de ce documentaire car il ouvre également des portes à la communauté des migrants, car il n'y a pas d'autre solution : nous devons vivre ensemble. En Espagne et dans de nombreux pays occidentaux, nous sommes d'accord pour dire que nous avons besoin de l'immigration si nous voulons maintenir les retraites ou si nous voulons maintenir la croissance économique ; à long terme, nous manquons de personnel.

david-henneberger-fundacion-friedrich-naumann

Un fait tiré de ce documentaire. Depuis 2016, la population migrante représente 70 % de la nouvelle main-d'œuvre sur le marché du travail espagnol. Il faut toujours regarder le verre à moitié plein et non à moitié vide, parce que la stigmatisation qui est souvent appliquée à l'immigration par les médias est toujours négative, alors que ce que la population migrante cherche, c'est un emploi, une vie digne, elle contribue au système de sécurité sociale, ce qui signifie qu'elle finance aussi les services dont elle dispose avec ses contributions. Je pense que c'est une vision importante dans ce documentaire de Voix en Mouvement. 

Absolument. Dans une perspective libérale, il est essentiel d'offrir des opportunités, tant aux immigrants qu'aux Espagnols eux-mêmes. Si pour moi, en tant qu'Allemand, il est difficile de créer une entreprise en Allemagne, pouvez-vous imaginer ce que c'est pour un immigrant ? Il est donc un peu injuste de blâmer les migrants qui ne peuvent parfois pas travailler ou créer une entreprise parce que c'est trop compliqué pour eux. C'est donc l'approche que nous devrions avoir dans les politiques publiques et les réglementations, pour faciliter le processus.

Où pouvez-vous regarder ce documentaire ?

Il peut être vu sur notre chaîne YouTube, qui est md-go.com.

Enfin, comment la Méditerranée est-elle affectée par rapport aux objectifs de la Fondation ? Les pays limitrophes de l'Afrique du Nord sortaient déjà de la crise provoquée par la pandémie, maintenant il y a l'invasion russe de l'Ukraine avec la crise énergétique et alimentaire. Ces pays sont ceux qui souffrent le plus et ont besoin de l'attention de l'Europe. 

Oui, absolument. La situation en Afrique du Nord est compliquée. Cependant, déjà pendant la crise de Covid, nous avons vu quelques développements positifs, avec ce qui est dans le newsharing. Les entreprises européennes cherchent des fournisseurs au Maghreb pour remplacer les fournisseurs en Chine, par exemple. Aujourd'hui, la question de l'hydrogène propre connaît un regain d'intérêt. Nous parlons à nouveau de nouveaux accords entre l'Afrique et l'Europe. 

L'Espagne et l'Allemagne négocient, malgré les défis posés par la France, de nouvelles connexions énergétiques entre les deux pays. Nous constatons une évolution positive en dépit des difficultés. Nous constatons également le rapprochement de l'Espagne et de l'Allemagne avec le Maroc, qui est également lié à la situation géopolitique. Il y a beaucoup de zones d'ombre, mais il y a plus de rapprochements dans certains secteurs. 

Et la menace terroriste au Sahel, qui tente de déstabiliser toute cette région dans ce qui serait une catastrophe humanitaire, migratoire, politique, sécuritaire, etc. L'OTAN a désormais orienté son concept stratégique vers cette région, car la menace est sérieuse. 

Absolument. Je pense que la stratégie que Poutine a développée en Syrie est la stratégie qu'il a développée dans les pays du continent africain, au Sahel et aussi en Afrique de l'Est. Nous devons être très prudents. L'OTAN n'a pas traditionnellement joué ce rôle, et il lui sera difficile de l'accepter et de développer des stratégies militaires. Au sein de l'Union européenne, nous devons également définir une politique étrangère commune, car il nous manque souvent un objectif commun, notamment en raison de l'histoire des pays européens avec les pays africains. Mais je pense que mettre fin à l'influence de Poutine et de la Russie est une excellente occasion de travailler ensemble, car nous avons le même objectif.