Des protestations éclatent en Iran en raison de pénuries d'eau

Trois manifestants auraient été tués lors de protestations contre les pénuries d'eau dans les villes du sud-ouest de l'Iran
Las protestas estallan en Irán por la escasez de agua

 -  

Une longue sécheresse sévit depuis des décennies en Iran, un pays largement aride où les ressources en eau sont rares. Une sécheresse persistante, une gestion inadéquate et des conditions climatiques extrêmes, aggravées par les effets des sanctions internationales, ont poussé ce pays asiatique au bord du gouffre.  

Le cas n'est pas isolé ; de vastes étendues d'eau se sont asséchées en raison des faibles précipitations, mettant les autorités en état d'alerte alors qu'elles tentent maintenant d'éviter une catastrophe humaine et naturelle qui pourrait entraîner des migrations massives à la recherche de terres fertiles. Les critiques concernant la vétusté des infrastructures et le manque d'entretien ont conduit à l'extension des protestations à travers le pays. 

AP/VAHID SALEMI - En esta foto del martes 10 de julio de 2018, el río Zayandeh Roud ya no pasa por debajo del puente Si-o-seh Pol, de 400 años de antigüedad, llamado así por sus 33 arcos, en Isfahan, Irán
AP/VAHID SALEMI - Sur cette photo du mardi 10 juillet 2018, la rivière Zayandeh Roud ne coule plus sous le pont Si-o-seh Pol, vieux de 400 ans et nommé pour ses 33 arches, à Isfahan, en Iran.

Les pénuries d'eau et d'électricité se sont multipliées ces dernières semaines, notamment dans la province du Khuzestan, dans le sud-ouest du pays, où l'on a enregistré des températures allant jusqu'à 50 degrés Celsius. Les manifestants du Khuzestan auraient utilisé des slogans politiques contre le système actuel, notamment les affrontements avec les forces de sécurité et les arrestations qui ont coûté la vie à trois manifestants aux mains des Gardiens de la révolution. Ils ont crié "Nous n'accepterons pas l'humiliation" et "Le peuple exige un changement de régime". 

Les unités spéciales anti-émeutes ont tenté de disperser les manifestants en tirant des gaz lacrymogènes et du gaz poivré, et en visant directement les manifestants sans défense. Cependant, les jeunes les ont défiés en jetant des pierres tout en scandant des slogans anti-régime. Les manifestations dans le Khuzestan interviennent alors que l'Iran est aux prises avec des vagues répétées d'infections à coronavirus et que des milliers de travailleurs de son industrie pétrolière ont lancé des grèves pour obtenir de meilleurs salaires et conditions de travail.

AP/VAHID SALEMI - En esta foto del martes 10 de julio de 2018, el río Zayandeh Roud ya no pasa por debajo del puente Si-o-seh Pol, de 400 años de antigüedad, llamado así por sus 33 arcos, en Isfahan, Irán

Cette situation d'urgence touche également le secteur agricole, qui est responsable de l'utilisation de systèmes d'exploitation et de culture dont l'éco-efficacité est nulle. Face à la terrible sécheresse qui frappe le pays et qui a entraîné des coupures d'eau occasionnelles non seulement dans le sud mais aussi dans la capitale, Téhéran a encouragé il y a plusieurs années les transferts d'eau et les barrages artificiels. Des projets ambitieux sont sur la table pour transporter l'eau de la mer Caspienne, du Golfe et de la mer d'Oman vers le sud de l'Iran, ce qui pourrait fournir de l'eau à 47 millions de personnes. 

Cependant, la satisfaction des besoins des 81 millions d'habitants de l'Iran a conduit le pays à surexploiter ses aquifères. Selon une analyse de Geopolitacl Futures, 55 % de la consommation d'eau de l'Iran est assurée par les eaux souterraines, dont 92 % sont utilisées pour l'irrigation. La gestion inadéquate de l'eau a été aggravée par un climat rude qui ne cesse de se détériorer. La diminution des précipitations, l'augmentation des températures et la fréquence croissante des phénomènes météorologiques extrêmes exercent une pression supplémentaire sur les ressources en eau. 

AFP/ADEM ALTAM - Una foto tomada el 23 de julio de 2020 muestra el suelo agrietado después de una sequía en el estanque
AFP/ADEM ALTAM - Une photo prise le 23 juillet 2020 montre le sol craquelé après une sécheresse dans l'étang

Le pays dispose de peu d'options, qui seront toutes coûteuses et difficiles à mettre en œuvre. Les précipitations ont chuté de près de 50 % au cours de l'année écoulée, laissant les barrages avec des réserves d'eau en baisse. Ces dernières années, la République islamique a investi massivement dans la construction de barrages, souvent de mauvaise qualité, au détriment d'autres infrastructures hydrauliques, comme les systèmes d'irrigation, qui pourraient accroître l'efficacité du stockage et de l'utilisation de l'eau. Cependant, la population est frustrée par la gestion des ressources en eau par le gouvernement, qui représente un grave danger pour le pays, où les protestations liées aux pénuries d'eau ont conduit à des violences.

AFP/ASAAD NIAZI - Esta foto, tomada el 20 de junio de 2021, muestra el cuerpo desecado de un pez muerto sobre la tierra que se está secando
AFP/ASAAD NIAZI -  Cette photo, prise le 20 juin 2021, montre le corps desséché d'un poisson mort sur la terre qui sèche.

La sécheresse et le pompage excessif des eaux souterraines ont asséché ces terres et provoqué leur affaissement. Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, l'Iran a subi au cours de la dernière décennie la sécheresse la plus intense et la plus prolongée depuis plus de 30 ans. Selon l'Organisation météorologique iranienne, 97 % du pays a souffert de sécheresses à des degrés divers. Une partie du problème réside dans l'utilisation inefficace de l'eau pour les cultures, qui représentent 90 % de l'eau consommée dans le pays, selon les experts.

La dichotomie entre gestion de l'eau et durabilité perdurera tant que les véritables causes de la sécheresse dramatique que connaît l'Iran - croissance démographique rapide, agriculture inefficace et mauvaise gestion des ressources - n'auront pas été surmontées.