PUBLICIDAD

Marruecos

Des dizaines de blessés après une nouvelle confrontation sur l'esplanade des mosquées

La Jordanie cherche un rapprochement diplomatique avec Israël afin d'"apaiser les tensions"
policia-israeli-palestino

AFP/AHMAD GHARABLI  -   Photo d'archive, la police israélienne porte un jeune manifestant palestinien blessé dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, le 22 avril 2022.

L'esplanade des mosquées à Jérusalem continue d'être le théâtre et le témoin d'affrontements entre les musulmans et les autorités israéliennes. Au cours de cette nouvelle journée de violence, au moins 57 personnes ont été blessées, selon le Croissant-Rouge palestinien.

Les affrontements entre les deux parties se poursuivent depuis le début du mois sacré du Ramadan. Cependant, ces dernières émeutes coïncident avec la célébration du dernier vendredi du mois sacré musulman. Selon la police israélienne, les forces seraient entrées dans le bâtiment après que des "émeutiers" ont jeté des pierres sur les autorités, notamment sur des lieux saints juifs tels que le mur des Lamentations, situé sous le complexe d'Al-Aqsa. 

musulmanes-autoridades-israelies
AP/ODED BALILTY - Des femmes palestiniennes attendent de franchir le poste de contrôle de Qalandia pour aller prier à la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem lors du quatrième vendredi du mois sacré musulman du Ramadan, entre la ville de Ramallah en Cisjordanie et Jérusalem, vendredi 29 avril 2022.

Selon un communiqué publié par les autorités israéliennes, les émeutiers auraient utilisé des "moyens de dispersion des émeutes". Cependant, selon des journalistes de l'AFP et des témoins, la police israélienne aurait tiré des "gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc" sur la population. 

La police a également indiqué que trois personnes avaient été arrêtées, deux d'entre elles pour avoir jeté des pierres et une autre pour avoir "incité la foule". Parallèlement, la police a déclaré que "depuis une heure, le site est calme et les fidèles entreraient en toute sécurité dans l'enceinte". 

Pourtant, les tensions restent élevées. Les organisations signalent qu'au moins 300 Palestiniens ont été blessés au cours des deux dernières semaines dans le seul complexe d'Al-Aqsa. Les affrontements et la violence entre musulmans et juifs existent depuis le début du conflit israélo-palestinien, mais ils sont particulièrement "inquiétants" au niveau mondial. À cet égard, la condamnation internationale n'est pas venue uniquement des pays arabes, puisque des organisations comme l'ONU et des pays comme les États-Unis ont condamné ces pratiques.

control-musulmanes-israelies
AP/ODED BALILTY -  Les forces de sécurité israéliennes contrôlent l'identité de femmes palestiniennes au poste de contrôle de Qalandia alors qu'elles se rendent à la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem pour prier.

La porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, Ravina Shamdasani, a condamné "l'escalade de la violence dans le territoire palestinien occupé et en Israël au cours du mois dernier". 

Dans une tentative de détente, le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a déclaré que le gouvernement israélien était "attaché" au statu quo de l'esplanade des mosquées, sauvegardée par la Jordanie, ce qui signifierait accepter que les seules personnes autorisées à accéder à l'enceinte soient des musulmans.

Cependant, les locaux décrétés par le pays jordanien auraient subi une série de violations. À cet égard, on dit que les Juifs sont progressivement venus prier dans ce complexe sacré. Ce que l'esplanade des mosquées est pour les musulmans, pour les juifs c'est le Mont du Temple, le lieu où le monde a été créé et où le Messie apparaîtrait, c'est pourquoi ils revendiquent son symbolisme sacré. 

autoridades-israelies-palestinos
REUTERS/MOHAMAD TOROKMAN - Un soldat patrouille alors que des Palestiniens se rendent à la prière du dernier vendredi du Ramadan à la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, au poste de contrôle de Qalandia, en Cisjordanie occupée par Israël, le 29 avril 2022.

Malgré ce caractère sacré pour la religion juive, c'est la Jordanie qui veille à ce que l'esplanade conserve un caractère exclusivement musulman. Les disciples de Mahomet sont autorisés à y prier, tandis que les Juifs ne peuvent y entrer qu'en tant que visiteurs.

La Jordanie, un médiateur pour assurer le statu quo 

Ces récents affrontements ont amené la Jordanie à intensifier ses efforts pour garantir le maintien de ce statu quo historique. Selon des responsables, le pays hachémite a fait savoir à Washington qu'il était prêt à "discuter" de la question avec Israël une fois le ramadan terminé. 

La réunion visera à "s'attaquer aux racines de la tension et à faire en sorte que les problèmes ne se reproduisent pas". Ils ont ajouté que Washington avait reçu un document exposant "clairement" la position de la Jordanie sur les incursions. 

musulmanes-puesto-control-israel
AFP/ ABBAS MOMANI - Un grand nombre de Palestiniens arrivent au poste de contrôle israélien de Qalandia, en Cisjordanie occupée, pour se rendre à la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem à l'occasion de Laylat al-Qadr.

En outre, Amman a demandé à Washington d'exiger qu'Israël "respecte la situation historique qui existait avant 2000", année du début de la deuxième Intifada, également connue sous le nom d'Intifada Al-Aqsa. Cette période, qui a duré cinq ans, a vu les attentats suicides se généraliser et la violence mettre fin à la possibilité de construire un processus de paix. En outre, les occupations par des colons juifs se sont multipliées, ainsi que les assassinats et les intimidations excessives des deux côtés.

De son côté, Israël a interdit les visites de non-musulmans dans le complexe jusqu'à la fin du Ramadan, ce qui serait "un bon pas vers le respect du statu quo et l'apaisement des tensions et le retour au calme", selon le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi.

Malgré ce geste, les dirigeants musulmans sont "préoccupés" par le fait qu'Israël puisse tenter de diviser le complexe pour créer une zone de prière pour les Juifs, ce que Lapid a démenti aux journalistes. 

mapa-ciudad-vieja-jerusalen
AFP/AFP - Carte de la vieille ville de Jérusalem

En outre, il y a une semaine, plusieurs roquettes ont été tirées par le Hamas depuis la bande de Gaza. Ces offensives ont à nouveau fait craindre qu'un affrontement entre le Hamas et l'armée israélienne ne se produise à nouveau, comme ce fut le cas il y a un an, lorsque les offensives ont duré 11 jours, causant la mort de 230 Palestiniens et de 13 Juifs.