Eugenio Nasarre : "L'UE est née comme un projet de paix, mais aussi pour défendre nos valeurs, qui sont notre marque de fabrique"

Le Mouvement européen tient un nouveau cap dans un contexte d'insécurité marqué par le conflit afghan
aldecoa-movimiento-europa

 -  

La Conférence sur l'avenir de l'Europe a organisé un nouveau séminaire à Santander, dans le but de réunir, une fois de plus, des représentants des institutions et de la société civile pour aborder les défis auxquels l'Union européenne est confrontée dans un contexte marqué par les incertitudes. Aux défis auxquels l'UE était déjà confrontée, s'ajoute désormais le conflit en Afghanistan, une crise qui a mis sur la table le débat sur le rôle de l'Europe en matière de politique étrangère et sur son influence.

Le Mouvement Européen, cette fois en collaboration avec l'Université Menéndez Pelayo, a ouvert la conférence par une présentation du Président du Mouvement Européen (CFEME) et Professeur de Relations Internationales à l'Université Complutense de Madrid, Francisco Aldecoa, qui a exprimé sa joie "de pouvoir être ici avec ce cours, qui est le dixième qu'il réalise avec l'Université Menéndez Pelayo.

aldecoa-europa-movimiento

"Pour nous, la Conférence est une question centrale, c'est probablement le premier cours où il y a un grand groupe de membres sur la Conférence de l'Europe. C'est la première fois que nous pourrons discuter avec force du thème de la conférence", a-t-il déclaré.

De même, il a souligné que dans le cadre de la conférence, "c'est le moment idéal pour pouvoir réfléchir ensemble à l'avenir de la conférence et nous sommes reconnaissants qu'elle puisse se tenir ici, à un moment où la conférence est peu présente dans les médias et où elle sera pourtant l'événement marquant de notre époque".

En revanche, le vice-président de la CFEME, Eugenio Nasarre Goicoechea, a poursuivi en déclarant que "heureusement, malgré les difficultés, nous avons pu reprendre ce qui est déjà une priorité dans nos activités".

evento-cantabria-movimiento-europeo

 

Le vice-président a évoqué le problème actuel en Afghanistan, soulignant que "la crise en Afghanistan a éclaté et il s'agit d'une crise extrêmement grave dont les conséquences affecteront l'avenir de l'UE, c'est un défi pour l'UE elle-même. L'heure est à la prudence face aux défis que nous devons relever, qui consistent à se concentrer sur ce qui nous unit, à axer notre travail sur nos valeurs fondamentales".

"La crise en Afghanistan nous a mis face à la réalité, et ce que cette crise signifie doit être au centre de notre attention. Au-delà de la sortie humiliante de Kaboul, au-delà des réfugiés, ce que cela implique, c'est qu'il a craqué. L'UE est née comme un projet de paix, mais aussi pour défendre nos valeurs, qui sont notre marque de fabrique", souligne-t-il.

Nasarre rappelle que "lorsque l'UE a été créée, elle était menacée par le monde soviétique, qui ne respectait pas la liberté (...) nos valeurs se sont affaiblies dans le monde, et nous ne pouvons plus compter sur les États-Unis comme une mère protectrice". Nous avons besoin d'une synthèse plus élevée, et cette synthèse est aujourd'hui l'Europe de la défense ; il s'agit de l'engagement commun envers la souveraineté des Etats, c'est un problème de volonté politique". A cet égard, Nasarre estime que "si la conférence sur l'avenir de l'Europe n'aborde pas de manière décisive la crise afghane, l'Europe ne sera pas à la hauteur".movimiento-europeo-evento

 

"Angela Merkel quitte la chancellerie, nous, pro-européens, lui devons une dette de gratitude et des applaudissements, si je pouvais résumer sa vision politique en une phrase, Merkel était fidèle aux valeurs européennes", a-t-il déclaré.

"Dans les trois crises que l'Europe a traversées pendant son mandat, la crise de l'euro, la crise des réfugiés et la réponse au COVID, ses réponses ont été positives parce qu'elle a tenu bon dans la défense des valeurs européennes. Le scénario qui s'ouvre après l'Afghanistan est l'ère post-Merkel et c'est une incertitude de plus", conclut-il.

D'autre part, le président de la CFEME et représentant espagnol à la plénière de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, Francisco Aldecoa Luzárraga, a abordé le bloc suivant du séminaire, qui traitait de la question de la Conférence sur l'avenir de l'Europe et de la participation de la société civile organisée.

evento-santander-movimiento-europa

Dans ce sens, Aldecoa a souligné que "c'est la première fois qu'il y a un exercice entre la société civile et les représentants, la première fois qu'un dialogue de ces caractéristiques a été proposé, surtout au niveau constitutionnel. Il y a deux acteurs principaux, les institutions et la société civile, et je crois qu'elle fournira des propositions importantes, mais je ne connais pas leur portée, des solutions émergeront... ce que je ne sais pas, c'est jusqu'où elles iront".

"La clé sera que l'UE et les citoyens unissent leurs forces, ainsi que les médias. La première question fondamentale est celle de l'adhésion. La proposition de la présidente de la commission n'est pas remplie car il n'y a pas de représentation égale des représentants des institutions et de la société civile", a-t-il critiqué.

"Les citoyens doivent être impliqués de manière égale dans la réforme des traités. Nous devons partir du fait que, suite à la crise du COVID, les institutions européennes ont pris des décisions fondamentales. Le plan de relance est une nouveauté claire qui avait un caractère fédéral, les fonds ont été distribués en fonction des besoins, c'est le fédéralisme", a-t-il ajouté.

domenec-movimiento-europeo

"Il faut façonner la conférence en écoutant les citoyens et la société civile, nous défendons la réforme des traités (...) si on ne fait pas en sorte que la société civile fasse des propositions, elle n'aura pas le poids qu'elle mérite dans cet exercice qui est de réfléchir ensemble entre institutions et société civile", conclut-il.

"Pacte vert, développement numérique, promotion de l'inclusion, amélioration de la participation régionale, incorporation de Porto, accord sur la migration, compétences en matière de santé... tels sont les principaux débats autour desquels tourne la conférence et sur lesquels les citoyens doivent avoir une influence".

"La conférence est très importante, il y a un réel besoin, il y a des choses qui ne peuvent pas être faites individuellement, nous ne ferons aucun progrès si nous ne donnons pas plus de poids à la société civile. Nous devons aller vers le citoyen et la société civile, les représentants et les gouvernements sont convaincus que des réformes doivent être faites".

aldecoa-movimiento-europeo

 

Dans ce contexte, il a souligné que nous devons "trouver des formules pour dépasser l'unanimité en politique étrangère, autant nous continuons à travailler dans la sphère transatlantique, il est clair que nous ne pouvons pas confier cela aux Américains", soulignant que "nous avons eu la crise de l'euro, la crise des réfugiés, la crise géopolitique, l'Afghanistan nous montre la direction pour la prise de décision en Europe de manière plus efficace et démocratique".

"Nous devons le compléter, nous devons avoir des institutions qui nous permettent d'agir, et cela nécessite que les décisions soient prises à la majorité qualifiée au Conseil".

De même, il a indiqué que "nous devons le compléter, nous devons avoir des institutions qui nous permettent d'agir, et cela nécessite que les décisions soient prises au Conseil à la majorité qualifiée".

cantabria-paula-movimiento-europeo

Pour conclure, la conseillère de la présidence du gouvernement de Cantabrie et représentante du Comité des régions à la Conférence sur l'avenir de l'Europe, Paula Fernández Viaña, a déclaré que " le Parlement de Cantabrie a été le cadre choisi pour mener à bien ces débats avec les citoyens qui ont fait part de leurs réflexions sur l'avenir de l'Europe et celles-ci seront rassemblées dans un manifeste dans le cadre de la contribution que la Cantabrie apportera à la Conférence sur l'avenir de l'Europe ".

"Les collectivités locales et régionales veulent avoir plus d'influence au niveau européen sur la santé, l'éducation, l'emploi et d'autres questions sociales", a-t-il déclaré. De cette manière, la Cantabrie veut renforcer "sa présence dans les instances européennes". Dans cette optique, M. Fernández explique que "le gouvernement de Cantabrie disposera d'un portail spécifique sur la conférence où les citoyens pourront poser des questions et exprimer leurs opinions". 

Il a ajouté que la Cantabrie "est notre meilleure vitrine, notre ambassade dans l'Union européenne" et qu'elle est située à un endroit stratégique, "au cœur de l'endroit où se prennent les décisions en Europe", et c'est là que réside sa pertinence.