PUBLICIDAD

Iberdrola

Des officiers militaires à la retraite tentent de s'imposer au Parlement libanais

De violentes émeutes opposent manifestants et forces de sécurité lors de la session parlementaire pour l'approbation du budget général
Líbano protestas

AFP/ANWAR AMRO  -   Des manifestants libanais fuient les forces de sécurité autour de la place Riad al-Solh, dans le centre de Beyrouth

Le Parlement libanais a tenu lundi la troisième et dernière session parlementaire nécessaire pour approuver le budget général 2022, après que la dernière session, initialement prévue le 16 septembre, a été reportée à la suite d'une vague de braquages de banques à main armée qui a secoué le pays. Des dizaines de manifestants s'étaient rassemblés devant la chambre pour réclamer des réformes, dont un groupe important de militaires à la retraite, vêtus de leur uniforme complet ou, à défaut, de leur treillis militaire.

Ils réclamaient de meilleures conditions de retraite au milieu d'une crise économique sans précédent qui a laissé le Liban en friche. Depuis 2019, la nation méditerranéenne traverse ce que la Banque mondiale (BM) a qualifié de pire crise de l'histoire moderne. La livre a été dévaluée de 90% et les pénuries d'énergie et de produits de base sont généralisées. Un effondrement que le Fonds monétaire international (FMI) s'efforce de résoudre malgré le climat pressant de division politique.

La manifestation, qui a commencé tôt le matin sur la place Nejmeh, dans le centre de Beyrouth, a dégénéré jusqu'à ce que le groupe de militaires à la retraite décide de charger les forces de sécurité et de prendre d'assaut le Parlement. Beaucoup d'entre eux ont réussi à franchir le cordon de sécurité, dernière barrière pour accéder au bâtiment. La police, débordée, a dû être épaulée par l'armée et la police anti-émeute pour contenir l'avancée des manifestants. Finalement, les forces de sécurité ont pu arrêter la foule en tirant des gaz lacrymogènes.

En apprenant les événements, la députée de Forces for Change Cynthia Zarazir a quitté la session pour rejoindre le rassemblement. Alors que le ministre de la Défense par intérim, Maurice Slim, a tenu à s'adresser aux militaires retraités protestataires : " Nous avons décidé aujourd'hui que le salaire [des militaires] sera multiplié au moins par trois, mais nous laissons les détails techniques aux autorités financières compétentes ".

Le général de brigade à la retraite a déclaré qu'il avait défendu les intérêts des retraités militaires en demandant "le maximum possible" pour améliorer leurs conditions. Début septembre, Slim lui-même, qui est en poste depuis l'année dernière, a annoncé une augmentation de 2 millions de livres sterling des indemnités de transport pour les militaires. Mais les manifestants considèrent que les subventions sont insuffisantes.

Les réformes échouent au Liban face à l'impasse institutionnelle prolongée et à la corruption de l'élite politique. C'est la conclusion à laquelle est parvenue la délégation du FMI, qui s'est rendue à Beyrouth la semaine dernière pour surveiller de près le respect de l'accord. Les budgets qui ont finalement été adoptés par le Parlement lundi ne répondent pas aux exigences du FMI. Ils chiffrent les dépenses à 41 milliards de livres, soit environ 1,2 milliard d'euros, ce qui est très inférieur aux exigences du FMI.