PUBLICIDAD

Iberdrola

David Jiménez : « La RFEF manque de connaissances sur le football de deuxième et troisième division »

Le président de ProLiga dénonce que les équipes de la 2e B et de la 3e de la RFEF sont triées sur le volet
David Jiménez, president of the association ProLiga

 -   David Jiménez, president of the association ProLiga

Ils sont les employeurs du football modeste et David Jimenez en est le président. En 2014, ils ont découvert que le football 2e B et 3e B n'est pas si modeste et que de nombreuses équipes sont professionnelles. Ils se sont organisés et ont pris les rênes de leur sport. La RFEF a mis en place un pilote automatique et a activé une commission si nombreuse qu'elle doit mettre des bâtons dans les roues. Comme le futsal, l'accord entre ProLiga et LaLiga les a mis dans la ligne de mire de Rubiales. C'est un autre moulin à vent qui souffle en faveur du football et contre lequel la Fédération se bat comme si elle était ennemie. Jiménez se rend à ATALAYAR pour réclamer le forfait de base du football humble : calendrier, règles et protocole. Mais de l'autre côté, il y a le silence, le silence administratif. 

Pourquoi ProLiga est-il né ? 

Nous sommes une association née en 2014 uniquement pour les équipes de la troisième division. Avec le temps, nous avons vu qu'il était nécessaire d'intégrer d'autres catégories. Actuellement, nous sommes les employeurs du football non professionnel. Nous sommes enregistrés en tant qu'association auprès du ministère du travail et nous représentons des équipes de troisième division, des équipes de deuxième division B et des équipes de jeunes de la Ligue nationale et de la division d'honneur.

Nous avons 240 clubs enregistrés, mais comme nous sommes l'association des employeurs, nous représenterions à la fois les membres et les non-membres lors de la négociation de questions telles que la convention collective. Notre rôle est de défendre les intérêts et les droits des clubs et de les représenter auprès des différents organismes publics ou privés tels que la RFEF, la CSD, les syndicats, le ministère de la Culture et des Sports...

De quoi le football de 2e et 3e division a-t-il besoin ? 

Maintenant, il a besoin de clarté et d'informations pour nous sortir de l'incertitude qui est la sienne. Je suis conscient que la situation n'est pas facile pour prendre des décisions. Mais les clubs ont besoin de connaître des choses très élémentaires comme les dates de début des compétitions, les règles qui régiront la compétition, les promotions, les relégations, les groupes... et les ressources que la RFEF mettra à la disposition des clubs pour respecter les protocoles sanitaires.  

En général, ils ont besoin que la RFEF ait une bonne compréhension du contexte et des circonstances des équipes de la deuxième B et de la troisième division afin de savoir de quelles ressources ils ont besoin. Les clubs doivent être viables et prendre des mesures de professionnalisation qui les amèneront à faire les choses correctement. Si je devais rester sur quelque chose, c'est que les décisions et les initiatives qui sont prises connaissent bien les circonstances des équipes de la troisième et de la deuxième B que l'on ignore souvent.  

Peut-on dire que le football de deuxième et troisième division est professionnel ? 

Si l'on se réfère à la nomenclature officielle, il s'agit de football non professionnel, comme le futsal ou le football féminin, mais je pense que des mesures ont été prises ces dernières années pour parvenir à la professionnalisation. Le deuxième B est déjà assez important et on peut dire qu'ils sont pratiquement professionnels. La troisième division peut encore s'améliorer.  
De quoi dépendra le retour du football de deuxième et de troisième division la saison prochaine ?

Nous avons été très surpris lorsque la RFEF a déclaré, lors de la dernière réunion, qu'un protocole approuvé par les autorités sanitaires était nécessaire. Quand ils ont dit cela, il était évident que les clubs s'attendaient à ce qu'il soit développé. Ces clubs ne savent pas s'ils vont pouvoir avoir du box-office ou des sponsors. En fait, lorsqu'un club commence à s'entraîner, cela signifie qu'il commence à avoir des dépenses.  

Que pense ProLiga du nouveau format de la seconde B avec cent équipes ? 

Toutes les solutions que la RFEF a mises sur la table n'étaient pas concrètes. Une fois que la décision a été prise qu'il y aurait des promotions et non des relégations, vous vous retrouvez avec une centaine d'équipes en 2e B. Les clubs ont exprimé leur crainte que ce format ne pénalise le niveau de la catégorie. Ce qui nous inquiète, c'est qu'ils parlent d'une restructuration de la concurrence, quelles que soient les circonstances sanitaires, mais rien de ce qui est dit dans cet écrit, ce sont des idées qui sont nommées et ne sont pas débarquées. La RFEF n'a pas officialisé les règles du format du concours. Elle n'a pas expliqué s'il y aura un deuxième B Pro car s'il y en a un, les clubs doivent s'organiser en conséquence. Il n'y a rien sur la table. Nous sommes préoccupés par le fait que ce qui est fait n'est pas convenu avec les clubs et n'est pas encore sur la table.

David Jiménez


Que pense ProLiga du nouveau format de la seconde B avec cent équipes ? 

Toutes les solutions que la RFEF a mises sur la table n'étaient pas concrètes. Une fois que la décision a été prise qu'il y aurait des promotions et non des relégations, vous vous retrouvez avec une centaine d'équipes en 2e B. Les clubs ont exprimé leur crainte que ce format ne pénalise le niveau de la catégorie. Ce qui nous inquiète, c'est qu'ils parlent d'une restructuration de la concurrence, quelles que soient les circonstances sanitaires, mais rien de ce qui est dit dans cet écrit, ce sont des idées qui sont nommées et ne sont pas débarquées.

La RFEF n'a pas officialisé les règles du format du concours. Elle n'a pas expliqué s'il y aura un deuxième B Pro car s'il y en a un, les clubs doivent s'organiser en conséquence. Il n'y a rien sur la table. Nous sommes préoccupés par le fait que ce qui est fait n'est pas convenu avec les clubs et n'est pas encore sur la table.

La deuxième B Pro est-elle nécessaire ou est-il plus nécessaire de remodeler la deuxième B ? 

En tant qu'association, nous représentons les clubs qui sont intéressés à avoir ce deuxième B Pro et les clubs qui ne sont pas intéressés. Nous représentons des intérêts contradictoires et il nous est difficile de nous positionner en tant qu'association. Les équipes de troisième division ont le sentiment qu'elles vont être rétrogradées. Qu'ils vont jouer à un cinquième niveau et qu'ils ont le sentiment d'être relégués. Il y a des équipes de deuxième division qui ont moins d'aspirations en matière de ressources et de budgets pour atteindre la deuxième division pro et ils voient que la possibilité de promotion en deuxième division est beaucoup plus éloignée et difficile.

Il existe des équipes Second B plus puissantes qui acceptent d'avoir ce Second B Pro. En posant bien les bases et en discutant avec les clubs, nous devrions arriver à une situation où la structure de la compétition est confortable pour tout le monde. Il faut faire quelque chose car il existe des différences importantes entre certaines équipes et d'autres en raison de différences de budget et de ressources. Certaines équipes sont plus proches du sport professionnel en raison de cette infrastructure et de ce budget. Nous devons en discuter avec les clubs.  

Pourquoi ne faites-vous pas partie du 2e et 3e comité de la RFEF ? 

ProLiga est né de l'inaction de la RFEF avec les équipes de la Troisième et de la Deuxième B. Lorsqu'ils voient qu'il est important d'écouter ces clubs et de savoir ce qu'ils pensent et ce dont ils ont besoin, ils réactivent la deuxième commission B et lui donnent de l'ampleur pour atteindre également la troisième. Ils le font ensuite, la ProLiga étant déjà consolidée au sein des clubs. Nous avons dénoncé ce comité parce que le règlement de la RFEF stipule qu'il doit être composé de clubs choisis par et parmi les clubs. Ceux qui font maintenant partie de ce comité n'ont pas été élus par les autres.

Le club de Madrid est le RSD Alcalá, mais ce club n'a jamais rencontré les clubs de Madrid et personne ne l'a choisi pour faire partie de cette commission. Il n'est donc pas légitimé et ne dispose pas d'informations sur ce dont les clubs de Madrid ont besoin pour le déplacer. Il en va de même pour la Communauté de Valence. Il y a l'Alzira et les clubs de la région n'ont aucune idée de ce qu'il dit dans ce comité. (Parmi ces deux clubs, Alcalá fait partie de la ProLliga, mais pas Alzira). ) Nous aimerions que tout le monde fasse partie de ProLiga mais ce que nous voulons, c'est que ceux qui représentent les clubs dans ce comité soient réellement élus par les autres. À Madrid, cent pour cent des clubs sont en ProLiga. Ce comité n'a rien à voir avec nous. C'est au sein de la RFEF, donc réglementer et remettre en question ce que vous réglementez n'a pas beaucoup de sens. Il doit y avoir quelqu'un de l'extérieur qui vous dit ce qui est bien et ce qui est mal. 

David Jiménez


Quand est-ce que cela devient compliqué d'aller de pair avec la RFEF ? 

Il existe depuis un certain temps. Nous avons quelques contacts avec les présidents des territoires, bien plus que ne le pense la RFEF, et les relations sont cordiales. C'est avec la Fédération que nous pouvons débattre car ce sont eux qui organisent la compétition, nous n'allons pas débattre avec le basket. Le moment clé a été celui où un accord a été établi avec LaLiga et là, nous sommes plongés dans la situation où la RFEF vit avec LaLiga parce que nous étions considérés comme un outil de LaLiga.  

Qui commercialise les droits télévisuels de 2e B et 3e ? 

Nous avons défendu le fait que les droits appartiennent aux clubs et le CSD nous a donné raison dans une résolution. En vertu du décret royal 15/2020, qui modifie le précédent, la RFEF a le pouvoir de commercialiser les droits audiovisuels de la troisième et de la deuxième B. Il doit le faire pour l'ensemble du concours et il doit lancer l'appel d'offres, et non l'attribuer à quelqu'un à la main. La RFEF pourrait le faire dès maintenant, mais si elle ne le fait pas, nous allons mettre en place des mécanismes pour que les clubs puissent monétiser leurs droits audiovisuels. De plus, nous avons un projet que nous sommes sur le point de lancer.  

Ils manquent de connaissances sur le football de deuxième et troisième division. Le comité est formé par des équipes placées à la main qui ne représentent ni ne rencontrent le reste des clubs ; par conséquent, ils ne savent pas ce qui les préoccupe, ce qu'ils veulent, ce dont ils ont besoin... ils savent ce dont ils ont besoin, mais pas au nom des autres. ProLiga est celui qui sait comment cela fonctionne. 

Qu'est-il arrivé aux clubs canariens de ProLiga ? 

Nous avons eu une circonstance particulière. Ils nous ont dit que la RFEF les avait appelés pour leur dire que s'ils voulaient collecter de l'argent des subventions, ils devaient quitter l'association. Nous avons contacté la RFEF parce que nous parlons d'un crime grave présumé parce qu'il viole le droit d'être associé.  

Quelle sera la prochaine étape de ProLiga si la RFEF ne réagit pas ? 

Nous avons dû publier une déclaration commune avec le football féminin et le futsal car, comme nous n'avons pas été entendus, nous voulions voir s'ils allaient réagir au fait que tout le football nécessite des changements et une gestion différente. Ce n'est pas possible que la RFEF soit en discussion avec ProLiga, l'association des clubs féminins, la LNFS, LaLiga, les syndicats... Je trouve difficile de trouver quelqu'un qui ne discute pas avec la Fédération. Vous devriez faire un exercice d'auto-réflexion et vous demander ce qui se passe. La prochaine étape consistera à aller de pair avec le reste du football pour leur dire qu'ils doivent changer leur façon de faire les choses.