Driss Ksikes, Abdellah Karroum et la Trilogie Marocaine

La Casa Arabe analyse l'exposition présentée au Museo Reina Sofía
triologia-marroquí-casa-árabe

 -  

La Casa Árabe de Madrid a offert un épilogue précoce à la grande exposition présentée au musée Reina Sofía jusqu'au 27 septembre. C'est peut-être l'une des plus hautes approches intellectuelles de notre voisin du sud, et l'une des meilleures expositions possibles pour briser les clichés qui prévalent encore sur la rive nord de la Méditerranée à l'égard de la rive opposée.

Abdellah Karroum, commissaire de cette grande exposition, est actuellement le directeur du Mathaf, le musée d'art moderne de Doha. Il est particulièrement intéressé à vérifier l'impact de l'exposition qu'il a si soigneusement préparée pour Madrid, qu'il décrit comme le plus grand effort de rapprochement entre le Maroc et l'Europe en tant qu'artiste.


triologia-marroqui-casa-arabe

Pour le visiteur ou l'observateur européen, c'est en effet une véritable surprise de découvrir des artistes de la stature de Mohamed Larbi Rahhali, Farid Belkahia, Miloud Labied ou Fouad Bellamine. Se laisser surprendre par la proximité du modernisme de Chaibia Talal, Mohamed Drisi ou Fatima Hassan, qui n'oublient pourtant pas leurs racines dans la fusion de leurs créations insolites. Ou d'approcher des auteurs comme Mounir Fatmi, qui fusionne dans sa peinture "Al-Jazeera" ou sa sculpture "500 mètres de silence" l'émergence d'un art attaché au cri de la rue. Une salle entière consacrée au diptyque "Adam et Eve" de Soukaina Joval ou la gigantesque fresque "Fantaisie" de Yassine Balbzioui sont étonnamment avant-gardistes, tout comme des installations telles que "Les urnes" d'André Elbaz.

Karroum divise l'exposition en trois périodes : la transition vers l'indépendance (1950-1969), les années de plomb (1970-1999) et l'époque actuelle du XXIe siècle (2000-2020), période qui coïncide avec le règne de Mohammed VI.

triologia-marroqui-casa-arabe

"Ce sont trois étapes très bien définies", explique Driss Ksikes, chercheur, écrivain, critique littéraire et sans doute l'un des grands intellectuels marocains contemporains.  Il explique la tension du post-colonialisme, également marqué dans l'art par une tentative de retrait, presque d'abomination des manifestations culturelles tendant à l'eurocentrisme, avec le mépris du local qui en découle. Une période de réaffirmation nationale, au cours de laquelle certaines voix ont exigé la prise en charge du passé - également dans l'art - comme une partie assimilée de sa propre histoire. Et enfin, la nouvelle, troisième période de cette trilogie, dans laquelle les créateurs marocains, libérés des chaînes du passé, ont fait irruption sur la scène culturelle universelle avec leurs propres particularités.

Le débat entre les deux intellectuels, Ksikes et Karroum, à la Casa Árabe a été une véritable leçon de philosophie de l'art, un bilan sur la capacité de la création artistique à affecter et à rendre possible de nouveaux sens du collectif, et plus précisément sur la manière dont cela s'est produit dans le contexte de la société marocaine contemporaine. Le débat a été animé par Susana Moliner, commissaire du programme d'événements Entretanto dans lequel s'inscrit l'exposition de la Trilogie Marroquí.

triologia-marroqui-casa-arabe

Il vaudra la peine, lorsque l'exposition sera démontée et que les événements seront revus, de laisser un documentaire et une anthologie compilant un événement aussi important qu'inhabituel dans les relations artistiques hispano-marocaines. Dans un contexte de fragilité et d'incertitude mondiales, ils devraient refléter les nombreux aspects émancipateurs et transformateurs qui ont été déclenchés par la pratique artistique du Maroc.

Il serait également souhaitable que, dans ce rapprochement artistique et intellectuel hispano-marocain, les créateurs présents au Reina Sofía et les penseurs tels que Ksikes et Karroum commencent à être des visiteurs réguliers des universités et des espaces culturels espagnols. Nous ferons un pas de géant dans la compréhension mutuelle sur les deux rives de notre Méditerranée.