Des images satellites révèlent de nouveaux sites nucléaires en Iran

Cette information est rendue publique à un moment clé pour les négociations de l'accord nucléaire entre les États-Unis et l'Iran
Atalayar_Imagen satélite nuclear Irán

PHOTO/ @TheGoodISIS  -   L'Iran a développé un autre site protégé par un mur à côté du complexe de Sankharian

L'Iran et les États-Unis mènent depuis des mois des négociations informelles en vue de reprendre le plan d'action global conjoint (JCPOA), communément appelé "accord nucléaire". L'administration Biden se dissocie ainsi de la politique de "pression maximale" exercée par l'ancien président américain Donald Trump. Malgré les efforts des délégations américaine et iranienne, le retour à ce pacte semble se faire attendre.

La méfiance est le principal problème pour un retour définitif au pacte nucléaire. L'Iran demande aux États-Unis de faire le premier pas, puisque ce sont eux qui ont décidé unilatéralement de quitter le pacte en 2018, et exige la fin des sanctions économiques. Pour leur part, les États-Unis ne font toujours pas confiance aux intentions de Téhéran. Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a accusé l'Iran de manquer de transparence, après que les derniers rapports de l'ONU ont révélé des traces d'uranium enrichi dans plusieurs régions qui n'auraient pas été signalées dans le cadre de son programme atomique.

Atalayar_Imagen satélite nuclear Irán
PHOTO/THE INTEL LAB/MAXAR - Véhicules et excavations sur un site à Sanjarian, près de Téhéran, précédemment identifié comme un site de recherche nucléaire iranien, sur une image satellite du 18 janvier 2021

Les pourparlers de Vienne devraient reprendre dans les prochains jours, sur fond d'élections en Iran et de blocage des négociations entre les deux pays. Mais les négociations se heurtent à de nouveaux obstacles. Comme Fox News l'a rendu public, de nouvelles images satellite montrent une activité inhabituelle à Sanjarian, une petite ville située à l'extérieur de Téhéran.

Les images, prises par Maxar Technologies et analysées par le laboratoire privé de renseignement israélien The Intel Lab et l'Institute for Science and International Security, basé à Washington DC, montrent des camions et des travaux de terrassement dans cette ville qui avait déjà été exposée par le passé comme un site présumé de fabrication de "générateurs d'ondes de choc", composants clés de la miniaturisation des armes nucléaires.

Atalayar_Imagen satélite Iran
PHOTO/THE INTEL LAB/MAXAR - Véhicules et excavations sur un site à Sanjarian, près de Téhéran, précédemment identifié comme un site de recherche nucléaire iranien, sur une image satellite du 18 janvier 2021

Le Mossad, le service de renseignement israélien, avait déjà averti de ces "activités suspectes" de Sanjarian grâce au dossier nucléaire qu'il avait dérobé à l'Iran lors d'une opération en 2018. Ces dossiers révéleraient le rôle joué par la région dans le cadre du plan Amad, le programme d'armement nucléaire que l'Iran a arrêté en 2003 mais qui, selon Israël, se poursuit en secret, pour réaliser un grand nombre d'expériences avec des générateurs d'ondes de choc et des ponts explosifs.

Les images montrées par Fox News révèlent 18 véhicules sur le site le 15 octobre 2020, ainsi que des excavations et d'autres véhicules en janvier. Apparemment et comme le relate le réseau, le site a été recouvert en mars, et tout ce qui est actuellement visible, ce sont des tranchées et des tourbillons d'excavation. Ainsi, depuis Israël et les États-Unis, on soupçonne que Sanjarian aurait pu être rouvert en octobre 2020 pour la fabrication de composants clés du programme nucléaire iranien. 

Atalayar_Antony Blinken, secretario de Estado de Estados Unidos
PHOTO/REUTERS - Secrétaire d'État Antony Blinken

Ces informations sont rendues publiques à un moment clé des négociations entre les États-Unis et l'Iran, et plus encore après que les derniers rapports nucléaires de l'ONU ont montré l'existence d'uranium enrichi dans des zones qui n'auraient pas été trouvées dans le cadre de son programme nucléaire. Le Secrétaire d'Etat des Etats-Unis, Antony Blinken, avant ces rapports a affirmé que le pays américain ne sait pas si "l'Iran veut et est prêt à faire ce qui est nécessaire pour respecter à nouveau l'accord", en outre il a déjà avancé que les sanctions contre le pays perse seront maintenues.

L'exécutif de Biden n'a pas encore fait référence à ces nouvelles images qui révèlent de nouveaux sites nucléaires de Téhéran, mais il est probable que ces derniers développements rendent le prochain cycle de négociations encore plus difficile.