PUBLICIDAD

Iberdrola

Espagne-Maroc : Albares et Bourita se rencontrent pour la troisième fois en une semaine

Les ministres des Affaires étrangères promettent de progresser sur la feuille de route commune et de fixer la RAN à la fin du mois de janvier 2023
PHOTO/TWITTER  -  Nasser Bourita, ministro de Asuntos Exteriores de Marruecos, y José Manuel Albares, ministro de Asuntos Exteriores de España

PHOTO/TWITTER  -    -   Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères, et José Manuel Albares, ministre espagnol des Affaires étrangères

Les ministres des Affaires étrangères espagnol et marocain ne peuvent se plaindre de ne pas avoir eu l'occasion de discuter des détails de la coopération entre les deux pays. José Manuel Albares et Nasser Bourita se sont rencontrés trois fois en l'espace d'une semaine. 

D'abord au forum des civilisations organisé par les Nations unies à Fès, puis à Barcelone à l'occasion de la réunion de l'Union pour la Méditerranée, et enfin à Madrid. 

Selon le ministre marocain, c'est la première fois qu'il se rend en Espagne depuis plus de trois ans. Selon des sources marocaines, la visite de Bourita à Madrid était une escale avant son retour à Madrid. 

Les deux ministres se sont rencontrés en octobre dernier lors du débat de l'assemblée des Nations unies, au cours duquel ils ont annoncé la reprise des préparatifs de la Réunion de haut niveau (HLM) et la mise en place de postes de douane dans les villes autonomes de Ceuta et Melilla. 

Selon les déclarations des deux responsables, la RAN aura lieu entre la fin du mois de janvier et le mois de février de l'année prochaine, ainsi que la normalisation du passage des marchandises réglementées par les postes de douane frontaliers de Ceuta et Melilla. 

atalayar-ministro-asuntos-exteriores-españa-marruecos-jose-manuel-albares-nasser-bourita-frontera
PHOTO/TWITTER/MAROC DIPLOMATIE  -  Nasser Bourita et José Manuel Albares, ministres des affaires étrangères du Maroc et de l'Espagne, respectivement

Plusieurs journaux espagnols ont mis en doute les intentions réelles du Maroc de progresser sur la feuille de route conjointe signée par les deux gouvernements en avril 2022. Des questions se sont posées sur la volonté du Maroc lorsque sa délégation auprès des Nations unies a enregistré un document niant l'existence de frontières terrestres avec l'Espagne. Le document poursuit la dialectique marocaine de la souveraineté sur les villes espagnoles en Afrique du Nord. 

Le ministre Albares a néanmoins répété à de nombreuses reprises la volonté du gouvernement marocain de se conformer aux points qui composent la feuille de route commune. En ce qui concerne l'aspect le plus immédiat, celui des douanes de Ceuta et Melilla, les acteurs locaux des deux villes attendent avec impatience la mise en place de postes frontaliers réglementés afin de remédier à la situation d'asphyxie dont souffre l'économie des enclaves espagnoles. 

La RAN sera également l'occasion pour les deux gouvernements de fixer par écrit de nouvelles conditions pour l'administration des zones contestées, telles que les eaux entourant les îles Chafarinas, les affleurements rocheux d'Alhucemas et de Vélez de la Gomera, et les îles d'Alborán et de Perejil.