Donald Trump décerne la Légion du Mérite à Mohammed VI

Le président sortant des États-Unis a décerné cette distinction au monarque marocain au rang de commandant en chef
Combinaison d'images de Donald Trump et du roi Mohammed VI du Maroc

AFP/PALAIS ROYAL MAROCAIN  -   Combinaison d'images de Donald Trump et du roi Mohammed VI du Maroc

Le président américain sortant Donald Trump a remis au roi Mohammed VI du Maroc la distinction de la Légion du Mérite, au rang de commandant en chef, lors d'une cérémonie privée, a indiqué le secrétaire de presse de la Maison Blanche dans un communiqué officiel. 

Ce prix, habituellement remis aux chefs d'État ou de gouvernement, reconnaît les efforts déployés par le roi Mohamed VI au cours des deux dernières décennies pour promouvoir "le partenariat profond et durable entre le Royaume du Maroc et les États-Unis dans tous les domaines". Ce prix valorise également la vision et le dynamisme personnels du monarque, notamment sa décision d'établir des liens diplomatiques avec l'État d'Israël, qui ont contribué à faire avancer positivement la normalisation de la situation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et ont marqué le début d'une nouvelle phase de sécurité et de prospérité pour de nombreux pays. 

Le prix a été remis à l'ambassadeur du Maroc aux États-Unis, la princesse Lalla Joumala, cousine du souverain alaouite, qui l'a accepté au nom de Mohammed VI lui-même. Au cours de la même cérémonie, Lalla Joumala a remis à Donald Trump l'Ordre de Muhammadi, la plus haute reconnaissance marocaine. Cette distinction a été attribuée au président américain sortant en reconnaissance de son travail en faveur du rétablissement des relations entre le Maroc et Israël. Au cours de la même cérémonie, le représentant marocain a également rendu hommage au conseiller principal de Trump, Jared Kushner, et à l'envoyé pour le Moyen-Orient, Avi Berkowitz, tous deux protagonistes des contacts bilatéraux menés entre le pays nord-africain et le géant américain qui ont conduit à la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental et à la création de liens diplomatiques entre la nation nord-africaine et l'État israélien. 

David T. Fischer, embajador de Estados Unidos en el Reino de Marruecos, de pie ante un mapa de Marruecos autorizado por el Departamento de Estado de los Estados Unidos, en el que se reconoce el territorio del Sáhara Occidental, internacionalmente en disputa (con una firma de Fischer), como parte del reino marroquí, en la capital de Marruecos, Rabat, el 12 de diciembre de 2020
PHOTO/AFP - David T. Fischer, ambassadeur des États-Unis auprès du Royaume du Maroc, devant une carte du Maroc autorisée par le Département d'État américain, reconnaissant le territoire internationalement contesté du Sahara occidental (avec la signature de M. Fischer) comme faisant partie du royaume du Maroc, dans la capitale marocaine, Rabat, le 12 décembre 2020

Les États-Unis soutiennent fermement le plan d'autonomie pour le Sahara occidental dans le cadre de la souveraineté marocaine comme seule solution politique réaliste pour résoudre la question sahraouie conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies adoptées depuis 2007. C'est ce qui ressort également de la conférence internationale virtuelle organisée vendredi dernier par le Maroc et les Etats-Unis en vue de soutenir la proposition d'autonomie de la région du Sahara occidental dans le cadre de la souveraineté marocaine, au cours de laquelle le ministre des Affaires étrangères de la nation alaouite, Nasser Bourita, a exhorté l'Europe à apporter un soutien accru au Maroc face à la question saharienne. Le seul pays européen qui a participé à la conférence internationale pour soutenir la position marocaine est la France, un allié traditionnel du Maroc sur la question du Sahara occidental et qui, grâce à son siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies, parvient à bloquer systématiquement toute résolution contraire ou critique à l'égard de Rabat.

La conférence télématique a rassemblé 40 pays, principalement d'Afrique, du monde arabe, d'Amérique centrale et des Caraïbes, qui ont exprimé l'un après l'autre leur soutien à la souveraineté marocaine sur une autonomie pour le Sahara, décrite à plusieurs reprises comme "une option sérieuse, crédible, réaliste et durable", ainsi que "la seule solution possible" pour le conflit qui a opposé le Maroc au cours des dernières décennies au Front Polisario, qui a défendu la tenue d'un référendum pour l'indépendance que pratiquement plus personne ne soutient dans le monde, contre la proposition du royaume marocain qui est largement défendue dans l'arène internationale.