Dubaï ouvre la Grande Semaine de l'astronautique mondiale avec une présence espagnole

Les avantages de la technologie spatiale pour l'humanité et l'avenir de l'exploration du cosmos sont débattus aux Émirats lors du 72e Congrès international d'astronautique
Dubaï accueille du 25 au 29 octobre la 72e édition du Congrès international d'astronautique, le plus grand événement organisé chaque année par la Fédération internationale d'astronautique.

PHOTO/He Knows  -   Dubaï accueille du 25 au 29 octobre la 72e édition du Congrès international d'astronautique, le plus grand événement organisé chaque année par la Fédération internationale d'astronautique

Le plus grand événement mondial dans le domaine des sciences, des technologies et de l'exploration spatiale s'est ouvert aujourd'hui à Dubaï, la plus grande ville de l'Union des Émirats arabes. Le 72e Congrès international d'astronautique (IAC), l'événement annuel le plus important organisé par la Fédération internationale d'astronautique (IAF), s'y tiendra pendant une semaine entière, du 25 au 29 octobre.

Presque tous les dirigeants des agences spatiales mondiales, les cadres supérieurs des principales industries du secteur et des entrepreneurs connus du tourisme spatial tels qu'Elon Musk, Jeff Bezos et Richard Branson se sont rendus à Dubaï. Le Centre spatial Mohammed bin Rashid et son président, Hamad Obaid al-Mansoori - hôte de la 72e IAC - attendent plus de 3 000 personnes, parmi lesquelles des scientifiques et des ingénieurs impliqués dans des projets spatiaux, des hommes d'affaires, des politiciens, des techniciens, des astronautes et des professionnels désireux de s'informer sur la situation actuelle de ce secteur en plein essor.

Placée sous le thème "Inspirer, innover et découvrir au profit de l'humanité", la 72e IAC est la première à se tenir dans un pays arabe. Lors de l'inauguration, l'Autrichienne Pascale Ehrenfreund a décrit les Émirats arabes unis comme un "acteur spatial émergent" doté d'un secteur spatial "dynamique et ambitieux". Le président de la principale organisation spatiale mondiale est convaincu que la 72e IAC sera une "source d'inspiration pour la région" et servira de "catalyseur pour que de nombreuses autres nations arabes créent des centres et agences spatiaux", comme l'ont déjà fait l'Algérie, l'Égypte, le Maroc, l'Arabie saoudite, la Syrie et la Tunisie. 

Una decena de empresas españolas muestran su oferta de capacidades: Alen Space, Arquimea, AVS, DHV Technology, Elecnor Deimos Space, GMV, Hispasat, Pangea Aerospace, PLD Space y Satlantis, a las que se suma el Instituto Astronómico de Canarias
PHOTO/ He Knows - Une douzaine d'entreprises espagnoles présentent leurs capacités : Alen Space, Arquimea, AVS, DHV Technology, Elecnor Deimos Space, GMV, Hispasat, Pangea Aerospace, PLD Space et Satlantis, ainsi que l'Instituto Astronómico de Canarias.

Le congrès de Dubaï se veut une contribution à l'humanité et à la science pour renforcer et améliorer la coopération spatiale entre toutes les nations. Un vaste programme d'activités se déroulera sur cinq jours, avec des centaines de conférences, de présentations techniques, de forums et d'événements. La plus attendue est la session plénière réunissant les responsables des agences spatiales des États-Unis, de la Russie, du Japon, de la Chine, de l'Inde, du Canada et de l'Europe, qui a eu lieu le 25 octobre à midi au Dubai World Trade Center.

La représentation espagnole à la 72ème IAC est composée d'entreprises, d'universités et d'institutions. Toutefois, comme le gouvernement du président de Madrid ne dispose pas d'une organisation équivalente à une agence spatiale nationale, plusieurs entités officielles étroitement liées à la sphère spatiale sont présentes à l'événement. Mais aucun d'entre eux n'est en mesure de montrer à la communauté astronautique internationale le plan spatial national espagnol ou la stratégie spatiale nationale espagnole, tout simplement parce qu'ils n'existent pas.

La presidenta de la Federación Internacional de Astronáutica, la austríaca Pascale Ehrenfreund, confía en que el 72º Congreso será una inspiración para la región de Oriente Medio y servirá de catalizador para que muchas otras naciones árabes establezcan centros y agencias espaciales
PHOTO/IAF - La présidente de la Fédération internationale d'astronautique, l'Autrichienne Pascale Ehrenfreund, est convaincue que le 72e congrès sera une source d'inspiration pour la région du Moyen-Orient et un catalyseur pour de nombreuses autres nations arabes qui souhaitent créer des centres et des agences spatiales.
Les institutions et entreprises espagnoles à la 72ème

L'une des entités officielles présentes est l'Instituto Nacional de Técnica Aeroespacial (INTA), un organisme de recherche du ministère de la défense et, jusqu'à présent, la seule institution publique espagnole membre de l'IAF. Représentant l'Institut, qui est membre de l'IAF depuis 1953, son directeur général, le lieutenant-général de l'air José María Salom, a nommé Javier Gómez-Elvira, un chercheur très prestigieux et ancien directeur du Centre d'astrobiologie, un organisme conjoint créé par l'INTA et le Conseil national de la recherche espagnol (CSIC).

Une autre institution dont les directeurs sont présents à Dubaï est le Centre pour le développement de la technologie industrielle (CDTI), avec une délégation dirigée par son directeur général, Javier Ponce. Il est accompagné du directeur de l'Espace, des Grandes Infrastructures et des Programmes Doubles, Juan Carlos Cortés, et du chef du département Espace, Jorge Lomba.

Les congrès d'astronautique de l'IAF étant le principal point de rencontre de tous les dirigeants de la communauté spatiale institutionnelle, universitaire et commerciale des pays des cinq continents, Javier Ponce et son équipe du CDTI profiteront de leur séjour à Dubaï pour tenir des réunions avec des hauts fonctionnaires des principales agences spatiales. Parmi eux, avec ceux des États-Unis (NASA), de la Russie (Roscosmos), de l'Italie (ASI) et de la France (CNES), dans le but de renforcer les accords bilatéraux existants, d'établir de nouveaux scénarios de coopération et de jeter les bases de nouveaux accords-cadres.

El pabellón español ha sido organizado por el Instituto de Comercio Exterior (ICEX España Exportación e Inversiones) y la Oficina Económica y Comercial de España en Dubái
PHOTO/He Knows - Le pavillon espagnol a été organisé par l'Institut espagnol du commerce extérieur (ICEX España Exportación e Inversiones) et le Bureau économique et commercial d'Espagne à Dubaï.

L'équipe du CDTI aura également l'occasion de rencontrer des représentants de haut niveau d'autres pays, par exemple de l'Agence japonaise d'exploration spatiale (JAXA), au cours des nombreuses sessions du congrès, afin de discuter des différentes possibilités de collaboration.

Le CDTI, qui fait partie du ministère des sciences et de l'innovation dirigé par la ministre Diana Morant récemment nommée, représente l'Espagne auprès de l'Agence spatiale européenne (ESA) et gère la majeure partie du budget public annuel consacré à l'espace. Le Centre n'est pas membre de l'IAF, mais il a officiellement demandé à adhérer à l'organisation, ce qui se fera très probablement lors du congrès de Dubaï, faisant des ministères de la défense et des sciences les interlocuteurs de l'Espagne jusqu'à la création de l'Agence spatiale annoncée et tant attendue.   

L'industrie spatiale espagnole est également présente à la 72e IAC. Dans la zone d'exposition parallèle aux sessions du congrès, une douzaine d'entreprises espagnoles présentent leurs principales capacités. Il s'agit d'Alen Space, Arquimea, AVS, DHV Technology, Elecnor Deimos Space, GMV, Hispasat, Pangea Aerospace, PLD Space et Satlantis.

El Centro Espacial Mohammed bin Rashid y su presidente, Hamad Obaid al-Mansoori, son los anfitriones del 72º IAC, en el que se espera la presencia de más de 3.000 profesionales. En la imagen, un momento de la inauguración
PHOTO/IAF - Le Centre spatial Mohammed bin Rashid et son président, Hamad Obaid al-Mansoori, sont les hôtes de la 72e édition de l'IAC, à laquelle plus de 3 000 professionnels sont attendus. Sur la photo, un moment de l'inauguration.
Séville est en lice pour être la ville hôte du Congrès de 2024, mais... 

Dans l'ensemble, ils offrent un aperçu de leur potentiel dans la conception et la production de sous-systèmes et d'équipements pour les grandes plateformes spatiales, les lanceurs et les services au sol, pour le développement et la fabrication de technologies appliquées aux nano-satellites dans ce qu'on appelle le nouvel environnement spatial, ainsi que sur le marché concurrentiel des communications par satellite.

Tous ces organismes, ainsi que l'Institut astronomique des Canaries, sont regroupés dans un pavillon de 60 mètres carrés, baptisé Spain Space et organisé par l'Institut du commerce extérieur (ICEX Spain Export and Investment) et le Bureau économique et commercial d'Espagne à Dubaï. Le CDTI, l'Association espagnole des entreprises de défense, de sécurité, de technologie aéronautique et spatiale (TEDAE) et l'INTA ont collaboré.

Durante cinco días se desarrollará un extenso programa de actividades, con centenares de conferencias, presentaciones técnicas, foros y diferentes eventos. Las principales agencias espaciales, entre ellas la de Rusia, ofrecen una muestra de su potencial
PHOTO/He Knows - Un vaste programme d'activités se déroulera pendant cinq jours, avec des centaines de conférences, de présentations techniques, de forums et de manifestations diverses. Les principales agences spatiales, dont celle de la Russie, seront présentes pour présenter leur potentiel.

En mars dernier, l'INTA, en accord avec la mairie de Séville, a présenté la candidature de la capitale andalouse pour accueillir le Congrès international d'astronautique en 2024. Parmi ses atouts, on peut citer le fait d'avoir accueilli la réunion ministérielle de l'Agence spatiale européenne (ESA) en novembre 2019 et de disposer d'une importante industrie aérospatiale.

La proposition espagnole est en concurrence avec celles des villes d'Adélaïde (Australie), de Sao Paulo (Brésil), de Budapest (Hongrie) et de Milan (Italie). Ces deux dernières capitales bénéficient du soutien explicite et inconditionnel de leurs agences spatiales nationales respectives. La décision de l'IAF sera annoncée le jour de la clôture du Congrès, le 29 octobre. Jusqu'à présent, l'offre de Milan semble avoir les meilleures chances de succès.

El IAC 72 de Dubái es el lugar de encuentro de la práctica totalidad de los jefes de las agencias espaciales de todo el mundo, los máximos directivos de la industria, científicos e ingenieros implicados en proyectos espaciales
PHOTO/He Knows - L'IAC 72 à Dubaï est le lieu de rencontre de presque tous les dirigeants d'agences spatiales du monde entier, des cadres supérieurs de l'industrie, des scientifiques et des ingénieurs impliqués dans des projets spatiaux.

Une entreprise espagnole doublement présente à Dubaï est Elecnor Deimos Space. En plus de son stand dans le pavillon Space Spain, elle présente un projet de recherche qu'elle coordonne pour l'Union européenne sur un stand séparé. Il s'agit d'Eo-Alert, une solution qui réduit le temps de retard (latence) des produits dérivés des satellites d'observation de la Terre.

La pandémie de coronavirus COVID-19 a empêché l'événement de 2020 de se tenir à Dubaï comme prévu. L'option choisie était de la reporter à 2021, ce qui a été le cas, et d'organiser à la place un petit événement virtuel en 2020.