"Desert-to-Power" : le Sahel cherche à exploiter le soleil 

Il s'agit d'une initiative parrainée par la Banque africaine de développement qui vise à couvrir le territoire de la côte atlantique sénégalaise au golfe d'Aden sur la mer Rouge avec des centrales solaires
Vista aérea de la central solar Noor 3 de Marruecos, en Ouarzazate, en el centro de Marruecos

PHOTO/AP  -   Vue aérienne de la centrale solaire Noor 3 à Ouarzazate, dans le centre du Maroc 

Lundi 11 janvier dernier, le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a exigé 100 milliards de dollars en faisant appel à la vulnérabilité des pays africains face au changement climatique. Cela a été fait dans le contexte de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique, COP26, et au cours d'une table ronde virtuelle de représentants de gouvernements et de différentes banques de développement et agences multilatérales.   

Lors de la réunion, organisée par le Royaume-Uni et l'Italie, le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, a réitéré que cette organisation ne financerait plus les projets énergétiques basés sur le charbon et a profité de l'occasion pour souligner que les investissements dans les énergies renouvelables ont déjà atteint 80 % des investissements de la banque dans le secteur de l'énergie.  

Ainsi, Adesina a mis en avant le méga projet d'investissement que la Banque africaine de développement a prévu pour les pays qui constituent ce que l'on appelle le Sahel, la zone de transition entre le désert du sud du Sahara et la savane qui s'étend du Sénégal à l'Ethiopie. Connu sous le nom de "Desert-to-Power" (D2P), il vise à développer l'approvisionnement en électricité des onze pays du Sahel grâce à des centrales électriques qui produisent de l'électricité à partir d'énergies renouvelables, principalement solaires.  

Ce projet n'est pas relativement nouveau, puisqu'Adesina l'annonce depuis le Forum d'investissement qui s'est tenu en novembre 2018 à Johannesburg, où elle a annoncé que le Sahel "deviendra ainsi la plus grande zone d'énergie solaire de la planète", selon l'Agence d'information d'Afrique centrale. 

Avec un investissement nécessaire de 20 milliards de dollars pour financer des centrales qui produisent de l'électricité à partir de sources propres, l'objectif est de produire 10 GW. Selon les propres estimations de la BAD, elle devrait toucher 250 millions de personnes, dont environ 90 millions sont connectées au réseau pour la première fois.  

L'objectif fluctue entre 2025 et 2030, selon les documents et informations de la BAD, et inclura les pays du G5 au Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), ainsi que six autres pays d'Afrique subsaharienne (Djibouti, Érythrée, Éthiopie, Nigeria, Sénégal et Soudan). Cela fait un total de 11 pays qui bénéficieront d'un paquet d'investissements dans les énergies propres suite à la signature du projet que les pays du G5 du Sahel ont accepté à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, en 2019.  

Priorité au G5 Sahel  

La première phase des investissements a été absorbée, fondamentalement, par les pays qui composent le G5 Sahel. Ainsi, en décembre dernier, la BAD a débloqué des subventions d'une valeur de 6,5 millions de dollars pour des projets au Tchad, au Burkina Faso, au Niger, en Mauritanie et au Mali par le biais du Fonds pour l'énergie durable en Afrique (SEFA).   

Ce groupe de pays a le taux le plus élevé de population exclue du système électrique. A l'exception du Mali, dont la population ayant accès à l'électricité est de 50,9%, le reste du groupe G5 n'atteint pas la moitié de la population. Les cas les plus graves sont le Tchad et le Burkina Faso, où seuls 11,7 % et 14,4 % de la population ont accès à l'électricité, bien que le Niger, avec 17 %, ne soit pas loin derrière non plus.  

Ainsi, les principaux projets de la BAD sont en cours au Tchad et au Burkina Faso. Dans le premier cas, le projet de centrale photovoltaïque à Djermaya, à 30 kilomètres au nord de N'Djamena - la capitale du Tchad - devrait produire un total de 32 MW, augmentant ainsi la capacité installée du pays et fournissant 10 % de l'énergie fournie au système interconnecté, soit près de 25 000 clients. En plus du don de la SEFA, la BAD a accordé un prêt de 18 millions d'euros pour le développement de cette usine, ainsi qu'une Garantie Partielle de Risque (PRG), un instrument destiné à protéger les investisseurs.  

Un autre des projets inclus dans le programme Desert-to-Power est celui situé au Burkina Faso, appelé Yeleen, qui vise à produire 52MW d'ici 2024 grâce à quatre centrales de production d'énergie solaire. Avec une portée prévue de 200 000 ménages, elle vise non seulement à augmenter l'approvisionnement en énergie, mais aussi à le diversifier.  

Avec des projets au Mali, au Niger et en Mauritanie, cette première phase du programme Desert-to-Power devrait permettre de disposer d'un total de 3GW d'électricité opérationnelle d'ici 2030.  

Différentes sources de financement  

Pour ces projets et d'autres, la BAD est devenue le principal prêteur et investisseur. La Banque africaine de développement est une agence créée en 1964 pour promouvoir une croissance économique durable et la réduction de la pauvreté en Afrique. Elle a depuis lors financé des programmes et des projets de développement sous la forme de prêts aux secteurs public et privé.  

Il est composé des ministres des finances des 80 pays, réunis au sein du Conseil des gouverneurs. Cinquante-quatre des pays représentés au sein de ce conseil sont africains, et les 27 autres ne le sont pas. Cela comprend des pays comme les États-Unis, le Brésil, l'Inde, le Japon et l'Arabie saoudite, qui sont membres de la BAD, ainsi que 16 pays européens, dont l'Espagne, qui représentent plus de la moitié des pays non régionaux.   

Les pays membres acquièrent des parts de la banque, finançant ainsi l'organisme basé en Côte d'Ivoire. Les pays africains, dans leur ensemble, détiennent 69 % des parts. Les principaux pays actionnaires de la Banque - en novembre 2018 - sont le Nigeria (9,3 %), les États-Unis (6,6 %), l'Égypte (5,6 %) et le Japon (5,5 %). 

Pour le développement du programme D2P, la Banque africaine de développement a été aidée par le Fonds vert pour le climat, levé par différents pays dans le cadre de la Convention des Nations unies sur le changement climatique en 2010. Cependant, la Banque européenne d'investissement, l'Agence française de développement, l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), Power Africa (des États-Unis) et Africa50 ont également manifesté leur soutien au projet et se sont engagés à le financer.   

Dans le cas spécifique de la centrale conçue pour le Burkina Faso, Yeleen, elle a été financée avec la Commission européenne et le Fonds vert pour le climat désigné.  

En bref, un projet ambitieux de grandes dimensions compte tenu de son extension sur le territoire et des millions de personnes qu'il vise à couvrir. La BAD elle-même reconnaît les risques élevés en matière de sécurité dans la région. Il reconnaît également la lenteur des progrès réalisés en raison des cadres juridiques de ces pays et de la disponibilité des banques. Toutefois, elle ne cesse de déployer des efforts, soutenue par les déclarations du secrétaire général des Nations unies, António Guterres, et la nécessité d'atténuer les effets du changement climatique sur l'un des domaines où il est le plus susceptible d'avoir un impact.