PUBLICIDAD

Iberdrola

Des plastiques plus durables vont-ils révolutionner la gestion des déchets dans les marchés émergents ?

Les gouvernements et les entreprises ont signé des engagements et des interdictions pour limiter les déchets plastiques
atalayar-plastique-déchets-pollution-maritime-déchets-déchets-déchets

AFP/LUIS ACOSTA  -   Des travailleurs ramassent des déchets, notamment des déchets plastiques, dans la rivière Matias Hernandez à Costa del Este, à Panama, le 23 septembre 2019

Alors qu'un nombre croissant de pays interdisent les plastiques à usage unique, les déchets restent un problème environnemental majeur. Pourtant, diverses initiatives promettent de faire des marchés émergents le point central de la lutte mondiale contre les déchets plastiques.

La pandémie de COVID-19 a vu une diminution de l'utilisation des plastiques, mais elle a entraîné une augmentation de la mise au rebut des équipements de protection individuelle (EPI) et des plastiques à usage unique. En outre, une grande partie de ces déchets sont éliminés de manière non durable et finissent incinérés ou stockés dans des décharges, la troisième plus grande source d'émissions de méthane au monde.

D'après les chiffres de l'OCDE, seuls environ 9 % du volume mondial de plastiques ont été recyclés en 2019 et 22 % ont été mal gérés.

Une grande partie des déchets plastiques mal gérés aboutit dans les marchés émergents en raison d'une infrastructure de gestion des déchets inadéquate et d'un afflux de déchets importés des économies matures. L'Inde et la Chine représentent chacune environ 20% du volume mondial de MPW.

atalayar-contenedor-reciclaje-residuos-plasticos-deshechos
PHOTO/FILE - L'expansion des infrastructures de recyclage et de gestion des déchets dans les marchés émergents offre une grande opportunité de valeur ajoutée
Traiter les déchets à la source

Les plastiques représentent environ 3,4 % des émissions de gaz à effet de serre sur le cycle de vie, dont 90 % sont produites lors de la fabrication. Trouver des moyens de décarboniser la production de plastiques pourrait réduire considérablement leur impact sur l'environnement.

Selon un rapport publié en mai 2022 par le cabinet d'études BloombergNEF, un investissement supplémentaire de 759 milliards de dollars pourrait rendre la production pétrochimique nette zéro d'ici 2050. Cela permettrait de réduire les 2 % d'émissions mondiales provenant de la production de produits chimiques de haute valeur, un élément clé de la fabrication des plastiques et d'autres biens.

La demande de matériaux recyclés a également augmenté ces dernières années, le cabinet de conseil McKinsey indiquant que les plastiques recyclés de haute qualité ont obtenu une prime de 60 % par rapport aux plastiques vierges au cours de la dernière décennie.  

De grandes entreprises productrices de plastique, telles que Coca-Cola, Walmart et PepsiCo, participent à une initiative de la Fondation Ellen MacArthur visant à obtenir des emballages 100 % réutilisables, recyclables ou compostables d'ici 2025. Coca-Cola affirme que son chiffre est actuellement de 90 %, tandis que le rapport Commitment 2022 de la Fondation mondiale indique que le chiffre de Coca-Cola est légèrement inférieur à 100 %.

Outre l'action des entreprises, les gouvernements ont commencé à se concentrer sur les efforts internationaux visant à limiter la production et la pollution des plastiques. Lors de la réunion de l'Assemblée des Nations unies pour l'environnement en mars 2022 à Nairobi, au Kenya, 175 pays se sont engagés à négocier un accord juridiquement contraignant qui limite la prolifération des plastiques et se concentre sur le recyclage, les emballages durables et la limitation de la production de plastique vierge à partir de 2024.

Au niveau national, le Kenya a été le pionnier d'une interdiction stricte des sacs en plastique en 2018, suivie d'une interdiction totale des plastiques à usage unique dans les zones protégées mise en œuvre en 2020. Une réduction significative de l'utilisation a été observée après l'interdiction, bien qu'il reste du travail à faire dans la gestion des déchets existants.

atalayar-contaminacion-deshechos-basura-residuos-plasticos-reciclaje-reutilizacion
AFP/LUIS ACOSTA - Un homme jette des déchets plastiques sur la plage de Costa del Este à Panama City, au Panama, le 19 avril 2021
Gestion durable des déchets

Compte tenu du volume de MPW présent dans de nombreuses régions du monde, le développement des infrastructures de recyclage et de gestion des déchets sur les marchés émergents offre une grande opportunité de valeur ajoutée.

Comme OBG l'a écrit en septembre 2020, le problème des déchets plastiques qui a résulté de la production d'EPI pendant la pandémie de COVID-19 présente des opportunités d'innovations en matière de recyclage.

Le document " Perspectives de la gestion des déchets en Afrique 2022 " publié par le Programme des Nations unies pour l'environnement estime que 8 milliards de dollars de déchets solides municipaux sont produits chaque année dans les villes africaines, dont 7,6 milliards de dollars sont perdus en raison d'une élimination inappropriée, principalement dans des décharges à ciel ouvert.

L'économie circulaire génère de la valeur à partir d'articles qui, autrement, finiraient à la décharge. Humble Sustainability, une start-up basée à Manille, traite les stocks excédentaires des entreprises de vente au détail et de commerce électronique, qui finiraient normalement par être jetés, et les revend dans sa boutique ou les transmet à des partenaires de son réseau interentreprises.

Humble a récemment levé 750 000 dollars lors d'un premier tour de table sursouscrit mené par Seedstars International Ventures, et la startup prévoit d'utiliser ces fonds pour embaucher du personnel et étendre son réseau de partenaires. 

Le modèle commercial de Soso Care, au Nigeria, vise à résoudre les problèmes de gestion des déchets et d'accès aux soins de santé dans un pays où 23 % de la population bénéficie d'une assurance maladie. L'entreprise de technologie des soins de santé accepte les déchets recyclables tels que la ferraille, le plastique ou les batteries de voiture en échange d'une couverture médicale.

Un certain nombre d'économies émergentes cherchent à réduire l'afflux de déchets en provenance d'autres pays, car elles ne disposent souvent pas des infrastructures nécessaires pour les traiter de manière sûre ou durable.

Suivant l'exemple du Viêt Nam et de la Malaisie, la Thaïlande a annoncé son intention d'interdire les importations de déchets plastiques d'ici 2025.

Les pays d'Asie du Sud-Est étaient devenus une destination de premier plan pour les exportations de déchets des économies matures après que la Chine, qui recevait auparavant environ 50 % des déchets plastiques du monde, a interdit ces importations dans le cadre de son initiative National Sword en 2017.

D'autres efforts portent sur la collecte durable des déchets mal gérés. Au Panama, une roue hydraulique installée par le groupe environnemental Marea Verde permet de collecter les déchets de la rivière Juan Diaz, qui traverse la ville de Panama. La roue, qui vise à collecter les déchets avant qu'ils n'atteignent la mer, est alimentée par une combinaison d'eau et d'énergie solaire.

Ces efforts pourraient s'avérer essentiels pour lutter contre la pollution plastique marine dans les marchés émergents. En effet, une étude réalisée en juillet 2020 par le Pew Charitable Trusts et SYSTEMIQ indique que le volume de plastique dans les océans pourrait quadrupler d'ici 2040.

atalayar-contaminacion-deshechos-basura-residuos-plasticos-reciclaje-reutilizacion
PHOTO/PIXABAY  
Décomposer l'innovation

Plutôt que de remplacer les articles à usage unique par un matériau plus durable, la recherche de nouvelles méthodes de décomposition des déchets constitue une autre solution de gestion des déchets.

Une étude réalisée en 2021 a révélé que les microbes évoluent pour digérer les plastiques, et la recherche sur les enzymes qu'ils utilisent pourrait aider les scientifiques à découvrir des moyens plus durables de traiter les déchets.

En 2022, la société française Carbios est entrée en phase industrielle pour sa technologie de recyclage enzymatique ; sa capacité de recyclage à terme devrait dépasser 50 000 tonnes de déchets plastiques par an.

Une autre étude a révélé que les super vers, les larves du ténébrion, pouvaient survivre en se nourrissant de polystyrène, ce qui offre aux entreprises la possibilité d'utiliser des insectes pour décomposer les déchets.

Les déchets solides sont également considérés comme une source de combustible de substitution. Une cimenterie de Corée du Sud alimente ses activités en partie avec des déchets de résine synthétique provenant de plastiques mis au rebut, ce qui lui a permis de réduire sa consommation de charbon de 30 % et de diminuer ses émissions totales de 3,3 % depuis 2018.

 

Cet article a été initialement publié sur Oxford Business Group. Lire l'original