Erdogan demande un financement qatari pour ses interventions militaires

Le président turc en visite au Qatar et au Koweït pour renforcer les liens avec les pays du Golfe
Le président turc Recep Tayyip Erdogan ,rencontre avec le dirigeant du Qatar, l'émir Cheikh Tamim bin Hamad Al-Thani, à Doha

PHOTO/ SERVICIO DE PRENSA PRESIDENCIAL TURCO / AFP  -   Le président turc Recep Tayyip Erdogan ,rencontre avec le dirigeant du Qatar, l'émir Cheikh Tamim bin Hamad Al-Thani, à Doha

Mener une bataille sans soutien est compliqué, mais si vous êtes présent sur plusieurs fronts ouverts et que vous avez une économie en récession continue, aggravée par les éventuelles sanctions que l'Union européenne peut vous imposer, la nécessité d'alliances devient le seul moyen de survivre.

C'est ce qu'a fait le président turc Recep Tayyip Erdogan lors de sa visite au Qatar et au Koweït cette semaine.

Lors de sa visite au Koweït, le président turc a été reçu par une délégation koweïtienne conduite par l'émir Nawaf al-Ahmad al-Jaber al-Sabah et l'ambassadeur de Turquie au Koweït, Ayse Hilal Sayan Koytak. Erdogan a exprimé ses condoléances à l'émir Al-Sabah pour la mort de son prédécesseur, le cheikh Sabah al-Ahmad al-Jaber al-Sabah, qui est décédé récemment à l'âge de 91 ans après avoir dirigé le pays depuis 2006. Lors de la réunion, les fonctionnaires ont également discuté des relations bilatérales et des questions régionales.

 En esta fotografía publicada por el Servicio de Prensa Presidencial de Turquía el 7 de octubre de 2020 se muestra al Presidente turco Recep Tayyip Erdogan (C-L) siendo recibido por el Ministro de Defensa de Qatar Khaled Al-Attiyah (C-R) a su llegada a la capital Doha.
AFP/AGENCIA DE NOTICIAS QATAR-Le président turc Recep Tayyip Erdogan (C-L) accueilli par le ministre qatari de la défense Khaled Al-Attiyah (C-R) à son arrivée dans la capitale Doha

Mercredi, Erdogan est arrivé dans la capitale qatarie, Doha, pour des entretiens avec l'émir, Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani.

Reçu par une délégation de haut rang conduite par le ministre qatari de la défense Khalid bin Mohammed al-Attiyah, le dirigeant turc était accompagné de plusieurs hauts fonctionnaires, dont les ministres des finances et de la défense, selon l'agence de presse nationale Anadolu.

Ankara-Doha binomial

Les liens entre Doha et Ankara sont forts, surtout depuis que la crise du Golfe a éclaté le 5 juin 2017, lorsque l'Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, Bahreïn et l'Egypte ont imposé un blocus au Qatar et rompu les relations diplomatiques. Le boycott contre ce petit pays du Golfe a été motivé par l'accusation que le Qatar était un agitateur de la stabilité dans la région en soutenant des groupes terroristes. Le Yémen, la Libye et les Maldives se sont joints à cette initiative.

Le Qatar a rejeté ces accusations, les qualifiant d'atteinte à sa souveraineté et de sanction pour avoir mené une politique étrangère indépendante. Les pays bloquants ont bloqué de nombreuses exportations vitales pour Doha. La Turquie, en réponse, a envoyé des avions-cargos transportant des articles essentiels au Qatar.​​​​​​​

A son tour, Tamim a été le premier dirigeant à demander à Erdogan de montrer son soutien au coup d'Etat manqué de 2016.​​​​​​​

El presidente turco Recep Tayyip Erdogan reuniéndose con el gobernante de Qatar, el Emir Sheikh Tamim bin Hamad Al-Thani y ambas delegaciones en Doha. AFP / AGENCIA DE NOTICIAS QATAR
AFP / AGENCIA DE NOTICIAS QATAR-Le président turc Recep Tayyip Erdogan rencontre le souverain du Qatar, l'émir Sheikh Tamim bin Hamad Al-Thani et les deux délégations à Doha

En matière militaire, les deux pays ont renforcé leurs liens avec la Turquie en maintenant une base militaire au Qatar depuis 2015 et les forces armées des deux pays, en effectuant des exercices militaires conjoints ces dernières années.

La rencontre entre Erdogan et Al-Thani, qui, selon les médias locaux, a duré un peu plus d'une heure, a porté sur les possibilités de renforcer la coopération bilatérale et sur les derniers développements des affaires régionales et internationales.

C'est la deuxième visite du président turc à Doha en trois mois. L'un des objectifs d'Erdogan est d'obtenir un financement pour ses nouvelles interventions dans le conflit du Caucase du Sud et son ingérence en Libye.

Ankara est entrée de plein pied dans le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan en envoyant des mercenaires du nord de la Syrie vers le pays azéri. Le gouvernement Erdogan a exprimé à plusieurs reprises son soutien à Bakou dans le cadre du conflit sur la région du Haut-Karabakh, en condamnant « l'attaque arménienne ». Doha soutient également l'intervention d'Ankara en Libye, où elle a aidé le gouvernement d'accord national (GNA, par son acronyme en anglais) dans ses affrontements avec l'armée nationale libyenne (LNA, par son acronyme en anglais), dirigée par le maréchal Khalifa Haftar et soutenue par l'Égypte et les Émirats arabes unis, entre autres.

Ces fronts ouverts, ainsi que celui de la Syrie, ont fait chuter la livre turque à nouveau ces derniers jours, atteignant des planchers historiques par rapport au dollar et à l'euro, selon Bloomberg. Le manque de réserves en dollars de la Banque centrale de Turquie, ajouté à l'instabilité politique et à la politique étrangère agressive d'Erdogan, font baisser la valeur de la monnaie turque chaque jour.

La foto del folleto publicado por la Agencia de Noticias de Qatar (QNA) el 7 de octubre de 2020 muestra al presidente turco Recep Tayyip Erdogan (L) saludando al gobernante de Qatar, Emir Sheikh Tamim bin Hamad Al-Thani, en Doha. AFP / AGENCIA DE NOTICIAS QATAR
AFP / AGENCIA DE NOTICIAS QATAR-​​​​Le président turc Recep Tayyip Erdogan (G) saluant le souverain du Qatar, l'émir Cheikh Tamim bin Hamad Al-Thani, à Doha
.

Dans ce contexte, Erdogan a vu la nécessité de demander un financement au pays riche du Golfe, mais, comme le dit Al-Ain, en raison du désir de Doha de ne pas se présenter au monde comme un financier de conflits guerriers, le financement viendra par le biais d'accords et d'investissements entre les deux pays comme une couverture pour les fonds nécessaires pour atteindre Erdogan.

En 2014, le Comité stratégique suprême a été créé en tant que mécanisme bilatéral pour constituer la base d'une coopération de haut niveau entre la Turquie et le Qatar, avec des réunions annuelles.

Depuis lors, quatre réunions ont eu lieu entre Doha, Trabzon et Istanbul, où la coopération dans divers domaines s'est traduite par une augmentation de 57 % du volume des échanges entre les deux pays. Aujourd'hui, plus de 180 entreprises turques opèrent au Qatar et le pays du Golfe se classe au premier rang en termes de nombre de projets entrepris par des entrepreneurs turcs dans la région.