PUBLICIDAD

Iberdrola

Deimos, GMV, Indra, SENER Aerospace et TAS Spain continuent de remporter des contrats à l'étranger

Les entreprises spatiales espagnoles font le saut en Australie et en Afrique du Sud et renforcent leur présence dans les projets de l'Union européenne
PHOTO/SENER Aeroespacial - Las compañías espaciales españolas siguen apostando por incrementar su presencia en el mercado exterior. Augusto Caramagno, director de programas institucionales de SENER Aeroespacial, suscribe directivos de la australiana Gilmour Space

PHOTO/SENER Aerospace  -   Les entreprises spatiales espagnoles sont toujours déterminées à accroître leur présence sur le marché étranger. Augusto Caramagno, directeur des programmes institutionnels de SENER Aerospace, souscrit des cadres de la société australienne Gilmour Space.

L'année 2022 a commencé du bon pied pour les entreprises spatiales espagnoles, qui ont entamé le nouvel exercice en remportant de grands contrats et en concluant d'importants accords avec des entreprises d'autres continents.

C'est le cas d'Elecnor Deimos Space, une entreprise technologique dont le siège se trouve à Tres Cantos (Madrid), qui a des bureaux à Valladolid, Puertollano et Malaga et des filiales en Italie, au Portugal, au Royaume-Uni et en Roumanie, qui vient de s'implanter en Afrique du Sud par l'intermédiaire de Dragonfly Aerospace, le premier fabricant de caméras d'observation spatiale en Afrique.

L'accord de principe signé par les deux sociétés, qui entrera en vigueur au printemps, prévoit que Deimos fournira son logiciel intelligent de traitement d'images Insight4EO aux caméras compactes de Dragonfly, ce qui permettra de traiter à bord les données et les images capturées.

PHOTO/Dragonfly - La integración del software de Elecnor Deimos Space se practicará en la nueva sede de Dragonfly en el Parque Tecnológico de Stellenbosch, situada a unos 50 kilómetros de Ciudad del Cabo, la capital de Sudáfrica
PHOTO/Dragonfly - L'intégration du logiciel Deimos Space d'Elecnor aura lieu au nouveau siège de Dragonfly dans le parc technologique de Stellenbosch, situé à une cinquantaine de kilomètres du Cap, la capitale de l'Afrique du Sud.

La première à recevoir le logiciel Insight4EO sera la caméra hyperspectrale Chameleon. Dans un deuxième temps, les caméras Gecko, Mantis et Caiman, puis les trois instruments que Dragonfly développe dans sa nouvelle usine du parc technologique de Stellenbosch, situé à une cinquantaine de kilomètres du Cap, la capitale de l'Afrique du Sud.

Le pays d'Afrique australe possède une industrie spatiale orientée vers l'exportation, petite mais en pleine croissance. La coopération par l'intégration du processeur Insight4EO d'Elecnor Deimos avec les caméras de Dragonfly sur la même plateforme spatiale "facilitera la prise de décisions en temps réel pour nos clients", conviennent Bryan Dean et Ismael Lopez, les dirigeants des deux entreprises.

PHOTO/Tony Bela-Gilmour Space - El micro lanzador australiano Eris incorporará en su vuelo inaugural algoritmos inteligente de SENER para abortar de forma automática el vuelo de ascenso de un cohete en caso de graves anomalías
PHOTO/Tony Bela-Gilmour Space - Le micro-lanceur australien Eris intégrera, lors de son vol inaugural, les algorithmes intelligents de SENER afin d'interrompre automatiquement le vol ascensionnel d'une fusée en cas d'anomalies graves.
SENER s'installe en Australie et GMV continue avec Bruxelles

Le 8 février, SENER Aerospace et la société australienne de services de lancement Gilmour Space ont convenu d'unir leurs forces et de travailler ensemble sur le système autonome de fin de vol (AFTS) pour Eris, un micro-lanceur que la société australienne développe.

Système considéré comme "très critique", la responsabilité de SENER est de développer les algorithmes d'un logiciel intelligent qui collecte et analyse les paramètres de vol, identifie les écarts par rapport à la trajectoire programmée et, en cas d'anomalies graves, envoie automatiquement l'ordre d'interrompre l'ascension de la fusée. L'engagement est d'avoir un premier prototype testé et certifié d'ici la fin 2022.

L'AFTS met une nouvelle fois en lumière l'expansion du champ d'activités de SENER Aerospace sous la direction de José Julián Echevarría et Diego Rodríguez. Un exemple est l'accord de coopération avec la société allemande Rocket Factory Augsburg, qui mettra en orbite le démonstrateur E.T. Pack pour prévenir l'accumulation de débris spatiaux. Il s'agit d'un dispositif électrodynamique qui réoriente les satellites et les étages finaux des fusées vers la terre une fois qu'ils ont terminé leur période de fonctionnement, ce qui les fait rentrer dans l'atmosphère et brûler dans les couches supérieures.

PHOTO/GMV - La determinación de la posición orbital y de las maniobras para evitar colisiones y alargar la vida de la flota de satélites Meteosat de segunda y tercera generación va a ser asumida por software de GMV
PHOTO/GMV -  La détermination de la position orbitale et des manœuvres visant à éviter les collisions et à prolonger la durée de vie de la flotte de satellites Meteosat de deuxième et troisième générations sera prise en charge par le logiciel GMV. 

Avec des filiales dans 10 pays d'Europe, d'Asie et d'Amérique du Sud, GMV a remporté trois grands appels d'offres au sein de l'Union européenne. Le plus récent concerne la flotte de satellites Meteosat de deuxième et troisième génération (MSG et MTG), situés en orbite géostationnaire à 36 000 kilomètres au-dessus de la Terre. Sur la base de son logiciel sstod déjà utilisé par les centres de surveillance spatiale d'Espagne, de Pologne et de Roumanie, GMV va analyser, traiter et déterminer la position et les manœuvres à effectuer par les Météosats susmentionnés pour éviter les collisions et prolonger leur durée de vie.

Les deux autres contrats ont été remportés il y a quelques semaines à peine. L'une d'entre elles est réalisée avec le Centre espagnol pour le développement technologique et industriel (CDTI) et consiste à mettre en œuvre le nouveau logiciel de planification COPLA, qui doit attribuer les tâches d'observation du cosmos à l'ensemble du réseau européen de capteurs optiques. Une autre collaboration a lieu avec l'Agence aérospatiale allemande (DLR) pour développer, valider et intégrer les algorithmes nécessaires au traitement des données qui composent le catalogue des objets en orbite sous la responsabilité du Centre de surveillance spatiale de l'UEDEM.

PHOTO/GMV - La Agencia Aeroespacial Alemana (DLR) ha confiado en GMV para a desarrollar, validar e integrar los algoritmos que deben procesar el catálogo de objetos en órbita que controla el Centro de Vigilancia Espacial de Uedem
PHOTO/GMV - L'Agence aérospatiale allemande (DLR) s'est adressée à GMV pour développer, valider et intégrer les algorithmes de traitement du catalogue d'objets en orbite contrôlé par le centre de surveillance spatiale Uedem.
Indra veut être dans la fusion 5G avec l'IoT

Les deux projets sont liés au système de surveillance et de suivi de l'espace de l'Union européenne ou EU SST, formé par le réseau de capteurs des agences spatiales de l'Allemagne (DLR), de la France (CNES), de l'Italie (ASI) et du CDTI espagnol, rejoints ensuite par les agences de la Pologne, du Portugal, de la Roumanie et du Royaume-Uni.

Dans un autre domaine d'activité, Sateliot, un opérateur émergent de communications par satellite 5G basé à Barcelone, travaille sur l'Internet des objets (IoT). La société a levé 10 millions d'euros dans le cadre d'une augmentation de capital afin d'obtenir des fonds pour fusionner l'univers de l'IoT avec les réseaux de téléphonie mobile 5G sous une norme unique.

PHOTO/Indra - Indra adquiere el 10,5% del capital de Sateliot y se convierte en su socio tecnológico, a la vez que facilita el acceso del operador de comunicaciones vía satélite al sector aeroespacial y de defensa. En la imagen, Ignacio Mataix, consejero delegado de Indra
PHOTO/Indra - Indra acquiert 10,5% du capital de Sateliot et devient son partenaire technologique, tout en facilitant l'accès de l'opérateur de communications par satellite au secteur de l'aérospatiale et de la défense. Sur la photo, Ignacio Mataix, le PDG d'Indra.

Parmi les entreprises espagnoles qui ont fait confiance au projet figure Indra, propriété de la SEPI, qui apporte environ 10,5 % du capital et fournira des solutions IoT destinées aux secteurs de la défense et de l'aérospatiale, domaines dans lesquels Sateliot souhaite se positionner. Ce qui est curieux dans cette affaire, c'est que Sateliot est la société qui a mis entre les mains de l'Agence spatiale du gouvernement autonome de Catalogne le nanosatellite baptisé Enxaneta, lancé dans l'espace en mars 2021.

L'objectif de Sateliot est de placer une constellation de nanosatellites en orbite à une altitude de 550 kilomètres pour communiquer directement avec les appareils IoT. Le PDG de la société, Jaime Sanpera, est confronté à un défi de taille. En mai 2021, il a déclaré qu'en 2025, elle aurait "100 satellites en orbite", un nombre déjà autorisé par l'Union internationale des télécommunications. Pour l'instant, il n'y a qu'une seule plateforme dans l'espace, appartenant au gouvernement autonome de Catalogne, et la seconde est sur la même voie.

PHOTO/ACN - Sateliot fue la compañía contratada por el Instituto de Estudios del Espacio de Cataluña (IEEC) para fabricar el nanosatélite bautizado Enxaneta, que fue lanzado al espacio en marzo de 2021. En la imagen, el político Ignacio Puigneró, que lo publicitó como de la Agencia Espacial del Gobierno Autónomo de Cataluña
PHOTO/ACN - Sateliot est l'entreprise à laquelle l'Institut d'études spatiales de Catalogne (IEEC) a confié la fabrication du nanosatellite baptisé Enxaneta, qui a été lancé dans l'espace en mars 2021. Sur la photo, le politicien Ignacio Puigneró, qui l'a annoncé comme appartenant à l'Agence spatiale du gouvernement autonome de Catalogne. 

Thales Alenia Space España, situé à Tres Cantos (Madrid), a reçu fin janvier la commande pour concevoir, dessiner, développer, assembler, intégrer, tester et fournir le processeur numérique du nouveau satellite coréen Geo-KompSat-3. Élément central des transmissions multibandes, "il sera entièrement reprogrammable pour fournir des services de communication au-dessus de la péninsule coréenne", explique Stéphane Terranova, directeur exécutif de Thales Alenia Space España.