PUBLICIDAD

Iberdrola

Dernières heures avant la fin de l'évacuation en Afghanistan et la formation du nouveau gouvernement taliban

La Turquie a annoncé qu'elle ne continuerait pas à assurer la sécurité de l'aéroport de Kaboul après le retrait des forces américaines
aeropuerto-kabul-evacuaciones

PHOTO/ Twitter/DAVID_MARTINON vía REUTERS  -   Une foule attend à l'extérieur de l'aéroport de Kaboul, en Afghanistan, le 25 août 2021

L'aéroport international Hamid Karzai de Kaboul est devenu le principal centre d'intérêt de l'actualité afghane, tandis que le reste du pays d'Asie centrale a été plongé dans l'obscurité médiatique. L'aérodrome, principale source d'information, maintient l'intérêt car c'est là que le gros des troupes étrangères est basé, mais une fois atteinte la date limite du retrait des troupes internationales le 31 août, l'aéroport de Kaboul cessera de faire l'actualité comme le reste de l'Afghanistan.

Les pays du monde entier se précipitent dans les dernières heures avant la date limite fixée par les États-Unis et les Talibans pour le départ de tous les étrangers. Plusieurs pays ont déjà annoncé qu'ils ne seront pas en mesure d'évacuer tout le personnel, principalement des collaborateurs afghans. Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il restait 1 500 Américains sur les 6 000 que comptait l'Afghanistan au début des évacuations.

soldados-eeuu-evacuacion-kabul
AFP/CROWN COPYRIGHT 2021/MOD - Des membres des forces armées britanniques et américaines au travail à l'aéroport de Kaboul, le 21 août 2021

Jour après jour, les évacuations deviennent de plus en plus compliquées, des milliers de personnes se pressent à l'entrée de l'aéroport avec le seul espoir de pouvoir quitter le pays, alors que les talibans ont annoncé qu'ils n'autoriseraient que les étrangers à entrer dans l'aéroport. Les islamistes ont mis en place un poste de contrôle à cinq kilomètres de l'aérodrome, qui ne peut être franchi qu'avec un passeport ou un visa étranger. Les talibans ont accusé les autres pays d'encourager la "migration économique".

Les talibans ont exhorté les États-Unis à cesser de faire sortir de Kaboul des "experts afghans" tels que des ingénieurs et des médecins. "Ce pays a besoin de leur expertise. Ils ne doivent pas être emmenés dans d'autres pays", a déclaré Zabihullah Mujahid, porte-parole des talibans, lors d'une conférence de presse dans la capitale afghane. Les islamistes, face au refus de prolonger le délai de départ des troupes internationales, ont assuré qu'après le 31 août les vols commerciaux reprendront à l'aéroport international Hamid Karzai de Kaboul, et que tous ceux qui sont en règle pourront voyager.

portavoz-taliban-zabihulla mujahid
PHOTO/REUTERS - Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, lors d'une conférence de presse à Kaboul, en Afghanistan

Zabihullah Mujahid a déclaré à Efe-Epa qu'ils espèrent former un "gouvernement" avant la fin du retrait des troupes étrangères d'Afghanistan. Bien que la composition du nouveau gouvernement soit encore inconnue, certains postes vitaux ont déjà été désignés, notamment celui du nouveau gouverneur de la Banque centrale d'Afghanistan, Haji Mohammad Idris. Selon M. Mujahid, ses fonctions consisteront notamment à "aider à organiser les institutions et à résoudre les problèmes économiques auxquels la population est confrontée". L'économie afghane a été gravement endommagée et dépend fortement de l'aide internationale, qui est totalement bloquée depuis l'arrivée au pouvoir des talibans.

Les États-Unis ont gelé les avoirs afghans - plus de 9 milliards de dollars - déposés dans les banques américaines, ce qui accroît la pression financière sur les talibans. Entre-temps, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont annoncé la suspension de l'aide et des prêts à l'Afghanistan, dans l'attente des nouvelles politiques des fondamentalistes. Face à cette situation financière délicate, les nouvelles autorités ont interdit les transferts de dollars étrangers, et les banques ont rouvert après plus d'une semaine de fermeture.

aeropuerto-evacuaciones-afganistan
PHOTO/AP - Des Afghans attendent devant la Kabul Bank, à Kaboul, en Afghanistan, le mercredi 25 août 2021

Un autre poste clé de la nouvelle administration est le ministère de la défense, où le mollah Abdul Qayyum Zakir a été nommé ministre de la défense par intérim de l'Afghanistan, selon la chaîne d'information Al Jaazera. Abdul Qayyum Zakir est un commandant taliban chevronné et un proche associé du fondateur des talibans, le mollah Omar. Il a été capturé par les forces armées américaines en 2001 et a été détenu à Guantanamo Bay jusqu'en 2007, selon Reuters.

Depuis la prise de Kaboul le 15 août, les Talibans n'ont toujours pas formé de gouvernement, bien que des noms possibles pour le futur dirigeant du pays apparaissent progressivement, ainsi que la nomination de postes clés tels que le gouverneur de la Banque centrale et le ministre de la défense. Les islamistes ont insisté sur leur idée de créer un "gouvernement inclusif", mais il reste à voir si cette initiative ira de l'avant. Pour l'instant, les talibans ont rencontré à plusieurs reprises le président du Conseil de réconciliation nationale afghan, Abdullah Abdullah, et l'ancien président afghan Hamid Karzai, qui pourraient tous deux faire partie de la nouvelle administration.

mujeres-afganistan.
AP/RAHMAT GUL - Des femmes afghanes en burqa marchent dans une rue de Kaboul, en Afghanistan, le 22 août 2021

Le rôle des femmes dans la société afghane est une autre question très préoccupante. Le principal porte-parole des talibans, Zabihulla Mujahid, a assuré lors d'une conférence de presse quelques jours après la prise de Kaboul que les femmes ne seraient pas discriminées et que leurs droits seraient respectés, mais toujours "dans le cadre de la loi islamique". Malgré ces promesses, Moudjahid lui-même a exhorté ces derniers jours les femmes à ne pas quitter la maison "jusqu'à nouvel ordre" en raison de "la crainte que nos forces, pas encore bien entraînées, ne maltraitent les femmes". Nous ne voulons pas que nos forces, à Dieu ne plaise, fassent du mal aux femmes ou les harcèlent".

Une autre grande question est de savoir ce qu'il adviendra de la vallée du Panjshir, la seule poche de résistance des Talibans. Apparemment, en réponse aux rumeurs selon lesquelles les talibans seraient sur le point de lancer une offensive contre cette province, les fondamentalistes ont annoncé qu'ils menaient des pourparlers avec les dirigeants locaux, dont Ahmad Massoud, fils d'Ahmad Shah Massoud, surnommé le "lion du Panjshir" et l'un des principaux chefs de la résistance afghane antisoviétique dans les années 1980, et qu'ils étaient sur le point de parvenir à un accord "sans qu'il soit nécessaire de faire la guerre".

erdogan-turquia-tropas-afganistan.
PHOTO/PRESIDENCE TURQUE via AP - Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'une cérémonie à Ahlat, dans l'est de la Turquie, mercredi 25 août 2021

Alors que la situation en Afghanistan se précise, les troupes internationales poursuivent leur évacuation avec l'intention d'achever leur retrait pour le 31 août, date limite imposée par les talibans. La Turquie, qui a proposé d'administrer l'aéroport international de Kaboul après le départ des troupes américaines, a également décidé de retirer tous ses hommes. Le pays eurasien a renoncé à son intention de rester à l'aérodrome et le ministère turc de la défense a annoncé qu'il ne continuerait pas à assurer la sécurité à l'aéroport de Kaboul après le retrait des forces américaines, suite à l'avertissement des talibans selon lequel il y aura des "conséquences" si toutes les troupes étrangères ne sont pas retirées à la date limite.