PUBLICIDAD

Iberdrola

Des entreprises espagnoles renforcent leur présence dans le secteur croissant de la défense en Arabie saoudite

La ministre de l'Industrie, la secrétaire d'État à la Défense et une douzaine d'entreprises participent au premier salon mondial de la défense à Riyadh
Les industriels de la défense nationale ont tenu à être présents à la première édition du World Defende Show. Les dirigeants des sept entreprises du pavillon TEDAE avec l'ambassadeur espagnol en Arabie saoudite, Jorge Hevia.

PHOTO/Audesc  -   Les industriels de la défense nationale ont tenu à être présents à la première édition du World Defende Show. Les dirigeants des sept entreprises du pavillon TEDAE avec l'ambassadeur espagnol en Arabie saoudite, Jorge Hevia.

L'Arabie saoudite vient de rejoindre la longue liste des pays qui organisent des salons internationaux de la sécurité et de la défense sur une base bisannuelle.

La proposition du pays du Golfe s'appelle le World Defence Show (WDS), et sa première édition a été inaugurée par le prince héritier Mohammed bin Salman bin Abdulaziz. Il se tient du 6 au 9 mars à Riyad, la capitale du Royaume d'Arabie saoudite, sous le patronage du roi Salman bin Abdulaziz al-Saud et avec le soutien total de ses ministères de la Défense et de l'Intérieur.

Le nouveau salon WDS rejoint un secteur des expositions déjà saturé d'événements dans le monde entier. Heureusement pour ses organisateurs, l'énorme capacité d'achat d'armes de l'Arabie saoudite génère un effet d'attraction qui attire les entreprises qui sont déjà sur place ou qui veulent y être. Mais le vétéran salon IDEX Emirates d'Abu Dhabi, qui remonte à 1993, reste le plus important du Moyen-Orient, est l'un des principaux salons mondiaux et sera très difficile à détrôner, si telle est l'intention de Riyad.

Le WDS est une initiative de l'Autorité générale des industries militaires (GAMI), l'entité publique chargée de promouvoir le développement du secteur. L'un des moyens qu'il utilise est de capturer les compensations industrielles et les transferts de technologie provenant des achats annuels d'armes de plusieurs milliards de dollars de l'Arabie saoudite, qui se sont élevés à 10 milliards de dollars en 2021.

El príncipe heredero de Arabia Saudí, Mohamed bin Salman bin Abdulaziz, inauguró la edición del salón de defensa de Riad, que contó con la presencia de 11 empresas chinas agrupadas en un pabellón nacional
PHOTO/WDS - Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed bin Salman bin Abdulaziz, a inauguré le salon de la défense à Riyadh, auquel participaient 11 entreprises chinoises regroupées dans un pavillon national.

L'objectif du GAMI est d'établir autant d'industries de défense et de sécurité que possible dans le Royaume et de générer des emplois pour ses ingénieurs. L'objectif est de faire en sorte que, conformément à la Vision 2030, 50 % des investissements dans les systèmes d'armes terrestres, navals et aérospatiaux soient générés au niveau national d'ici à 2030 et contribuent à améliorer, diversifier et enrichir l'économie saoudienne. 

Pour atteindre cet objectif ambitieux, le GAMI s'appuie sur la société Saudi Arabian Military Industries (SAMI). Fondée en 2017, son horizon stratégique est de se positionner parmi les 25 premières entreprises militaires au monde d'ici 2030. Elle dispose d'un pavillon de 3 000 m² au WDS, où elle expose les produits des coentreprises qu'elle a créées avec, par exemple, l'espagnol Navantia (SAMINavantia), le français Thales (SAMIThales) et l'américain L3Harris (SAMIL3Harris).

La industria británica acudió con un modelo a escala natural del avión de combate del futuro Tempest, proyecto al que se han sumado Italia y Suecia y que compite con el FCAS de Alemania, España y Francia
PHOTO/WDS - L'industrie britannique a présenté une maquette grandeur nature du futur avion de combat Tempest, un projet auquel se sont joints l'Italie et la Suède et qui est en concurrence avec les FCAS d'Allemagne, d'Espagne et de France.
Avec le soutien d'un ministre et d'un secrétaire d'Etat

Le grand pouvoir de rassemblement des autorités saoudiennes était évident lors du WDS, qui a réuni plus de 590 entreprises de 42 nations dans un centre d'exposition intérieur et extérieur de plus de 100 000 m². Il présente l'inconvénient d'être situé en plein désert, à quelque 70 kilomètres au nord de Riyad et loin de la côte, de sorte que les propositions navales doivent être faites sur des modèles réduits, au moyen de présentations sur des écrans ou par réalité virtuelle augmentée.

Le plus grand nombre d'entreprises présentes proviennent des États-Unis (71), de la France (31) et du Royaume-Uni (30), qui sont loin d'être les principaux fournisseurs d'armes terrestres, navales et aérospatiales des forces armées du pays. On compte également six entreprises de Russie et trois d'Ukraine, malgré la poursuite de violents combats sur le territoire ukrainien. 

Le WDS propose des solutions à certains des problèmes de sécurité des États du Golfe, tels que les attaques par essaim de drones. L'exposition présente un large éventail de brouilleurs, de systèmes de renseignement, de systèmes de suivi des menaces, d'équipements de guerre électronique, de renseignements sur les signaux et de contre-mesures laser pour abattre les drones.

Para apoyar a la industria española se desplazó hasta Riad la secretaria de Estado de Defensa, Esperanza Casteleiro, y el nuevo director general de Armamento y Material, Aniceto Rosique, en el centro de la imagen
PHOTO/Audesc - La secrétaire d'État à la Défense, Esperanza Casteleiro, et le nouveau directeur général de l'armement et du matériel, Aniceto Rosique, au centre de la photo, se sont rendus à Riyad pour soutenir l'industrie espagnole.

Les autorités espagnoles et 13 entreprises de l'industrie nationale ont déjà souhaité être présentes à la première édition du WDS. Nombre d'entre elles sont regroupées au sein de l'Association espagnole des entreprises de défense, de sécurité, d'aéronautique et de technologie spatiale (TEDAE), qui a coordonné le pavillon national avec le soutien de l'ambassadeur d'Espagne à Riyad, Jorge Hevia, de son bureau économique et commercial et de l'ICEX.   

Au moins deux délégations officielles espagnoles ont visité la WDS. L'une présidée par la ministre de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Reyes Maroto, qui a également rencontré le ministre du Commerce, Majid bin Abdullah al-Qasabi, avec lequel elle complète la visite qu'elle a effectuée dans le pays fin octobre 2021. Une autre délégation était conduite par la secrétaire d'État à la Défense, Esperanza Casteleiro, accompagnée du directeur général des armements et du matériel récemment nommé, l'amiral Aniceto Rosique.

El astillero apuesta por nuevos sistemas de simulación, el submarino S-80, las nuevas fragatas F-110 y el concepto de buque NSAK Smart 4000, tras haber botado 5 corbetas de la clase Al-Sarawat para la Armada saudí
PHOTO/Navantia - Le chantier naval s'engage dans de nouveaux systèmes de simulation, le sous-marin S-80, les nouvelles frégates F-110 et le concept de navire NSAK Smart 4000, après avoir lancé 5 corvettes de la classe Al-Sarawat pour la marine saoudienne.
Une forte représentation nationale

Les entreprises présentes dans le pavillon espagnol sont Amper, Arquimea, DAS Photonics, EINSA, Instalaza, Iraundi - dédiée à la conception et à la fabrication de roulements spéciaux - et Tecnobit. Chacun présentera la qualité de ses produits, qu'il s'agisse d'électronique, de simulation, de photonique, d'armes antichars ou de véhicules pour le secteur de l'aéronautique et de la défense. Certains y participent de leur propre chef, comme Extenda, NTGS et Pelican.

D'autres entreprises espagnoles plus présentes et ayant des projets en Arabie saoudite ont également participé au WDS, mais elles ont préféré présenter leurs nouveaux produits et leur large gamme de produits dans des stands individuels plus grands. C'est le cas d'Escribano M&E, qui présente sa large gamme de tourelles automatiques et d'équipements électroniques, d'Expal, qui présente son mortier double Eimos avec conduite de tir Talos, de l'entreprise technologique Indra et du chantier naval Navantia, qui accueille l'offre SAES.

Entre las novedades de Indra está el sistema de adiestramiento por realidad virtual Víctrix VR y las contramedidas por infrarrojo InShield para neutralizar misiles tierra-aire de corto alcance
PHOTO/Audesc - Parmi les innovations d'Indra figurent le système de formation en réalité virtuelle Victrix VR et les contre-mesures infrarouges InShield destinées à neutraliser les missiles surface-air à courte portée.

Des dirigeants espagnols, tels que les présidents Luis Furnells (Tecnobit), Angel Escribano (Escribano M&E), Javier Martí (DAS Photonics) et Ricardo Domínguez (Navantia), tiennent des réunions et des négociations de haut niveau pour finaliser les contrats avec les autorités des pays de la région. C'est le résultat de nombreuses années d'actions commerciales et de collaboration continues avec des entreprises de la région du Golfe et des pays voisins.

C'est le cas de Navantia, qui a signé en novembre 2018 un contrat pour la construction de cinq corvettes de classe Al-Sarawat pour la marine royale du Royaume, dont la dernière a été lancée en décembre 2021. L'accord comprend le soutien du cycle de vie et la maintenance des navires à la base navale saoudienne de Jeddah. Le chantier naval espagnol propose désormais de nouveaux systèmes de simulation, le sous-marin S-80, des versions des nouvelles frégates F-110 et le navire conceptuel NSAK Smart 4000. 

La delegación encabezada por la ministra de Industria, Comercio y Turismo, Reyes Maroto, asistió al World Defense Show y se reunió con el ministro de Comercio, Majid bin Abdullah al-Qasabi
PHOTO/Audesc - La délégation conduite par la ministre de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Reyes Maroto, a assisté au Salon mondial de la défense et a rencontré le ministre du Commerce, Majid bin Abdullah al-Qasabi, qui est également le ministre de la Défense.

Indra présente ses systèmes de contre-mesure infrarouge InShield destinés à neutraliser les missiles surface-air à courte portée, qui équiperont les avions de transport Airbus A400M et les nouveaux hélicoptères lourds espagnols CH-47F Chinook. Également le système d'entraînement en réalité virtuelle et mixte Víctrix VR, qui immerge les soldats dans un scénario virtuel dans lequel ils peuvent s'entraîner à des missions de combat en zone urbaine.