Entre 25 et 50 % des travailleurs informels des Amériques ont perdu leur emploi pendant la pandémie de COVID-19

Selon une étude de l'Organisation internationale du travail
Muchas mujeres migrantes han perdido sus empleos como trabajadoras domésticas. OIM/Muse Mohammed

OIM/Muse Mohammed  -   De nombreuses femmes migrantes ont perdu leur emploi de travailleuse domestique

Une décennie après l'adoption historique de la Convention sur les travailleurs domestiques, la pandémie de coronavirus a, dans de nombreux cas, aggravé les conditions de travail des travailleurs domestiques, selon un nouveau rapport de l'agence spécialisée des Nations unies sur les relations industrielles.

L'étude de l'Organisation internationale du travail (OIT) souligne qu'au plus fort de la pandémie, la situation de perte d'emploi de ce type de travailleurs en Amérique était la pire enregistrée parmi les régions, avec une fourchette allant de 25 à 50 %, suivie de la plupart des pays d'Europe, ainsi que du Canada et de l'Afrique du Sud, avec une fourchette allant de 5 à 20 %.

En comparaison, il convient de noter que, durant la même période, les pertes d'emploi parmi les autres salariés étaient inférieures à 15 % dans la plupart des pays.

Selon les conclusions de l'étude, la pandémie de COVID-19 a aggravé les conditions de travail déjà difficiles des 75,6 millions de travailleurs domestiques dans le monde (4,5 % des salariés dans le monde).

"La crise a mis en évidence le besoin urgent de formaliser le travail domestique afin de garantir que les travailleurs domestiques aient accès à un travail décent, en commençant par l'extension et l'application de la législation du travail et de la sécurité sociale pour tous les travailleurs domestiques", a déclaré le Directeur général de l'OIT, Guy Ryder.

Trabajadoras domésticas participan en una manifestación para mejorar los derechos laborales  PHOTO/OIT
PHOTO/OIT-Des travailleurs domestiques participent à une manifestation pour améliorer les droits du travail
La Convention fait des progrès, mais pas assez de mise en œuvre

L'adoption de cette convention historique il y a dix ans a été saluée comme une avancée majeure et a permis de réduire de plus de 16 points de pourcentage le nombre de travailleurs domestiques totalement exclus du champ d'application des lois et réglementations du travail, dont beaucoup sont des femmes.

Malgré ces progrès, 36 % des travailleurs domestiques ne sont pas couverts par le droit du travail, ce qui montre qu'il est urgent de combler les lacunes juridiques, notamment en Asie-Pacifique et dans les États arabes, où ces lacunes sont les plus importantes.

Le travail domestique reste un secteur dominé par les femmes. Il emploie 57,7 millions de femmes, soit 76,2 % de celles qui travaillent comme domestiques.

Alors que dans les Amériques, en Europe et en Asie centrale, les femmes constituent la majorité de la main-d'œuvre, la situation est inversée dans les États arabes et en Afrique du Nord, où les hommes représentent un pourcentage plus élevé (63,4 %), et un peu moins de la moitié de tous les travailleurs domestiques en Asie du Sud (42,6 %). 

La grande majorité des travailleurs domestiques se trouvent dans deux régions : environ la moitié (38,3 millions) se trouve en Asie et dans le Pacifique, principalement en Chine, tandis qu'un quart (17,6 millions) se trouve dans les Amériques.