David Henneberger présente Génération Double Crise

Le documentaire montre la génération des jeunes confrontés à leur deuxième crise
David Henneberger

 -   David Henneberger

La Fondation Fiedrich Naumann pour Freedown a lancé un nouveau projet qui dépeint la situation d'instabilité et d'insécurité vécue par les jeunes confrontés à la nouvelle crise provoquée par le COVID-19.  Une situation qui ne leur permet pas de développer leurs projets ou leurs aspirations. David Henneberger, directeur en Europe du Sud, a souligné dans l'émission Atalayar de Capital Radio la nécessité d'une préoccupation commune à toute l'Union européenne en termes d'inégalité des chances, tout en mettant en évidence les problèmes politiques, économiques et sociaux que cela implique. 

David est le chef des projets pour l'Amérique centrale et l'Europe du Sud. 

Oui, l'Amérique centrale était avant, maintenant l'Italie, l'Espagne et le Portugal.

La Fondation Fiedrich Naumann pour la liberté travaille depuis 60 ans à renforcer la liberté dans la société et l'économie. Elle a notamment produit ce manifeste, ce documentaire destiné aux jeunes qui ont subi la double crise.

Oui, c'est juste. Nous distinguons la génération de crise de la génération d'après-crise, celle qui est née après 85 ans, pour voir comment ces deux crises affectent ces deux générations. Nous avons étudié ces générations en Italie, en Espagne et au Portugal et nous les avons comparées à un pays considéré comme plus stable en termes économiques, l'Allemagne. 

Vous parlez en particulier de l'impact des politiques sur les jeunes du sud de l'Europe.

C'est vrai, nous sommes la fondation libérale. L'Allemagne a des relations très étroites avec le parti libéral, les Libres Démocrates. Il y a une question qui nous préoccupe toujours en tant que libéraux, l'égalité des chances. Nous parlons de l'Europe dans son ensemble, peu importe qu'un jeune d'Allemagne de l'Est ait moins d'opportunités qu'un jeune de Munich, nous devons nous préoccuper de tous les jeunes Européens. C'est l'une des principales raisons pour lesquelles nous avons décidé de faire cette étude. De plus, ces écarts sociaux peuvent provoquer le populisme, le nationalisme... s'il y a quelque chose qui ne manque malheureusement pas en Europe, ce sont ces phénomènes, nous devons travailler ensemble à la cohésion sociale en Europe. Pour lui donner la touche humaine, pour raconter les histoires derrière les chiffres, nous avons non seulement réalisé cette étude mais aussi produit un documentaire que nous avons présenté à la presse espagnole.

Bande-annonce : "Dès que les jeunes commencent à retrouver leur place sur le marché du travail, une autre crise frappe à nouveau". "Dans le cas de l'Espagne, le taux de jeunes quittant prématurément l'école est très élevé, deux fois plus élevé que la moyenne, le plus élevé de l'UE". "Ils ne sont pas capables de traduire leurs attentes en matière de vie dans la réalité". "La pauvreté d'un enfant ou d'un jeune n'est pas la même que celle d'un adulte, elle est plus dramatique, c'est une cicatrice qui se porte à vie".

Voici la bande-annonce de ce documentaire, une série de témoignages qui affirment que la pauvreté a été rajeunie dans sa cible d'âge et que les jeunes du sud de l'Europe sont soumis à une double crise, bien plus que ceux du nord. Ainsi, une fondation libérale comme celle que David représente, serait-elle la même dans l'autre sens ? Les plates-formes qui s'occupent dans le sud de l'Europe des jeunes du nord en arriveraient-elles là ?

Le risque que nous avons pris l'année dernière lorsque nous avons vu les effets de la crise économique de COVID nous a fait comprendre que si nous n'agissons pas maintenant, nous courons le risque que l'UE échoue, et c'est un risque que vous ne voulez pas prendre. Il y a des critiques au Nord, les libéraux du Nord encore plus envers les chiffres communs, mais nous sommes tous d'accord pour dire que nous devons travailler à cette cohésion sociale. 

Nous devons veiller à ce que tout cela touche les jeunes, les moyennes entreprises, et pas seulement les grandes multinationales. Si la crise a montré quelque chose au Sud, c'est le manque de diversité de l'économie privée. Nous devons diversifier l'économie, être plus productifs dans de nouveaux secteurs. Ce n'est généralement pas dans les grandes entreprises ou sur le marché boursier, mais dans l'éducation, les entreprises basées sur l'éducation, les finances... cela crée une motivation chez les jeunes pour poursuivre leurs projets. En même temps, elle exige une certaine sécurité et un certain soutien de la part de l'État, la base économique doit être solide et large.

David Henneberger

Un des grands problèmes en Europe est le taux de natalité, le taux est très bas, c'est quelque chose qui dans un futur immédiat peut faire s'effondrer le système, c'est pourquoi parfois l'immigration est nécessaire. L'Europe doit être consciente de la nécessité ou des possibilités d'étudier dans un pays et de travailler dans un autre.

En tant qu'Allemand qui a vécu de nombreuses années en Amérique latine et maintenant en Espagne, je serais ennuyé. Nous devrions également considérer l'immigration comme un marché du travail unique, l'UE est basée sur la coopération économique et je pense que nous ne réfléchissons pas à certains concepts jusqu'au bout. Si un ingénieur indien cherche un emploi sur le marché du travail français, ne peut pas s'installer en Allemagne... il y a des choses auxquelles nous ne pensons pas.

Le modèle de société "Low Cost" qui s'est imposé après la crise de 2008, tout est aussi bon marché que possible, billets d'avion, vêtements.... Nous créons une société Low Cost qui paie ensuite des salaires Low Cost. Nous devons repenser la société que nous voulons construire quand nous voulons économiser quelques euros, mais ensuite nous rendons le marché du travail précaire, surtout pour les jeunes.

C'est pourquoi il est si important que les nouvelles industries, les nouvelles entreprises, génèrent plus de richesse. Nous n'allons pas gagner la bataille contre la Chine ou d'autres pays en termes de coûts de production. Nous devons investir beaucoup plus dans la recherche scientifique, dans les entreprises... Non plus comme l'Europe du Sud, mais comme l'Allemagne ou l'UE dans son ensemble.

L'UE cherche des vaccins à Moscou, à Oxford... mais il n'y a pas de vaccin communautaire, nous devons repenser à la récupération de l'industrie que nous avons souvent emmenée dans d'autres pays à cause des coûts de production, et en voyant les résultats, il s'avère que l'Europe a de nombreuses lacunes et de nombreux problèmes graves. La vaccination pose de nombreux problèmes.

C'est notre droit civil, et l'État l'a limité en raison de la pandémie, mais si je suis vacciné, l'État devrait me rendre ce droit. Il n'est pas si facile de dire à quelqu'un qu'un droit est limité, si la base sur laquelle cette limitation était fondée n'existe plus, à savoir le danger d'infection, de contagion.

Je voudrais vous questionner sur Merkel, qui quitte la Chancellerie, sur ce qui va se passer avec l'Allemagne de l'après-Merkel. L'Allemagne est-elle prête ? 

Les jeunes qui ont 15 ou 20 ans aujourd'hui ne connaissent pas d'autre chancelière que Merkel. Pour eux, cela va être compliqué, mais je pense qu'elle est une très bonne gestionnaire politique, le prix de cette bonne gestion a été l'absence de débats politiques. Ce que l'Espagne a en trop, l'Espagne en manque. L'absence d'alternatives a été un mantra de son gouvernement pendant de nombreuses années, et je pense que l'Allemagne doit réapprendre à débattre civilement de certaines choses.