Des drones dotés d'une technologie locale pour tenir le virus à distance au Maroc

Les autorités marocaines encouragent l'utilisation de dispositifs sans pilote pour la surveillance, la désinfection et l'information du public dans le cadre de la lutte contre la pandémie
Des policiers marocains observent un jeune homme pilotant un drone équipé d'une caméra thermique dans le quartier de Harhoura (près de Rabat), qui sera utilisé lors de la crise sanitaire, le 23 avril

AFP/FADEL SENNA  -   Des policiers marocains observent un jeune homme pilotant un drone équipé d'une caméra thermique dans le quartier de Harhoura (près de Rabat), qui sera utilisé lors de la crise sanitaire, le 23 avril

Au fil des jours, le Maroc montre à quel point il prend au sérieux la crise sanitaire actuelle. L'épidémie montre le talent et les facettes inconnues de nos voisins. Après les respirateurs 100% « made in Maroc » ou les masques sanitaires que le Maroc va exporter vers l'UE, entre autres initiatives, il est temps de signaler le déploiement de drones avec une technologie locale grâce à laquelle les autorités tiennent le coronavirus à distance du ciel. Ces drones sont utilisés depuis des semaines pour effectuer une surveillance, désinfecter les routes publiques et informer les citoyens. Malgré le fait que la majorité de la société marocaine ait accepté avec civilité et rigueur les mesures d'enfermement décrétées - l'état d'urgence sanitaire est entré en vigueur le 20 mars -, saluées pour leur anticipation en dehors des frontières du pays voisin, les concentrations de personnes dans les quartiers populaires, les ports ou les marchés en plein air n'ont pas cessé au cours de ces semaines. Et le Ramadan est un bon moment pour d'autres rassemblements, en profitant du relâchement de la vigilance dans les dernières heures de la journée et en tenant compte du caractère nettement familial des célébrations.  

« C'est vraiment fou. En quelques semaines seulement, la demande a triplé au Maroc et dans d'autres pays de la région », explique Yassine Qamous, directeur de Droneway Maroc, qui distribue les produits de la première société chinoise de DJI sur le continent africain. Jusqu'à présent, l'utilisation des drones au Maroc était limitée aux travaux agricoles, à la surveillance des panneaux solaires ou à la cartographie. Une réalité qui a changé en ces temps de lutte contre la montre contre COVID-19. Selon Qamous, le Maroc était déjà l'un des leaders continentaux dans le développement et l'utilisation de ces engins sans pilote. Selon Qamous, le Maroc était déjà l'un des leaders continentaux dans le développement et l'utilisation de ces engins sans pilote.  

Bien qu'une grande partie des drones proviennent du géant asiatique, la vérité est que de plus en plus sont produits par des entreprises locales. C'est le cas de Farasha, une start-up marocaine qui fabrique des drones pour la surveillance thermique et la désinfection des espaces publics. La société a testé ces appareils dans le district de Harhoura, préfecture de Skhirat-Temara -une ville près de Rabat-, à la mi-avril. Le directeur de l'entreprise, Abderrahman Kriual, constatant la demande croissante, a déclaré à l'AFP cette semaine qu'ils « préparent une unité pour l'assemblage et la fabrication d'un drone avec spray de désinfection pour l'emmener partout ».

Concrètement, selon le journal L'Économiste du 19 avril, l'entreprise marocaine a conçu deux dispositifs : un pour la désinfection des lieux publics tels que les entrées d'hôpitaux, les routes ou les parkings et un autre - plus petit - équipé d'une caméra thermique pour détecter les citoyens ayant une température plus élevée que la normale. Kriual a annoncé qu'ils avaient déjà reçu des commandes pour la fabrication de ces dispositifs. « Dans quelques semaines, nous aurons des drones qui seront fournis aux municipalités et aux usines qui effectueront rapidement la désinfection afin que nous puissions procéder à la décontamination partielle ».

Et la semaine dernière, la préfecture de Skhirat-Temara, dans l'agglomération de la capitale marocaine, a autorisé l'utilisation de drones équipés de caméras pour aider la police à détecter les concentrations de personnes et les prières collectives les nuits du Ramadan, en écho à l'environnement local d'Al Akhbar. Selon l'AFP, le système de surveillance aérienne de haute précision de ces appareils est l'œuvre de la société locale Beti3D, spécialisée dans la cartographie.  

Drones Marruecos
AFP/FADEL SENNA - Un avion télécommandé, équipé d'un liquide désinfectant et exploité par une société marocaine, survole une rue du quartier de Harhoura

Avant Temara, les autorités de la ville de Tanger ont également lancé une initiative avec les drones. Le 21 avril, le conseil municipal de l'ancienne ville internationale a déployé une flotte de drones équipés de haut-parleurs qui ont appelé les citoyens des quartiers les plus mal famés à se conformer aux directives des autorités, a rapporté le journal Le360 numérique. Il faut rappeler que dans les premières semaines de l'épidémie au Maroc, des jeunes ont manifesté dans certains quartiers de Tanger, dont certains à connotation islamiste - également à Fès - pour protester contre l'enfermement. Les autorités des villes de Casablanca et de Marrakech ont également utilisé des drones ces dernières semaines pour appeler la population à respecter les mesures de confinement.

Mais l'honneur d'être la première ville marocaine à utiliser des drones contre la pandémie revient à Berkan, dans la région de l'Oriental, qui a commencé à utiliser des appareils sans pilote avec des haut-parleurs le 12 avril exactement pour avertir les voisins de rester chez eux. La préfecture de cette ville de plus de 100 000 habitants s'était déjà équipée de drones il y a trois ans pour effectuer des travaux de cartographie et lutter contre les constructions illégales, comme en témoigne un reportage dans le Le360 numérique.

Un développement technologique prometteur 

Avec le début de la pandémie au Maroc, l'Université Internationale de Rabat (UIR) a offert aux autorités locales son département d'aéronautique, son savoir-faire et aussi ses propres prototypes de drones équipés de haut-parleurs et de caméras infrarouges pour détecter les mouvements nocturnes. L'université située dans la capitale marocaine s'est distinguée ces dernières semaines par son engagement dans la lutte contre la pandémie. La société marocaine doit également à ses chercheurs la production de plusieurs milliers de masques avec visières de protection pour le personnel de santé, de masques de haute sécurité (FFP2), de masques d'assistance respiratoire et de respirateurs, comme l'a expliqué son directeur de la communication, Rim Rhmani, à Atalayar en avril dernier.   

Les résultats prometteurs de l'utilisation de ces dispositifs durant ces semaines de pandémie et le développement d'une technologie locale à cet effet augurent bien de l'essor du secteur dans les années à venir, et de l'expansion généralisée des drones dans des domaines déjà mentionnés tels que l'agriculture ou la surveillance des installations énergétiques. Cependant, le nombre de ces appareils utilisés aujourd'hui dans tout le pays est encore inconnu.  

Drones Marruecos
AFP/FADEL SENNA - Un drone équipé d'un système de pulvérisation de liquide désinfectant, dans une rue du quartier de Harhoura, près de la capitale marocaine, le 23 avril 2020

Dans un premier temps, l'internement général décrété à partir de l'état d'urgence sanitaire sera prolongé au Maroc jusqu'au 20 mai prochain, soit quatre jours seulement avant la fin du Ramadan. Selon les derniers chiffres officiels, quelque 59 000 personnes ont été traduites en justice pour « violation de l'état d'urgence sanitaire ». Le non-respect des obligations liées au décret peut entraîner des peines de prison allant d´un à trois mois ou des amendes pouvant aller jusqu'à 1 250 dirhams (l'équivalent de 115 euros).

Les autorités locales sont convaincues que les mesures prises permettent de contenir la pandémie qui, à l'heure où nous écrivons ces lignes, a atteint 5 548 cas et 183 décès, la région de Casablanca-Settat étant la plus touchée. Selon les données des autorités sanitaires marocaines, quelque 56 500 tests de détection ont été effectués depuis le début de la pandémie. Ces chiffres sont encore loin des plans du gouvernement. Cependant, cette semaine, l'Institut national d'hygiène a prévu que le Maroc est proche de pouvoir réaliser une moyenne de 10 000 tests par jour.