PUBLICIDAD

Iberdrola

Des centaines de femmes brûlent leur voile lors d'une nouvelle vague de protestations en Iran

La police de la moralité iranienne fait l'objet de critiques sans précédent de la part de hauts fonctionnaires
mujer-iran-hiyab

PHOTO/FILE  -  

Les manifestations liées à la mort de la jeune femme kurde Mahsa Amini en Iran continuent d'éclater, plongeant le pays dans un climat de protestation sans précédent. À tel point que même de hauts responsables iraniens ont condamné le meurtre d'Amini et l'action agressive de la "police de la moralité", à une époque où la société critique plus que jamais le port obligatoire du hijab.

Dans cette optique, le président du Conseil de la Choura, Mohamed Baqir Qalibaf, a déclaré qu'il était "nécessaire d'enquêter sur le comportement de la police de la moralité" pour éviter des situations similaires au meurtre d'Amini.

En outre, un rapport sur la politique de la République islamique d'Iran en matière de port du hijab, basé sur des enquêtes menées par l'Association iranienne d'enquête sur les étudiants entre 2006 et 2014 et publié par l'administration Rouhani en 2018, a noté qu'environ 49,2 % de la population estimait que le fait de porter ou non le hijab était une question personnelle qui ne devait pas être rendue obligatoire.  

Téhéran a également rejoint cette nouvelle vague de protestations, mais c'est dans la région du Kurdistan iranien, gouvernée par Ismail Zari Kosha, que les affrontements les plus violents ont eu lieu. Selon un communiqué publié par l'agence de presse Fars, "cinq personnes ont été tuées par balles" lors des manifestations "dans des circonstances suspectes" dans le cadre de ce qu'elle a décrit comme "un complot ennemi".

Selon l'analyste iranien Daniel Bashandeh, pour Atalayar "cette crise est aussi le reflet de trois crises en Iran : économique, sociale et de légitimité. Ce dernier, en raison de l'incertitude sur ce qui se passera après le leader suprême, s'il y aura une lutte de pouvoir interne menée par les Pasdarans ou non. Le tout dans un contexte régional marqué par l'influence progressive de la Russie à l'Est et l'accord nucléaire dans l'air". 

Quant au port du hijab, il affirme que "le régime est plus permissif lorsqu'il tend également la main à l'Occident, mais lorsqu'il s'isole, il durcit sa politique. Le plus souvent, il sera progressif, calme et permissif. Mais comme les enjeux sont importants, par exemple, on parle de la santé du chef suprême et qu'il n'y a pas de successeur, tout est en suspens".

Cela n'a pas empêché des centaines de femmes de descendre dans la rue en Iran. Dans de nombreuses vidéos de ces manifestations, on peut voir des femmes manifester sans le voile, certaines se coupant même les cheveux en signe de protestation. D'autres images montrent des femmes scandant "Femme, vie, liberté", le principal slogan du féminisme kurde, qui prône l'émancipation des femmes, ainsi que déchirant des affiches du guide suprême iranien, Ali Khamenei, tout en criant "mort au dictateur". 

L'ampleur de ces protestations est déjà devenue historique, notamment en raison de leur caractère féministe. Les dernières manifestations de masse dans le pays ont eu lieu en 2019, lorsque les citoyens iraniens sont descendus dans la rue pour protester contre les prix élevés de l'essence.

Selon l'organisation Hengaw pour les droits de l'homme, 75 manifestants ont été blessés dans la région kurde. C'est pour cette raison que les manifestations sont qualifiées de "manifestations éclair", dans lesquelles elles tentent de se former et de se disperser rapidement pour éviter toute confrontation avec la police iranienne après l'importante escalade de la violence entre la société civile et les forces de sécurité.

Malgré cela, de nombreuses femmes ont allumé de multiples feux de joie où elles ont brûlé des hijabs, dans un acte qui a déjà été qualifié de "révolutionnaire" car le port du voile est obligatoire en Iran dès l'âge de sept ans, bien que de nombreuses Iraniennes continuent de répéter que "le voile obligatoire ne fait pas partie de notre culture".

Après l'arrestation de Mahsa Amini par la police des mœurs, la jeune femme est tombée dans un coma dont elle n'est finalement pas sortie vivante. Plusieurs rapports suggèrent qu'Amini a été "frappée à la tête avec une matraque, se cognant contre la paroi du fourgon de police"
 

La Haute Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme par intérim, Nada al-Nashif, a déclaré avoir validé ces rapports, ce qui laisse penser que la mort d'Amini a été violente. La mort tragique de Mahsa Amini et les allégations de torture et de mauvais traitements doivent faire l'objet d'une enquête rapide, impartiale et efficace menée par une autorité compétente et indépendante ", a déclaré Nada al-Nashif.

Elle a déclaré que l'ONU avait reçu "de nombreuses vidéos vérifiées de traitements violents" par des patrouilles de la police des mœurs à l'encontre de femmes qui n'auraient pas respecté le code vestimentaire du gouvernement des Ayatollahs.