PUBLICIDAD

Iberdrola

Exploitation minière illégale : une nouvelle violation des droits de l'homme au Venezuela

Un rapport du Conseil des droits de l'homme révèle des violations continues des droits de l'homme dans l'Arc minier
mineria-venezuela-ilegal

AFP/ JUAN BARRETO  -   Des hommes travaillent à la mine d'or de Nacupay sur les rives d'une rivière à El Callao, dans l'État de Bolivar, au sud-est du Venezuela

L'Arc minier, situé au sud du Venezuela, est devenu l'une des principales sources de l'économie du pays après la chute de la production pétrolière, une situation dont les mafias et les groupes armés ont su tirer parti pour renforcer leur activité criminelle. Alors que le gouvernement de Nicolás Maduro affirme que les activités d'exploitation se déroulent "de manière ordonnée" et "avec le moins d'impact possible sur l'environnement", une mission internationale créée pour analyser la situation au Venezuela a dénoncé le fait que la population des mines est soumise à des abus continus.

La mission a décrété que, malgré la présence militaire dans la région, les groupes armés continuent d'opérer ouvertement en contrôlant les mines et les populations, qui, à leur tour, sont soumises à de multiples abus allant de l'exploitation sexuelle des filles et des femmes aux meurtres.

En outre, le gouvernement collaborerait avec des groupes criminels dans certaines régions de l'État de Bolivar, où se trouve l'Arc minier de l'Orénoque.

Le rapport de la mission sera présenté au Conseil des droits de l'homme, qui examinera en profondeur les crimes contre l'humanité dont sont accusés les services de renseignement militaires et policiers du Venezuela.

venezuela-mineria-ilegal
REUTERS/JORGE SILVA  - Dans le triangle entre le Venezuela, le Brésil et la Guyane, un grand nombre de prospecteurs illégaux d'or et de diamants, ou garimpeiros, rêvent de changer leur vie du jour au lendemain

En outre, selon l'étude de l'OCDE sur les "flux d'or en provenance du Venezuela", "aucun des objectifs déclarés du gouvernement n'a été atteint ; au contraire, l'Arc minier est largement considéré comme le centre d'une expérience incontrôlée et souvent violente d'exploitation des ressources, des régions et des communautés".

Par ailleurs, l'ONG FundaRedes a dénoncé le fait que l'activité minière illégale dans la région a entraîné des "conséquences irréversibles" telles que la destruction d'au moins 1 200 hectares de forêt vierge dans l'État de Bolivar, une catastrophe dont elle rend Maduro responsable. Selon eux, ces atteintes à la nature, appelées "écocide", sont des actes illégaux ou arbitraires qui causent "des dommages graves, étendus ou durables à l'environnement".

En outre, la mission a indiqué que "les groupes illégaux sont lourdement armés et entrent régulièrement en conflit entre eux ou avec les autorités", signalant également la présence de la guérilla colombienne, l'Armée de libération nationale (ELN).

Dans ce contexte, la mission a également dénoncé le fait que la politique extractiviste dans la région s'est étendue illégalement "de la zone polygonale de l'Arc Minier et a atteint des zones protégées telles que les parcs Canaima et Yapacana, les bassins des fleuves Paragua et Caura, la réserve de biosphère Alto Orinoco Casiquiare, toute la partie nord de l'État d'Amazonas et la frontière sud de l'Amazonas avec la Colombie".

Cette situation a également conduit à la propagation de la violence criminelle. Selon SOS Orinoco, "l'exploitation minière dans le sud du Venezuela est devenue une activité imprégnée d'un vaste réseau criminel organisé qui atteint tous les niveaux du pouvoir politique et militaire". Outre ce type de violence, le rapport sur les droits de l'homme révèle que la violence machiste et sexuelle touche également les femmes dans les régions, y compris les travailleuses

ilegal-mineria-venezuela
AFP/AFP - Carte localisant l'Amazonie vénézuélienne

Bien qu'il y ait une prédominance d'hommes dans les mines, de nombreuses femmes y travaillent - y compris des filles - mais, comme dans d'autres contextes, les différences entre les femmes et les hommes sont importantes. En ce sens, ce sont les filles qui sont employées pour entrer "dans de petits espaces ouverts pour localiser et ouvrir les veines d'or, manipuler les poulies artisanales qui soulèvent et abaissent les équipements, les sacs de sable et les pierres dans les mines ou travailler dans les rivières pour l'extraction de l'or avec les casseroles".

Comme les hommes, les femmes doivent payer des cotisations au "syndicat", mais ce sont parfois elles qui sont contraintes d'avoir des relations sexuelles avec les membres de cette organisation sous la menace, une pratique également encouragée par les groupes criminels. De même, la prise en charge des mineurs dans les zones minières incombe souvent aux femmes et les enfants sont parfois laissés seuls, ce qui favorise leur insécurité et augmente le risque de subir différents types de violence, de la violence sexuelle à l'exploitation du travail.
 

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra