PUBLICIDAD

Iberdrola

Erdogan : "La Turquie ne sera pas l'entrepôt de réfugiés de l'Europe"

Le président turc met en garde Bruxelles et refuse de prendre la responsabilité d'une nouvelle vague migratoire en plein bouleversement de l'Afghanistan
Face à une éventuelle nouvelle vague de migrants en provenance d'Afghanistan, M. Erdogan a appelé jeudi les nations européennes à assumer la responsabilité des Afghans fuyant l'assaut des talibans et a prévenu que son pays ne deviendrait pas l'"entrepôt de réfugiés" de l'Europe

PHOTO/ Présidence turque via AP  -   Face à une éventuelle nouvelle vague de migrants en provenance d'Afghanistan, M. Erdogan a appelé jeudi les nations européennes à assumer la responsabilité des Afghans fuyant l'assaut des talibans et a prévenu que son pays ne deviendrait pas l'"entrepôt de réfugiés" de l'Europe

Dans l'Afghanistan gouverné par les talibans, tous les Afghans ne semblent pas avoir leur place. Le chant des sirènes des insurgés, qui affirment avoir fait évoluer leurs pratiques, une amnistie générale et un gouvernement d'union, contraste avec leur précédente expérience au pouvoir entre 1996 et 2001. Elles contrastent également avec les dernières informations en provenance du pays asiatique, qui décrivent la recherche et la poursuite "porte à porte" de tous les opposants présumés. Malgré le coût croissant des voies d'évacuation, un flot d'Afghans a quitté le pays et de nombreux autres devraient faire de même dans les heures et les jours à venir. Dans ce contexte, l'Union européenne craint une nouvelle crise migratoire qui pourrait à nouveau ébranler les fondements du vieux continent.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan détient la clé. Comme cela s'est produit en 2015 avec l'afflux massif de réfugiés syriens, le dirigeant ottoman est en mesure de réguler l'entrée de centaines de milliers de personnes en Europe ou de prendre en charge le flux migratoire, protégé in fine par les fonds européens. La montée rapide et inattendue des talibans en Afghanistan promet d'ouvrir un nouveau chapitre dans les relations entre Ankara et Bruxelles, et le dirigeant turc est conscient de la situation. C'est pourquoi Erdogan a lancé jeudi sa première attaque contre l'UE.

: El presidente francés Emmanuel Macron hablando sobre la situación en Afganistán, desde la residencia presidencial de verano Fort de Bregancon en Bormes-les-Mimosas, sureste de Francia el 16 de agosto de 2021
AFP/CHRISTOPHE ARCHAMBAULT  -  Le président français Emmanuel Macron s'exprimant sur la situation en Afghanistan, depuis la résidence présidentielle d'été du Fort de Bregancon à Bormes-les-Mimosas, dans le sud-est de la France, le 16 août 2021

"La Turquie n'a pas le devoir, la responsabilité ou l'obligation d'être l'entrepôt de réfugiés de l'Europe", a déclaré Erdogan lors d'une apparition télévisée après avoir réuni le noyau dur de l'exécutif. Le dirigeant turc a pointé du doigt les États européens et les a exhortés à assumer leur part de responsabilité dans la vague migratoire, tout en montrant ses cartes pour les futures négociations avec Bruxelles. Pour leur part, les dirigeants continentaux s'efforcent de tisser une réponse commune au défi de la migration. Le premier à mettre en lumière la question a été le président français Emmanuel Macron, qui a mis en garde contre un "défi majeur pour notre propre sécurité" dans un discours controversé.

Selon les données recueillies par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), jusqu'à 400 000 Afghans ont été déplacés depuis le début de l'année, dont une partie seulement a réussi à quitter le pays. Ces derniers jours, des dizaines de réfugiés afghans sont arrivés en Turquie en traversant la frontière avec l'Iran, bien que la Turquie "n'ait aucune obligation d'être un refuge sûr" pour eux, selon les déclarations d'Erdogan. Ankara a approuvé la construction d'un mur le long de la frontière iranienne. Le projet est en voie d'achèvement. Entre-temps, le dirigeant ottoman a assuré que le passage avait été renforcé par l'envoi de militaires, de gendarmes et de policiers.

Sirios llevan sus pertenencias mientras cruzan de vuelta a Siria en el paso fronterizo sirio-turco de Bab al-Hawa en la provincia de Idlib, Siria
REUTERS/KHALIL ASHAWI  -  Des Syriens transportent leurs affaires alors qu'ils rentrent en Syrie au poste frontière turco-syrien de Bab al-Hawa, dans la province d'Idlib, en Syrie

Selon les Nations unies, la Turquie est le pays qui compte le plus grand nombre de réfugiés au monde. L'État turc accueille au total 5 millions de ressortissants étrangers, dont plus de 3,5 millions de Syriens, 450 000 autres qui sont déjà rentrés dans leur pays d'origine et près de 300 000 Afghans. Sur le nombre total de personnes déplacées, plus d'un million ont un permis de séjour en Turquie.

En mars 2016, la Turquie a conclu un accord historique avec l'Union européenne suite à la vague de migration provoquée par la guerre civile en Syrie. Plus d'un million de personnes sont venues sur le continent pour demander l'asile, une raison qui a forcé Mme Merkel à réagir un an plus tôt avec sa politique de la porte ouverte. Cette décision a suscité des frictions entre les États membres au sujet de la répartition des pourcentages d'accueil. L'Allemagne a donc décidé de faire avancer les négociations avec Erdogan par l'intermédiaire de l'Union européenne, avec un objectif : mettre un terme à l'afflux massif de Syriens en Europe.

Fotografia de archivo, la canciller alemana Angela Merkel y el presidente turco Tayyip Erdogan en la cumbre de la OTAN en la sede de la Alianza, en Bruselas, el 14 de junio de 2021
AFP/ YVES HERMAN  -  Photo d'archive, la chancelière allemande Angela Merkel et le président turc Tayyip Erdogan au sommet de l'OTAN au siège de l'OTAN à Bruxelles, le 14 juin 2021

Les termes du pacte établissaient que la Turquie prendrait en charge les migrants irréguliers qui tentent d'entrer en Grèce et empêcherait l'ouverture de nouvelles routes migratoires. En contrepartie, l'UE accorderait une aide de 6 milliards d'euros, assouplirait les restrictions en matière de visas pour les citoyens turcs et rapprocherait Ankara de l'adhésion à l'UE. Toutefois, la rhétorique de Bruxelles a changé. Le successeur de la chancelière allemande Angela Merkel, Amin Laschet, s'est prononcé contre l'accueil d'une nouvelle vague de réfugiés. "L'année 2015 ne doit pas se répéter", a-t-il déclaré. La montée des mouvements d'extrême droite sur le continent, la menace du terrorisme et une liste de conséquences contre-productives menacent les dirigeants.

Cependant, ce n'est pas l'Europe qui porte le poids du fardeau des réfugiés afghans. Le Pakistan et l'Iran supportent l'essentiel des personnes déplacées dans le pays depuis des décennies. Les chiffres officiels révèlent qu'environ 1,5 million d'Afghans vivent actuellement au Pakistan. Il s'agit de la troisième plus grande population de réfugiés au monde, sans compter que l'ONU estime que le nombre est encore plus élevé, voire supérieur à trois millions. Ce facteur entrave le développement d'Islamabad et constitue une menace sérieuse pour la sécurité, car les talibans et les groupes terroristes passent par sa frontière poreuse et ont attaqué des civils dans le pays malgré le soutien du gouvernement pakistanais.

Faiblesse interne
Decenas de miles de personas han intentado huir de Afganistán desde que los militantes islamistas de línea dura irrumpieron en la capital el 15 de agosto, completando una impresionante derrota de las fuerzas gubernamentales tras dos décadas de insurgencia
AFP PHOTO / HO / IRANIAN RED CRESCENT  -  Des dizaines de milliers de personnes ont tenté de fuir l'Afghanistan depuis que des militants islamistes purs et durs ont pris d'assaut la capitale le 15 août, mettant fin à une déroute spectaculaire des forces gouvernementales après deux décennies d'insurrection

Une nouvelle crise migratoire semblable à celle d'il y a cinq ans serait un coup de fouet pour Erdogan. La situation dans laquelle se trouve le dirigeant ottoman est a priori favorable aux intérêts de la Turquie. Tout comme en 2016, Ankara peut rentabiliser politiquement et économiquement son rôle dans la région avec une nouvelle liste de concessions de l'Union européenne. L'accord migratoire a fonctionné, il pourrait donc se concrétiser à nouveau. C'est ce qu'a reconnu le haut représentant de l'UE pour la politique étrangère, Josep Borrell, qui a déclaré en avril que "le renouvellement du pacte est une obligation et est dans l'intérêt de toutes les parties".

Cependant, au-delà de l'ordalie de Bruxelles, la situation intérieure d'Erdogan est complexe. Cette fois-ci, malgré sa position avantageuse, le président turc vit l'une des heures les plus basses de son mandat. Le pays ottoman traverse une crise majeure, tant sur le plan interne qu'externe. Parmi les problèmes auxquels la Turquie est confrontée figurent la dévaluation de la lire, l'inflation galopante et le différend sur les hydrocarbures en Méditerranée orientale.

Combatientes talibanes en las calles de Kabul, Afganistán, el jueves 19 de agosto de 2021
AP/RAHMAT GUL  -  Des combattants talibans dans les rues de Kaboul, en Afghanistan, le jeudi 19 août 2021

Cet écosystème alimente la croissance du sentiment anti-immigrant. De plus en plus de citoyens turcs rejettent catégoriquement l'afflux de nouveaux migrants, et Erdogan regarde les sondages d'un mauvais œil. La ligne du président est claire : "Notre État est le premier responsable de la sécurité et du bien-être de ses 84 millions de citoyens", a-t-il déclaré. "Il est de notre obligation envers les citoyens turcs de garantir le retour en toute sécurité des réfugiés dans leur pays d'origine.

La relation d'Erdogan avec les talibans jouera également un rôle à cet égard. L'intention d'Ankara est d'établir des liens de coopération avec les insurgés, c'est pourquoi le président turc a "salué" la prétendue retenue dont ont fait preuve jusqu'à présent les fondamentalistes. "Nous rencontrerons le gouvernement formé par les talibans si nécessaire et discuterons de nos agendas mutuels", a déclaré Erdogan. "Nous avons déjà dit que nous pouvons accepter les chefs talibans", a-t-il prévenu.