Erdogan fait marche arrière et n'expulsera pas dix ambassadeurs

Le président turc a décidé de renoncer à leur expulsion après d'âpres négociations diplomatiques
presidente-turquía-recep tayyip-erdogan

PHOTO/REUTERS  -   Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'une conférence de presse à Istanbul.

Recep Tayyip Erdogan a finalement choisi d'emprunter la voie de la raison, ce qui n'est pas si fréquent pour le dirigeant ottoman. L'expulsion de dix ambassadeurs, qu'il entendait réaliser en les déclarant préalablement tous persona non grata, semble n'avoir pas abouti après d'intenses négociations avec ses propres fonctionnaires. Parmi ces pays figurent certains des principaux acteurs de l'échiquier international, tels que les États-Unis, la France et l'Allemagne. Toutefois, les avertissements des pays occidentaux sur les conséquences de cette décision ont conduit Erdogan à ralentir le processus d'expulsion.

L'Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, le Canada, la Norvège, les États-Unis, la France, la Finlande et la Suède sont les dix pays qui ont signé une déclaration commune demandant la libération du militant des droits de l'homme Osman Kavala. Elle a demandé la libération de Kavala, qui est en détention provisoire depuis son arrestation en 2017 pour "complots contre l'État" et participation présumée à la tentative de coup d'État contre le gouvernement Erdogan en 2016. L'activiste a toujours nié toute implication dans la tentative de renversement de l'exécutif, qui poursuit sa spirale d'autodestruction dans un paysage extérieur de plus en plus complexe pour les aspirations de la Turquie.

osman-kavala-activista
PHOTO/WIKTOR DABKOWSKI  -   Osman Kavala

"Les retards continus dans le procès, y compris la fusion de différentes affaires et la création de nouvelles affaires après un acquittement, jettent une ombre sur le respect de la démocratie, l'État de droit et la transparence du système judiciaire turc", indique la déclaration publiée conjointement par les dix pays. Ils ont également demandé "une résolution équitable et rapide" de l'affaire. Mais ils ne sont pas les seuls. Depuis deux ans, la Cour européenne des droits de l'homme exige la libération de l'activiste, considérant son emprisonnement comme "arbitraire et illégal". Cependant, le gouvernement turc a refusé catégoriquement à de nombreuses reprises, faisant la sourde oreille à des décisions qui devraient être obligatoires en Turquie.

turquía-mevlut-cavosuglu
PHOTO/ARCHIVE - Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu

Le mouvement dans les bureaux d'Ankara a été parmi les plus intenses depuis le week-end dernier. La décision de Recep Tayyip Erdogan constitue une menace majeure pour les relations extérieures du pays, ce qui a alarmé les responsables du ministère des affaires étrangères. En fait, selon les médias, ce sont de hauts fonctionnaires du ministère des affaires étrangères qui se sont entretenus avec le président dans l'intention de le faire changer d'avis, ce qu'il a finalement fait. Cette décision - pratiquement sans précédent dans l'histoire de la diplomatie - met en péril, parmi de nombreux autres sujets, les négociations avec les États-Unis sur les avions de chasse, un sujet qui suscite également des tensions entre les deux États.

Erdogan lui-même avait déjà déclaré publiquement qu'il avait contacté le ministre des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, pour "s'occuper immédiatement de la déclaration de ces dix ambassadeurs comme persona non grata". Grâce à l'insistance des fonctionnaires du ministère des affaires étrangères, il a été possible d'éviter ce qui aurait été un coup dur pour les relations de la Turquie avec un certain nombre de pays importants. Les liens d'Ankara avec ses alliés de l'OTAN auraient pu souffrir grandement si elle avait procédé à l'expulsion des représentants de ces dix pays.

ned-price-portavoz-usa
AP/NICHOLAS KAMM - Le porte-parole du département d'État, Ned Price, lors du point de presse quotidien au département d'État.

Les avertissements de ses ministres n'ont pas été les seuls signaux reçus par le président Erdogan quant à la catastrophe que pourrait représenter cette décision. La livre turque était déjà orientée à la baisse à l'ouverture des marchés lundi, la valeur de la livre turque ayant chuté de pas moins de 3 %. La dépréciation de la monnaie locale est une caractéristique constante qui tire l'économie turque vers le bas et met gravement en péril la sécurité financière de millions de familles à travers le pays. Selon un rapport de la Commission européenne, plus de 20 millions de Turcs, soit près d'un quart de la population totale, vivent sous le seuil de pauvreté.

Bien que les États-Unis affirment se conformer à l'article 41 de la Convention de Vienne, la Turquie considère le communiqué publié par les dix pays comme "un pas en arrière". L'article 41 interdit aux ambassadeurs étrangers de s'immiscer dans les affaires intérieures du pays où ils sont en poste. Ned Price, porte-parole du département d'État américain, déclare que "la déclaration que nous avons publiée le 18 octobre est conforme à l'article 41 de la Convention de Vienne", car ils ont simplement affirmé que le fait de demander la libération de Kavala ne constituait pas un dépassement de leurs obligations.