PUBLICIDAD

Iberdrola

Éthiopie: l'ONU dénonce des crimes de guerre dans le Tigré

Le gouvernement éthiopien affirme que ces rapports sont motivés par des raisons politiques, alors que le conflit avec le Tigré s'intensifie et que le TPLF appelle les civils à prendre les armes
abiy-ahmed-etiopia

REUTERS/TIKSA NEGERI  -   Le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed

Les négociations de paix en Éthiopie, qui semblaient proches il y a encore quelques semaines, ne sont désormais même plus une option. Face aux offensives des armées éthiopienne et érythréenne dans le Tigré, le Front populaire de libération du Tigré (TPLF) a été contraint d'appeler la population civile aux armes face à ce qu'il considère comme "une guerre génocidaire". Une carte que l'armée éthiopienne a déjà jouée en novembre dernier, lorsqu'elle a appelé la population civile à prendre les armes contre les Tigréens.

"Compte tenu du défi existentiel auquel nous sommes confrontés, la pleine participation de chaque Tigréen est plus que jamais nécessaire. Le TPLF vous demande d'être totalement disponible pour la guerre totale que nous menons pour contrecarrer les rêves et les aspirations de nos ennemis pour les peuples d'Éthiopie", peut-on lire dans un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères du Tigré.

Outre la population du Tigré, la déclaration visait toutes les personnes lésées par le conflit. Le TPLF a fait référence aux populations d'Amhara et d'Afar, régions qui, depuis le début de la guerre civile, ont manifesté leur sympathie pour la lutte du Tigré en faveur d'une indépendance égale pour leurs groupes ethniques. Il les a implorés d'intensifier leurs efforts pour sortir du "piège tendu par le gouvernement fasciste".

etiopia-ofensivas-tigray
AP/BEN CURTIS - Le 24 août 2022, les autorités éthiopiennes ont accusé les rebelles du Tigré de lancer une nouvelle offensive contre les forces fédérales dans le nord du pays

Il a également rappelé au peuple éthiopien que ses enfants "ont été opposés à leurs frères et ont été utilisés comme chair à canon", et à l'armée érythréenne que "le peuple du Tigré ne renonce pas à ce qui lui revient de droit, ni ne convoite ce qui ne lui appartient pas", et que ses aspirations sont "la paix et le développement", et non la destruction. La lettre a été rédigée peu après que Getachew Reda, porte-parole du TPLF, a annoncé que les forces érythréennes avaient lancé une attaque sur plusieurs fronts contre le Tigré.

Cependant, les offensives militaires ne sont pas les seules à intensifier le conflit. De récentes enquêtes de l'ONU ont remis en question les actions du gouvernement d'Abiy Ahmed, dont l'armée est dénoncée pour de possibles crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

"Il existe des motifs raisonnables de croire que des violations telles que des exécutions extrajudiciaires, des viols, des violences sexuelles et la privation de nourriture des civils comme moyen de guerre ont été commises en Éthiopie depuis le 3 novembre 2020", indique le rapport de la Commission internationale des experts en droits de l'homme des Nations unies.

hambre-etiopia-misiones-salesianas
PHOTO/ARCHIVO - Les missionnaires salésiens livrent de la nourriture et des fournitures aux Éthiopiens

Selon le rapport, les soldats de l'armée éthiopienne sont responsables de massacres tels que celui de janvier 2020, au cours duquel 60 civils ont été tués par un drone, et de l'ampleur considérable des viols de femmes et de filles, qui ont été "prises comme esclaves sexuelles et violées à plusieurs reprises, souvent devant leurs enfants ou des membres de leur famille". Ils tiennent également pour responsables les forces du Tigré, notamment lorsqu'elles ont occupé des zones proches de la capitale Addis-Abeba.

Le communiqué dénonce également le gouvernement fédéral qui prive systématiquement les Tigréens de nourriture et de services essentiels à leur survie. Les organisations d'aide humanitaire se sont également plaintes à plusieurs reprises que leurs camions transportant de la nourriture et des produits d'hygiène se voient refuser l'accès à la région.

abiy-ahmed-nobel-paz
PHOTO/HAKON MOSLOVD LARSEN/NTB - Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali pose après avoir reçu le médaillon du prix Nobel de la paix 2019 lors de la cérémonie à l'hôtel de ville d'Oslo 

Comme prévu, les accusations de l'ONU n'ont toutefois pas été accueillies favorablement par le gouvernement éthiopien. "Le rapport sur les violations des droits de l'homme dans le nord de l'Éthiopie après le conflit est planifié à l'avance, motivé par des considérations politiques et ne sert pas à faire en sorte que les auteurs de ces violations rendent des comptes", a déclaré Zenebe Kebede, ambassadeur de l'Éthiopie auprès des Nations unies à Genève, qui a demandé le rejet du rapport et la démission du groupe d'experts des Nations unies.

Kebede a également souligné que l'ONU utilise les droits de l'homme comme une arme de pression politique, ce qui ferme "toutes les portes de la coopération avec le gouvernement éthiopien". Il s'agit d'une situation à éviter, à laquelle le Premier ministre Abiy Ahmed s'emploie déjà à remédier, avec plusieurs voyages et rencontres, comme la visite à Alger et au président algérien, Abdelmadjib Tebboune, ou la récente rencontre en marge de l'Assemblée générale des Nations unies à New York entre le ministre éthiopien des Affaires étrangères, Demeke Mekonnen, et son homologue chinois, Wang Yi.