Des centaines d'Iraniens se rendent en Arménie pour se faire vacciner contre le coronavirus

Des groupes de personnes ont traversé la frontière en réponse à la situation sanitaire catastrophique en Iran
atalayar_vacunacion armenia

PHOTOLUARE LUSI SARGSYAN  -   Des centaines de personnes ont fait la queue dans les rues de la capitale arménienne pour se faire vacciner gratuitement contre le coronavirus, et certains ont passé la nuit dans les rues pour éviter les files d'attente.

L'échec du processus de vaccination iranien a conduit des centaines de citoyens iraniens à franchir la frontière avec l'Arménie voisine pour tenter de recevoir des doses contre le coronavirus. Selon le porte-parole des douanes iraniennes, Ruhollah Latifi, hier, "au cours des dernières 48 heures, 1 800 Iraniens ont franchi le poste de contrôle frontalier entre les deux pays". L'ambassadeur d'Arménie en Iran, Artashes Tumanyan, a annoncé que la vaccination serait gratuite dans son pays. Toutefois, seuls les touristes séjournant plus de 10 jours sur le territoire arménien pourront recevoir le vaccin.

Les tarifs des vols entre Téhéran et Erevan ont fortement augmenté, atteignant jusqu'à 300 dollars. Cependant, tous les avions à destination de l'Arménie sont complets. Cette situation a poussé les autorités arméniennes à renforcer les mesures, car il n'y a que 5 points de vaccination pour les étrangers dans tout le pays, ils doivent donc éviter les grandes foules comme on peut le voir dans plusieurs vidéos circulant sur les réseaux sociaux. "Cette décision signifie que les Iraniens sont obligés de voyager et de dépenser beaucoup d'argent et de stress pour se faire vacciner. Nous ne le ferions pas si nous avions le choix", déclare une Iranienne de 53 ans qui n'est pas encore éligible au vaccin.

Le Comité arménien du tourisme a signalé une augmentation du nombre de touristes. Ce nombre est passé de 41 881 en avril à 64 101 en juin. Le nombre de personnes entrant en Arménie depuis l'Iran a également augmenté, passant de 2 516 à 5 592 au cours de la même période. Erevan a également enregistré des arrivées de Syrie et d'Inde dans le même but, mais les Iraniens constituent toujours le groupe le plus important, représentant 80 % des touristes dans la capitale. "La ville déborde de touristes, dans les rues on entend plus d'Iraniens que d'Arméniens, et aux cabines de vaccination il y a de longues files d'Iraniens et des bousculades de la part de ceux qui essaient de sauter la file", a déclaré à EFE un habitant d'Erevan.

atalayar_frontera iran armenia
PHOTOLURE/VAHRAM BAGHDASARYAN - Les Iraniens se sont d'abord rendus dans la ville frontalière arménienne de Meghri pour se faire vacciner, mais les autorités arméniennes ont décidé cette semaine que tous les étrangers devaient être vaccinés dans la capitale arménienne, Erevan.

Outre les foules dans la capitale arménienne, les Iraniens se pressent également à la frontière. Aux postes de contrôle frontaliers, il y a des files d'attente pour les tests PCR, car on ne peut entrer sur le territoire arménien qu'avec un test négatif. En raison des températures estivales élevées, des évanouissements ont eu lieu à la frontière et plusieurs ambulances ont dû être déplacées dans la zone.

De nombreux Iraniens ont décidé de franchir la frontière en raison des expériences réussies d'autres citoyens et du plan de vaccination chaotique élaboré par les autorités. En outre, aucun visa n'est requis et le trajet entre la frontière et Erevan dure sept heures.

atalayar_iran armenia vacunacion
PHOTOLUARE LUSI SARGSYAN - Une personne tient un passeport iranien alors que des personnes, pour la plupart des résidents d'Iran, font la queue pour se faire vacciner dans un poste de vaccination mobile dans le centre d'Erevan, en Arménie, vendredi 9 juillet 2021.

Sur les 82 millions d'habitants, 4,7 millions ont reçu la première dose du vaccin COVID-19, tandis que seulement 2,2 millions ont reçu le cycle complet de vaccination. Pour l'instant, selon le programme de santé, seules les personnes âgées de 60 ans et plus peuvent recevoir le médicament. En plus de la lenteur de la vaccination, le processus s'avère particulièrement difficile. Des files d'attente pouvant atteindre 100 mètres de long se sont formées dans les centres de santé, les gens attendant pendant des heures pour recevoir des doses qui sont parfois épuisées.

Les médicaments utilisés par les autorités sanitaires iraniennes sont le vaccin russe Sputnik V, Sinovac et Siniphram en provenance de Chine et les doses AstraZeneca fabriquées en Inde. En outre, depuis la fin de l'année dernière, le gouvernement iranien a promis de développer son propre vaccin, le COVIRAN Barekat. En décembre, elle a également déclaré qu'elle commencerait à administrer ce médicament national au printemps, bien qu'une grande partie de la population doute de son efficacité et craigne qu'il ne produise de graves effets secondaires.

atalayar_vacunacion armenia
PHOTOLURE/VAHRAM BAGHDASARYAN - Selon les directives du gouvernement arménien en vigueur depuis vendredi, les étrangers ne peuvent être vaccinés que dans cinq points de vaccination mobiles à Erevan.

L'Iran est l'un des pays les plus touchés par le virus depuis le début de la pandémie. Elle est actuellement confrontée à une cinquième vague avec un nombre élevé de décès et d'infections, alors que la vaccination progresse lentement et avec de nombreuses erreurs. Au total, le pays a enregistré plus de 3,4 millions de cas et 86 692 décès. "Nous avons décidé d'aller en Arménie parce que nous ne serons pas vaccinés en Iran avant de nombreux mois, et si nous sommes infectés, nous pourrions mourir en raison de la situation dans les hôpitaux", a déclaré à EFE un Iranien de 30 ans. La variante Delta, détectée pour la première fois en Inde, est à l'origine d'une grande partie des nouvelles infections dans le pays. Les autorités sanitaires ont signalé un nombre élevé d'enfants admis à l'hôpital en raison de cette souche du virus.

Le voyage en Arménie a provoqué une controverse à Téhéran et le gouvernement iranien a annoncé l'arrivée de millions de doses et la production de 50 millions de COVIRAN Barekat afin de calmer l'agitation sociale.