De nombreuses traces du Mexicain Ramón López Velarde sont conservées dans la Boîte à Lettres de l'Institut Cervantes

L'héritage du poète, mort il y a 100 ans, restera au siège de l'institution à Madrid jusqu'en juin 2024
Legs de Ramón López Velarde déposé dans la boîte nº 1.441

Foto: L'Institut Cervantès/Fernando Gutiérrez Llorente  -   Legs de Ramón López Velarde déposé dans la boîte nº 1.441

Jusqu'au 15 juin 2024, la Boîte à Lettres de l'Institut Cervantès conserve dans sa boîte numéro 1 441 un legs in memoriam de Ramón López Velarde (Jerez, Zacatecas 1888 - Mexico, 1921) qui rassemble des traces de la vie et de l'œuvre de celui qui est considéré comme le poète le plus " national " de ce pays, avec lequel s'est achevé le modernisme et a commencé la poésie mexicaine contemporaine.

L'important legs, qui atteint le nombre 82 de ceux déposés par des personnalités culturelles en espagnol dans l'ancienne voûte du siège de Cervantes, est constitué de nombreux objets personnels et littéraires. Parmi les premiers, une copie de son acte de naissance, une copie de son acte de baptême, un fac-similé de ses notes de l'Institut littéraire d'Aguascalientes ou une paire d'arracadas (type de boucles d'oreilles avec un ornement suspendu) en argent filigrane de Zacatecas, appartenant à sa famille.

Parmi sa célèbre création littéraire, on trouve une édition originale de la Revista México moderno, avec un poème de López Velarde daté de 1920 ; un fac-similé de "Palabras al vuelo", un CD avec des poèmes interprétés par Enrique Rocha et un exemplaire du livre "Ramón López Velarde. Manuscritos velardianos a cien años de "La suave Patria". Fac-similé et études", publié par l'Institut de culture zacatecan Ramón López Velarde et l'Académie mexicaine de la langue.

El Instituto Cervantes
PHOTO/ARCHIVO - L'Institut Cervantes

À l'occasion du centenaire de sa mort, cet hommage a été organisé par le Centro de Estudios Mexicanos UNAM-España, l'Instituto Zacatecano de Cultura Ramón López Velarde (propriétaire et légataire des objets), l'Academia Mexicana de la Lengua et l'Instituto Cervantes.

Le directeur de l'Institut Cervantes a souligné l'importance que la culture du Mexique a eue sur la langue espagnole, "le pays qui compte le plus de locuteurs natifs de l'espagnol et dont la tradition a forgé une grande partie de notre conscience littéraire contemporaine".

Luis García Montero, qui a participé le mois dernier à Zacatecas à une conférence sur le poète, à l'invitation du gouvernement de cet État, a souligné que López Velarde est un "écrivain très important pour la poésie contemporaine et pour la culture mexicaine", auquel tant les écrivains et les lecteurs de son pays que ceux qui composent la communauté hispanophone sont très reconnaissants.

Luis García Montero
Luis García Montero

Ont également pris la parole Andrés Ordóñez, directeur du Centro de Estudios Mexicanos-UNAM Espagne, pour qui " l'œuvre de López Velarde a impliqué la rénovation de la poésie mexicaine ", et Alfonso Vázquez Sosa, directeur général de l'Institut qui porte le nom de l'honoré, qui a expliqué le contenu du legs à la mémoire de " Monchito pour le peuple de Zacatecas ", en ce " centenaire de sa mort " (le centenaire de sa mort) alors qu'il n'avait que 33 ans.

Vázquez Sosa a été le premier à conserver l'héritage, accompagné ensuite par les susmentionnés Andrés Ordóñez et García Montero, ainsi que par l'ambassadeur d'Espagne au Mexique, Juan López Doria, et par le directeur de l'Académie mexicaine de la langue, Gonzalo Celorio, qui a ensuite donné une conférence magistrale sur l'auteur.

Ce legs in memoriam vient s'ajouter à ceux de trois autres grands auteurs mexicains - tous lauréats du prix Cervantes - qui ont personnellement fait un legs à la Caja de las Letras : José Emilio Pacheco (21 avril 2010), Elena Poniatowska (21 avril 2014) et Fernando del Paso (21 avril 2016).

Soumis par José Antonio Sierra, conseiller Hispanismo.