PUBLICIDAD

Iberdrola

Erdogan va adopter une nouvelle législation pour contrôler les réseaux sociaux en Turquie

Sa fille, qui est également l'épouse du ministre des finances, a été insultée sur Twitter après la publication de la naissance de son quatrième enfant
Une femme turque regarde son smartphone à côté d'une bannière de Recep Tayyip Erdogan à Istanbul, le 21 mars 2014

AFP/OZAN KOSE  -   Une femme turque regarde son smartphone à côté d'une bannière de Recep Tayyip Erdogan à Istanbul, le 21 mars 2014

« Comprenez-vous maintenant pourquoi nous sommes contre les plateformes de réseaux sociaux comme Youtube, Twitter et Netflix ? Ces plates-formes ne conviennent pas à cette nation. Nous voulons les fermer, les contrôler, et nous présenterons un projet de loi au Parlement dès que possible ». Avec ces mots adressés aux membres de son parti, Justice et Développement (AKP), le président turc Recep Tayyip Erdogan a ouvertement exprimé son désir d'introduire de nouvelles réglementations pour « gouverner » les réseaux sociaux et empêcher la prolifération d'« actes immoraux », qui ont été commis en raison du manque de lois réglementaires sur Internet et du laxisme des entreprises sociales dans le pays. « Nous avons connu des attaques similaires dans le passé. Le manque de contrôle sur ces plateformes a un rôle dans l'augmentation de ce type de comportement immoral », a souligné le président. 

Le président a fait cette déclaration après avoir appris que sa famille avait été insultée sur Twitter. En particulier, des messages offensants ont été postés sur Twitter à l'encontre de sa fille et de l'épouse du ministre des finances Esra Albayrak, après la naissance du quatrième enfant du couple. La police turque a déclaré que 11 des 19 utilisateurs qui ont publié les commentaires, dans lesquels ils mettaient en doute la paternité du nouveau-né, avaient déjà été arrêtés, selon Reuters.  

Un autre « revers » que le président a subi récemment sur les réseaux sociaux est qu'une vidéoconférence à laquelle il a participé avec un groupe d'étudiants la semaine dernière a reçu plus de 300 000 « dislikes » (« Je n'aime pas») sur Youtube. Erdogan a également critiqué Twitter le mois dernier après que la plateforme ait décidé de fermer plus de 7000 faux comptes qui avaient été créés pour augmenter le soutien à l'AKP. 

« Nous sommes déterminés à faire tout ce qui est nécessaire, et nous mettrons en œuvre des interdictions d'accès et des sanctions juridiques et fiscales une fois que le règlement sera achevé », a déclaré Erdogan, en référence à son idée de forcer les sociétés de réseaux sociaux à « nommer des représentants en Turquie pour répondre aux demandes légales », qui, jusqu'à présent, ont été « ignorées ». Cela signifierait en pratique que les entreprises pourraient être tenues responsables devant les tribunaux turcs, selon l'AFP. 

Cependant, selon l'agence, Fahrettin Altun, le directeur de la communication de la Turquie et l'un des principaux conseillers personnels du président, a déclaré que les commentaires d'Erdogan ont été interprétés « hors contexte » et que tout ce qu'ils ont demandé est que les entreprises « ouvrent des bureaux » dans la nation eurasienne.

El presidente turco, Recep Tayyip Erdogan, prometió reforzar el control sobre las redes sociales
REUTERS/DADO RUVIC - Le président turc Recep Tayyip Erdogan a promis de renforcer le contrôle des réseaux sociaux

Immédiatement après que le président a prononcé ces mots, l'étiquette ou le hashag « #SosyalMedyamaDOKUNMA » (#NeTouchezPasÀMesRéseauxSociaux) est devenu viral sur Twitter, condamnant le nouveau geste du président contre la liberté d'expression, qui a été considérablement réduite ces derniers temps, en particulier dans le sillage de la tentative de coup d'État de 2016. 

Ce message a également été critiqué par l'opposition politique. Un député du Parti républicain du peuple (CHP), Ozgur Ozel, a directement attaqué Erdogan : « Au lieu d'agir sous le coup de la colère et de prendre des mesures qui transformeront le pays en Chine, en Corée du Nord ou en Russie, des mesures éthiques devraient être introduites avec la participation de tous les partis », a-t-il déclaré.  

« Les critiques craignent que cette mesure vise à limiter encore plus la capacité du peuple turc à accéder aux médias indépendants dans un environnement dominé par les médias pro-gouvernementaux », a rapporté l'AFP. 

La liberté d'expression en Turquie a été particulièrement mise à mal par l'apparition de la pandémie de coronavirus. « Le président turc semble utiliser le COVID-19 comme prétexte pour se débarrasser des quelques médias critiques qui subsistent dans son pays. Les politiciens et les journalistes de l'opposition craignent une nouvelle vague de censure », a prévenu le quotidien allemand Deutsche Welle en mai. En particulier, la liberté de la presse a subi un nouveau revers il y a une semaine, quand on a appris que les journalistes arrêtés pour avoir fait un reportage sur la mort de deux prétendus agents des services de renseignement turcs opérant en Libye pourraient être condamnés à 19 ans de prison pour avoir prétendument « révélé des secrets d'État ». Depuis 2016, Amnesty International a documenté la fermeture d'au moins 180 médias et la perte d'emploi d'au moins 2 500 professionnels des médias. Rien qu'en avril, 18 sites d'information et des dizaines d'articles indépendants publiés sur Internet ont été bloqués.

Il convient de mentionner à ce stade que les avocats du pays manifestent également leur volonté de protéger l'indépendance du pouvoir judiciaire face aux dernières mesures promues par la présidence.