Dialogue Sahel-Europe : les clés de la sécurité régionale

La coopération euro-africaine pourrait renforcer la sécurité dans la région
Le président français Emmanuel Macron lors d'une réunion par vidéoconférence avec les dirigeants du G5 Sahel, le 15 février 2021.

AFP/LUDOVIC MARIN  -   Le président français Emmanuel Macron lors d'une réunion par vidéoconférence avec les dirigeants du G5 Sahel, le 15 février 2021.

Lorsque nous parlons du Sahel et des relations entre les partenaires européens, nous constatons que de nombreuses stratégies ont été conçues pour se développer à l'extérieur et à l'intérieur du Sahel. La solidarité internationale doit être mise en place afin de résoudre les problèmes de la région, mais il faut avant tout une vision commune et non conflictuelle. 

La différence entre la conception de la crise du Sahel en Europe et la compréhension des actions locales, dans cette logique de construction, est un indicateur que la compréhension peut renforcer l'esprit de solidarité. Il peut concevoir une stratégie afin d'être réalisable. C'est l'un des principaux thèmes abordés lors de la conférence du Forum de dialogue Sahel-Europe organisée par l'Université Francisco de Vitoria, à laquelle ont participé des experts en la matière, tels que le général Francisco José Dacoba, le colonel Pedro Sánchez Herráez, le général Francisco Espinosa, l'analyste Florentino Portero, Beatriz de León Cobo, Bakary Sambé, Boubacar Haidara, David Skuli, María Dolores Algora, Mohamed El Moctar Ag Mohamedoun et l'ambassadeur Julio Herráez.

Sahel

Cette région est en constante mutation et établit des paradigmes constants que nous devrions établir autour de la population africaine. Innover et être capable d'atteindre une compréhension sociale. De nombreux partenaires européens continuent de payer le déficit d'une mauvaise communication, parfois au prix de vies humaines, avec un résultat désastreux pour leur image. La population du Sahel ne comprend pas le sens des interventions et subit toutes les conséquences des interventions militaires.

C'est une dimension civile et militaire, la gestion de la sécurité pourrait être une opportunité d'échange et pas seulement une menace. Nous devrions nous arrêter et examiner la perception locale de l'intervention. Au Sahel, il y a différentes situations dans différents pays ; en fonction de leur politique interne ou de leur situation politique, il y a différentes situations. Mais il y a le terrorisme, on ne peut pas être sûr avec une seule nuance. Il s'agit d'un phénomène multiforme qui ne certifie pas une solution uniforme.

Sahel

Ce qui ressemble à une solution militaire est une solution temporaire, sans une bonne communication, il n'est pas possible de trouver une bonne initiative. La lutte contre le terrorisme commence à être perçue et à apparaître comme une suspension de l'impérialisme, un débat de la classe politique plein d'incohérence.

Il y a un nouveau dilemme qui s'installe entre les questions de sécurité et les urgences. Elle est passée des priorités des guerres à celles des agendas européens. Les effets sont que les économies africaines ont été affaiblies. L'Afrique souffre de tous les changements dans la politique internationale qui marginalisent le continent. Lorsque les stratégies commenceront à être prises en compte au niveau international, elles auront un réel impact sur le développement du Sahel.

Sahel

Le G5 Sahel pourrait avoir un impact très positif si les Européens étaient pris en compte afin d'atteindre une situation sécuritaire plus positive. Il faudrait parier sur l'inclusivité. Offrir des indices en termes de construction. La raison de l'espoir est la certitude partagée d'être ensemble, de partager la vulnérabilité. Un "plan Marshal avec l'Afrique, pas pour l'Afrique". Les stratégies doivent être coordonnées pour éviter un flux de conception préjudiciable à tous. 

Les problèmes du Sahel remontent jusqu'aux pays du Maghreb et descendent jusqu'au Golfe de Guinée. Dans cette zone se déplacent toutes sortes d'insécurités, des changements climatiques qui altèrent les formes économiques naturelles. Il est essentiel de récupérer l'espace pour permettre aux gens de reprendre leur rythme de vie et, de plus, sans sécurité, il n'y a rien.

Les Etats-Unis sont très présents avec l'opération Eclipse, grâce à eux il a été possible d'améliorer la situation au Mali et au Burkina-Faso. Ils ont des intérêts, il y a beaucoup de visites dans le Sahel. Ainsi que la France et d'autres pays européens qui ont également contribué à la région par une aide économique.

Sahel

Un autre défi auquel la région est confrontée est celui de la démographie

Il existe des défis au Sahel en matière de démographie. La croissance démographique de la région est incompatible avec le développement économique de la zone et son instabilité. Certains démographes estiment que la surpopulation est régulée par les épidémies, les guerres et les famines. Vers quoi se dirige le Sahel ?

La situation au Sahel est très préoccupante. C'est une composition de territoires très différents, de l'Atlantique à la mer Rouge, du désert du Sahara à la savane du sud. Nous pourrions dire que c'est une zone qui couvre partiellement 11 pays, du Cap-Vert à la Somalie. Plus précisément, dans le G5, on observe une croissance démographique très importante par rapport au reste du continent. 

Les données économiques de la région du Sahel indiquent qu'il s'agit des pays les plus pauvres du monde. L'un des problèmes les plus importants est la question du dividende démographique ; il est presque impossible d'atteindre l'objectif fixé et cela est dû au manque de création d'emplois, 60% des Africains n'ont pas d'emploi. 

L'exode rural, la violence politique et la migration croissante sont d'autres problèmes majeurs auxquels la région est confrontée. L'extension des exploitations agricoles perturbera la libre circulation des groupes nomades et sédentaires. Ils seront également affectés par les affrontements dans la région du Mali concernant la libre circulation des armes.

Sahel

Les défis sont également liés à l'immigration générée par la crise dans la région. Le nombre d'immigrants va augmenter d'ici 2050, cela ne signifie pas que toute l'Afrique voudra aller en Europe, mais l'aide au développement économique de l'Afrique pourrait ralentir les flux.

Pourquoi les immigrants veulent-ils quitter l'Afrique ? Il est indéniable qu'ils veulent découvrir le monde, mais tous ceux qui veulent partir, et ils se moquent des risques, c'est à cause du manque d'emploi, c'est parce qu'il n'y a pas de meilleure alternative là où ils sont. Il y a beaucoup de candidats qui risquent leur vie parce qu'ils peuvent la perdre aussi s'ils restent. 

Une autre solution pour freiner la croissance démographique est l'éducation des filles, qui serait "le meilleur contraceptif" dont pourrait disposer la région. Cependant, les cultures africaines visent à avoir huit enfants, ce qui constitue pour elles la famille idéale.

L'incapacité des États à créer des services locaux, en particulier des services administratifs et de santé, maintient la région dans une situation de détérioration constante. Nous ne pouvons pas analyser ce phénomène si nous ne reconstruisons pas les États un par un. 

Malgré toutes les situations négatives dans lesquelles se trouve la région, l'Afrique possède de nombreuses ressources naturelles et la population la plus jeune du monde, il y aurait une possibilité de créer des réponses locales pour essayer de mettre fin aux organisations terroristes.